Colin from Accounts (Saison 1, 8 épisodes) : rom-com grossièrement bonne

Colin from Accounts (Saison 1, 8 épisodes) : rom-com grossièrement bonne

Colin from Accounts est une rom com assez classique avec des moments d’égarement mais aussi des lignes de dialogues hilarantes. Ce sont d’ailleurs ces petits moments étranges, teintés parfois de blagues assez grossières, qui font finalement le charme de cette comédie. Forcément qu’une comédie romantique se doit d’être drôle, en plus d’être aussi plus touchante ou en tout cas avec des moments plus légers. Ce n’est pas le but d’en faire quelque chose de sérieux, surtout avec le prémisse même de cette comédie. Gordon se rend donc à son travail en voiture quand à une intersection il s’arête pour Ashley qui décide de lui montrer ses seins car c’est le genre de personnes qu’elle est. Sauf que Gordon va être rapidement distrait par cette histoire et reprend la route sans se rendre compte qu’il y a un chien devant sa voiture. Toute cette aventure est cocasse et permet une entrée en matière plutôt amusante. 

 

Ashley et Gordon sont deux célibataires qui se rencontrent grâce à un accident de voiture et un chien blessé. 

 

Créée par Harriet Dyer (Love Child, The InBetween) et Patrick Brammall (Glitch, Offspring), cette comédie australienne a plein de choses à offrir. Les rom com australiennes, surtout sur le petit écran, sont assez rares alors quand elles sont bien exécutées comme c’est le cas ici, c’est un bon moment à passer pendant huit épisodes. La rencontre de départ est amusante mais elle donne aussi le ton du reste de la saison. L’idée de créer une rencontre incongrue est assez classique mais pour une fois nous avons aussi une rom com qui n’est ni prévisible ni bourré de pathos pompeux. Colin from Accounts peut donc rappeler à certains moments Catastrophe plus que The Holiday ou Bridget Jones. Gordon et Ashley ne sont pas non plus les plus grands opposés qui s’attirent et qui font le classique du genre. Une romance peut donc aussi se dérouler de façon cynique avec des gros mots et des blagues de pipi ou sur du poppers. 

 

Dans un sens, Colin from Accounts est presque un sans faute auquel je ne m’attendais pas du tout. Le casting est forcément importante et le couple à la ville comme à l’écran a donc aussi créé la série fonctionne. Cette alchimie se ressent et est forcément aidée par leur vie partagée dans la réalité. Mais ce que j’aime avec Colin from Accounts c’est que cette comédie n’a pas froid aux yeux et n’a pas peur d’être étrange, surtout pour ses téléspectateurs. Il y a tellement de moments qui pourraient en gêner plus d’un mais c’est justement ce qui fonctionne le mieux. La relation est assez complexe pour être suivie de façon intéressante et se laisser avoir par leurs aventures détonnantes. On est en bonne compagnie et pendant huit épisodes on se laisse faire, avec grand plaisir. 

 

Colin from Accounts est une bonne façon de contrer le côté parfois très doux des comédies romantiques hollywoodiennes. On retrouve notamment beaucoup de Catastrophe dans cette comédie et c’est une excellente chose car la comédie en elle-même est bonne. Bien que l’on ait l’impression parfois de voir un épisode de New Girl (ce qui n’est pas une critique), il y a tellement de bons ingrédients que l’on ne peut qu’avoir envie de voir une suite à cette aventure rocambolesque et mignonne., Bien que Colin from Accounts se concentre sur Ash et Gordon et les hauts et bas de leur histoire, les autres personnages sont bons et surtout bien incarnés. Le casting prouve qu’il reste important dans ce genre de format afin de faire passer des éléments comiques et dramatiques avec panache. 

 

Note : 8.5/10. En bref, une excellente surprise aussi étrange que drôle et attachante. 

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article