Avenue 5 (Saison 2, 8 épisodes) : huit ans de plus

Avenue 5 (Saison 2, 8 épisodes) : huit ans de plus

Après une première saison en demi-teinte, que pouvions nous attendre de cette saison 2 ? Personnellement je n’en attendais pas grand chose. Par chance, cette saison 2 de la série d’Armando Iannucci (Veep) améliore l’ensemble et nous offre une satire un peu plus palpitante et percutante. Dans la première saison, Avenue 5 nous permettait de rencontre un milliardaire excentrique (comme si Richard Branson et Elon Musk avaient fusionné) incarné par Josh Gadd qui décide de se lancer dans tourisme spatial. Mais Herman Judd, notre milliardaire, aime raboter les coûts et à cause de ça son vaisseau de 6000 passagers n’est plus en orbite, transformant leur voyage qui devait durer huit semaines en huit ans. Il y a quelque chose de cynique chez Iannucci que l’on retrouve constamment dans ses créations et Avenue 5 parvient à mettre cela en avant dans cette saison 2. Notamment car cette saison me rappelle aussi beaucoup plus ce qui fonctionnait dans Veep : la comédie de situations. Plutôt que d’enchaîner des intrigues à toute-berzingue comme dans la première saison, celle-ci se pose avec les personnages afin de créer des situations amusantes. 

 

Certaines séquences sont drôles et conduisent aussi les personnages à bord du vaisseau à nous amuser. Iannucci revient aussi dans cette saison sur ce qu’il sait écrire : parler des limites et de la stabilité fragile des institutions qui veulent se croire invincible. Car Hermann Judd n’est pas invincible et son idée se solde finalement par une sacrée connerie. Tout cela pour ne pas dépenser trop mais gagner énormément d’argent. Je fais parti de ceux qui lorsque la saison 1 est apparue en janvier 2020 ils attendaient tout de même autre chose. Peut-être parce qu’il y a un créateur prolifique derrière ou la présence de Hugh Laurie (Dr House) dans un rôle important. En tâtonnant durant sa saison 1, Avenue 5 n’avait pas su être une véritable (et bonne) satire. Alors que cette saison pourrait bien être la dernière de la série (aucune information n’a filtré à l’heure où j’écris ces lignes), je me demande si le créateur n’a pas ressenti une certaine pression et notamment celle de nous laisser un bon souvenir. 

 

Les nouveaux épisodes d’Avenue 5 reprennent l’histoire environ cinq mois après le dernier épisode de la saison. Les passagers restent optimistes et pensent qu’il reste quatre semaines à leur horrible voyage. Sauf que tous les problèmes du vaisseau sont loins d’être résolus. Et la nouvelle prédiction des huit ans n’est pas spécialement du goût de tout le monde. Mais là dedans il y a un véritable cynisme délirant. Les riches veulent tout faire, balancer du pognon dans tout et n’importe quoi mais ils restent des êtres humains. Bloqués dans l’espace, ils ne peuvent pas revenir sur Terre comme ils le souhaitent. C’est donc une situation amusante qui permet de créer des moments de folie. Surtout quand la saison se concentre un peu plus sur construire ce type d’éléments. Cette saison ajoute aussi des commentaires sociaux. Comme le fait que dans le futur proche les audiences des services de streaming sont intéressées dans l’adaptation d’évènements récents comme de grands drames sociaux. 

 

Cette saison 2 aborde son récit avec plus de rythme et de fluidité à tous les niveaux. Que cela soit les personnages, le casting et les intrigues associés aux différents gags, Avenue 5 se muscle et fait des efforts. Le fait que le scénario nous remette dans le bain contrairement à d’autres séries (notamment et surtout les comédies), il n’y a pas besoin de faire un retour en arrière sur tout ce qui s’est passé l’an dernier. Et cela permet aussi d’oublier pas mal de défauts de la saison précédente. Tout fonctionne donc beaucoup mieux que la saison précédente. De meilleures blagues sans pour autant surexploiter tel ou tel personnage. Certains personnages ont même des rôles différents, mieux écrits dans cette saison. En devenant beaucoup plus proche d’une vraie comédie, Avenue 5 parvient donc à sauver ses fesses après une saison ratée. Je préfère voir une série reconnaître ses tords afin de faire quelque chose que l’on a envie de voir qu’une série qui reste butée et qui aurait pu continuer dans le mauvais sens. 

 

Note : 7/10. En bref, une saison 2 drôle et bien écrite qui vient rapidement faire oublier l’échec cuisant qu’était la saison 1.

Disponible sur OCS US+24

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article