Welcome to Chippendales (Saison 1, épisodes 1 et 2) : le premier empire du strip-club pour femmes

Welcome to Chippendales (Saison 1, épisodes 1 et 2) : le premier empire du strip-club pour femmes

Si le nom de la marque Chippendales est aujourd’hui connue dans le monde entier, elle a été créée en 1979 par Steve Banerjee, ancien manager de station service. Il a appelé son club Chippendales en hommage au style « Chippendale », un ébéniste britannique, qui a inspiré les meubles du club (qui était autrefois un club de backgamon appelé Destiny II). C’est à Los Angeles que naît cette aventure, contée dans Welcome to Chippendales. L’histoire de Steve est une success story qui va connaître quelques moments de tumulte que l’on verra par la suite mais ces deux épisodes servent surtout à installer le créateur de la marque et les premiers succès du club. « An Elegant, Exclusive Atmosphere » sert de longue introduction à la vie de Steve avant et à l’ouverture de son club et « Four Geniuses » permet d’installer le show et ce qui fait aujourd’hui sa renommée en tant que phénomène de pop culture. 

 

Les aventures scandaleuses de Somen "Steve" Banerjee, un immigrant indien devenu le fondateur du plus grand empire de strip-tease masculin au monde. Obsédé par la richesse et le pouvoir, il est prêt à éliminer quiconque se trouve sur son chemin, pour assouvir son ambition.

 

Le premier épisode est un excellent épisode racontant les déboires que Steve a vécu avant de pouvoir réellement ouvrir son club connu sous le nom de Chippendales. Mais ce que Chippendales a réussi à faire c’est surtout à être le premier strip-club destiné aux femmes (qui a d’ailleurs donné des idées à d’autres de faire la même chose). Le second épisode permet surtout de poser les bases de ce qui va suivre avec les premiers shows chorégraphiés et l’arrivée de Nick De Noia dans le business alors qu’il était engagé dans le premier épisode qu’un chorégraphe pour un numéro. Le second épisode apporte aussi une vraie énergie féminine bienvenue avec Juliette Lewis sous les traits de Denise, la première designer de costumes et Analeigh Ashford sous les traits d’Irene, la comptable coquine. Les femmes de Welcome to Chippendales permettent de développer encore plus le business. Le « pilot » de Welcome to Chippendales est presque parfait alors que le second épisode l’est un peu moins. Mais il parvient à installer l’histoire et la façon dont ce qui n’était qu’un club de strip va devenir bien plus que ça. 

 

Notamment quand l’idée est de transformer le club de strip après le show en club où les hommes sont eux aussi les bienvenus. Chippendales c’est une sorte de rêve américain qui va par la suite mal tourner mais qui est un véritable succès à l’américaine. Steve, d’origine indienne, croit au rêve américain et il veut le poursuivre à sa façon. Jusqu’à trouver ce qui fonctionne réellement et l’idée qui va le sortir de sa petite vie de manager de station service. Welcome to Chippendales est dans ces deux épisodes l’histoire du début d’un business à succès : trouver un marché (ici les femmes qui elles aussi ont droit d’être excitées), créer un produit de niche (les strip-teaseurs) et une ambiance qui peut facilement être répliquée. Il se dégage une belle énergie dans Welcome to Chippendales qui donne envie d’en voir encore plus. Tous les personnages évoluent assez rapidement et nous offrent de bons moments en plus de spectacle. C’est même parfois une série assez drôle malgré la fin tragique du premier épisode (R.I.P Paul et Dorothy). En même temps, quand on a Nanjiani en premier rôle, très habitué des comédies, pas étonnant qu’il y ait un brin d’humour. 

 

Note : 8.5/10. En bref, une belle énergie se dégage de Welcome to Chippendales. 

Prochainement sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article