Critique Ciné : Canailles (2022)

Critique Ciné : Canailles (2022)

Canailles // De Christophe Offenstein. Avec François Cluzet, José Garcia et Doria Tillier.

 

Le réalisateur de Comment c’est loin (avec Gringe et Orelsan) mais aussi de la série documentaire d’Amazon sur Orelsan nous offre un film français comme on n’a plus envie d’en voir au cinéma. Canailles c’est un téléfilm de luxe (et encore…) avec un joli casting mais le bas niveau de la création et du scénario. On a encore une fois les thématiques du cinéma français et un scénario tellement prévisible que la fin arrive sans que l’on ait l’impression d’avoir vu un film. Là où j’attendais Canailles c’est sur l’humour mais il n’y en a même pas. Le duo François Cluzet / José Garcia ne fonctionne pas si bien que ça et les dialogues étant tellement mal écrits, on ne sait jamais où le film veut en venir si ce n’est tourner autour d’un pot déjà très creux. Le casting est tellement mal dirigé que c’est mauvais. Tout le monde est dans le sur-jeu total, sans émotion, sans quelconque humour valant le coup d’être vu. A créer des personnages aussi caricaturaux, on ne peut pas réellement apprécier le résultat. 

 

Suite à un casse qui a mal tourné, Antoine blessé à la jambe, débarque de force chez Elias pour se trouver une planque. Rien ne destinait le braqueur, un rien anarchiste, à croiser la route de ce prof d’histoire sans histoires. S’engage alors un étrange rapport entre les deux hommes où se mêlent emprise et complicité. Mais c’était sans compter sur Lucie, l’enquêtrice un peu spéciale, chargée de l’affaire…

 

Le pire dans Canailles reste donc son scénario. L’enchainement des évènements est improbable. On se demande comment ce braqueur pour arriver chez le prof alors que ce dernier se tape l’élève d’à côté. J’ai du mal à imaginer l’angle comique qu’il y a dans cette rencontre saugrenue d’autant plus que les acteurs sont tellement peu investis dans le film. Cela rend les scènes assez sottes, sans intérêt. Et le film continue sur ses ressors soi-disant comiques sans parvenir à créer quoi que ce soit. Pourtant, Canailles est inspiré d’un roman : Une canaille et demie de Iain Levison (2006). Le roman américain est donc transposé à la sauce française mais rien ne fonctionne. Canailles incarne tout ce que je ne veux plus voir dans le cinéma français : des acteurs aussi fades que des fanes de radis, une mise en scène aussi insipide que des endives et un scénario bancal du début à la fin. Malgré de bons comédiens, quand ces derniers n’ont rien à jouer alors le film ne peut même pas être sauvé. 

 

Note : 1/10. En bref, passez votre chemin il n’y a rien à voir car même en téléfilm de luxe c’est mauvais. 

Sorti le 14 septembre 2022 au cinéma - Disponible en VOD et DVD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article