Chicago Med (Saison 8, épisode 7), Chicago Fire (Saison 11, épisode 7), Chicago PD (Saison 10, épisode 7)

Chicago Med (Saison 8, épisode 7), Chicago Fire (Saison 11, épisode 7), Chicago PD (Saison 10, épisode 7)

Chicago Med // Saison 8. Episode 7. The Clothes Make the Man… or Do They?

 

En grande partie centré sur Dean, cet épisode de Chicago Med fait quelque chose d’un peu différent de ce que l’on peut imaginer. Disons qu’il donne aussi la part belle aux autres personnages ce qui évite de se concentrer sur un seul et donc ne pas profiter de ce casting. Les intrigues développées depuis le début de la saison ont droit à des développements dans cet épisode ce qui est une bonne chose même si c’est étrange de vouloir donner de la place à tout le monde quand l’histoire de Dean et son fils est sensée être le centre de l’épisode. L’histoire de Dean est donc assez sympathique dans son ensemble même si ce n’est pas ce que Chicago Med a fait de mieux ces dernières années. Mais j’aime bien Dean donc ils ont de la chance. D’autant plus après un épisode centré sur Marcel qui était sacrément ennuyeux (et pas aidé par le fait que je n’aime pas Marcel). 

 

Sean, le fils de Dean, est donc important cette année. Au début de la saison les scénaristes ont déjà introduit un brin de cette intrigue même s’ils n’étaient pas revenus dessus jusqu’à cet épisode. Dean est un homme assez complexe et il n’a pas toujours la place qu’il mérite dans la série. C’est dommage de ne le voir que de façon sporadique alors qu’il est justement l’un des piliers de Chicago Med. Le fait que Sean soit en prison apporte quelque chose et permet aussi de nous accrocher aux aventures de Dean. Je n’ai pas toujours été fan des séries médicales qui sortent du cadre afin de développer des intrigues hors milieu médical mais c’est un peu plus intéressant ici car Dean a le mérite de rendre le tout plus mémorable. Toute cette histoire manque tout de même d’un petit ingrédient. Le traumatisme de Dean n’est pas suffisamment bien développé (par manque de temps clairement) pour que l’on ait toutes les dimensions possibles. 

 

Cet épisode n’est pas un raté complet mais il ne donne pas suffisamment la chance à son intrigue la plus intéressante de montrer tout son potentiel. Charles de son côté a droit aussi à ses moments ce qui permet finalement à cette aventure. Cela change de l’épisode précédent qui était un gros raté par rapport à une saison 8 globalement agréable jusqu’à présent. En espérant que Dean ait plus de place dans les futurs épisodes de la saison car son histoire n’a pas dit son dernier mot.

 

Note : 5.5/10. En bref, grâce à l’intrigue de Dean, Chicago Med nous offre un solide épisode. Le reste trop présent, l’empêche malgré tout d’éclore pleinement. 

Chicago Med (Saison 8, épisode 7), Chicago Fire (Saison 11, épisode 7), Chicago PD (Saison 10, épisode 7)

Chicago Fire // Saison 11. Episode 7. Angry is Easier.

 

Je n’ai rien contre la légèreté dans Chicago Fire car parfois ce sont d’excellents moments à passer devant la série. Cet épisode offre des moments légers mais qui permettent de profiter intelligemment des personnages. « Angry is Easier » reste un épisode imparfait, comme souvent avec Chicago Fire, mais il parvient avec intelligence à nous rappeler pourquoi cette série est aussi agréable à voir. Notamment car cet épisode donne la part belle à Hermann. Ce personnage qui accompagne Chicago Fire depuis plus de onze ans mérite bien des épisodes centrés sur lui et celui-ci permet de nous rappeler la place qu’il a ici. C’est un peu un ancien, il fait partie des murs et m’épisode fait les choses intelligemment. L’accident au début de l’épisode est le point de bascule pour Hermann alors que l’homme dans la voiture, sur le point de mourir, demande à Hermann une faveur : tendre la main à une femme qu’il aimait et lui dire ce qu’il ressentait. 

 

Le côté timide d’Hermann rend le personnage d’autant plus touchant. Il y a un brin d’humour mais savamment dosé. Les bons sentiments sont eux aussi bien dosés pour évité que l’on soit sous l’eau. Chicago Fire sait donc nous offrir des intrigues intelligentes qui impliquent à la fois le métier et la vie personnelle des personnages. Hermann était le personnage parfait pour cet épisode, l’occasion de rappeler aussi qu’il est toujours là. Stella de son côté voit sa toute première recrue diplômée et passe du temps à réfléchir au programme Girls on Fire. Tout n’est pas positif. La mère de la recrue a des mots assez durs envers Stella. Tout cela lui fait alors repenser à ce qu’elle faisait : recruter des jeunes femmes pour un métier dangereux. Girls on Fire n’a pas vraiment eu la place que cette intrigue méritait. Cet épisode tente de faire revenir de derrière les fagots une intrigue oubliée mais plus intelligemment que je n’aurais pu l’imaginer.

 

En somme, si cette aventure est imparfaite elle offre aux personnages l’occasion de faire une introspection sur leurs actions. Chicago Fire est ici bonne dans ce qu’elle entreprend car elle revient à ses propres origines et le sel de ses personnages. Je suis heureux de voir Girls on Fire revenir sur le devant de la scène. Lors de son introduction l’an dernier, justifiant l’absence de Stella durant une bonne partie des épisodes, Chicago Fire n’a pas vraiment eu l’occasion d’en faire quoi que ce soit par la suite. En espérant que cela soit suivi de bonnes idées par la suite. 

 

Note : 5.5/10. En bref, un épisode bien mieux écrit que les précédents qui permet à la fois à une intrigue de revenir sur le devant de la scène et à Hermann d’offrir ce qu’il sait faire de mieux. 

Chicago Med (Saison 8, épisode 7), Chicago Fire (Saison 11, épisode 7), Chicago PD (Saison 10, épisode 7)

Chicago PD // Saison 10. Episode 7. Into the Deep.

 

L’épisode précédent symbolisait assez bien tout ce que Atwater représente dans Chicago PD. Et permettait aussi par la même occasion de revenir sur l’une des grandes intrigues de la saison. Chicago PD n’a pas toujours été très feuilletonnante mais je dois avouer que cet épisode et les deux précédents permettent de créer quelque chose d’un peu moins formel et donc en sortant du cadre d’offrir des perspectives à tous les personnages. On en apprend bien plus sur Sean O’Neil dans cet épisode que dans les deux précédents et l’intrigue semble être faite pour durer toute la saison. L’obsession d’Hailey est introduite de façon intéressante dès le début de l’épisode. Elle suit Sean et parvient à obtenir des informations qui donnent un nouvel élan à l’affaire. Si au début l’obsession de Hailey semble nous emmener vers la chute de l’unité, il est prévisible de voir que ce n’est pas le cas. Mais qu’au contraire, il y a bel et bien une affaire Sean O’Neil.

 

L’épisode se divise en deux parties, permettant là aussi d’offrir une nouvelle narration à Chicago PD. Alors que le showrunner et créateur historique quitte Wolf Entertainment pour créer ses propres séries, je me demande si ce n’est pas une grande intrigue pour faire ses adieux à la série. En tout cas, elle est bien plus palpitante que tout ce que Chicago PD nous a offert depuis le premier épisode de la saison 8 (sur Atwater). L’affaire en elle-même est travaillée par tout le monde ce qui permet une fois de plus d’avoir le sentiment que ce groupe travaille réellement ensemble. Cela change de ce que l’on a pu voir par le passé. Hailey de son côté est parfaite. La spirale infernale dans laquelle elle s’est mise offre une vraie perspective à la série, plus sombre et d’autant plus palpitante. 

 

En somme, cet épisode est plus ou moins tout ce que je veux voir en ce moment avec Chicago PD. La saison avait déjà très bien démarré et bien que le départ d’Halstead a été géré de façon très étrange, la suite de la saison me plaît. Surtout quand toute l’équipe est au complet et travaille ensemble. Même l’arrivée de Torres a apporté quelque chose de neuf au récit qui avait tendance à s’encroûter l’an dernier. 

 

Note : 7/10. En bref, l’affaire Sean O’Neil continue de se dévoiler et de nous offrir pas mal de bonnes surprises. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article