Critique Ciné : Violent Night (2022)

Critique Ciné : Violent Night (2022)

Violent Night // De Tommy Wirkola. Avec David Harbour, John Leguizamo et Alex Hassell.

 

Même si Violent Night n’est pas parfait, il reprend pas mal de choses séduisantes du genre. Tommy Wirkola, à qui l’on doit déjà Dead Snow, aime nous offrir des films d’action avec un peu de comédie en ces périodes de fêtes. Le scénario de Pat Casey et Josh Miller est assez simpliste : pendant le réveillon de Noël, une équipe de mercenaire prend en otage une riche famille alors que le vrai Père Noël est en train de délivrer ses cadeaux. Abandonné par ses rennes, il va devoir survivre et sauver cette famille. La façon dont Violent Night évolue est assez classique mais il y a quelques clins d’oeil amusants à des films du même genre. Le plus intéressant est celui à Maman j’ai raté l’avion alors que la plus jeune des protagonistes organise un parcours semé d’embuche afin de faire tomber deux malfrats lui voulant du mal. C’est d’ailleurs cette scène qui est probablement la plus remarquable du film, la plus mémorable aussi, dans une version beaucoup plus gore que le film originel. 

 

Le soir de Noël, quand un groupe de mercenaires entre par effraction sur la propriété d’une famille aisée qu’ils prennent en otage, ils vont devoir affronter un adversaire auquel ils ne s’attendaient pas : Le Père Noël est dans la place et il va leur montrer que ce bon vieux Saint Nicolas a plus d’un tour dans sa hotte.

 

Etant donné que Violent Night reste une comédie, difficile de trouver quelque chose de sérieux à raconter sur ce film. Mais au delà de tout ce que Violent Night fait de complètement fou, on peut s’amuser. La violence et la comédie associés c’est une force chez Wirkola. Il l’a déjà démontré par le passé et démontre une fois de plus qu’il est au sommet de son art ici. C’est aussi toujours agréable de voir un tel film débarquer à une période où le cinéma préfère les effluves romancées de Noël. Il y a un savant mélange de fantastique, d’horreur et de tout un tas d’éléments très contemporains. Dommage que Violent Night ne soit pas aussi bon quand il se concentre sur les assaillants et ce qu’ils sont venus chercher. Même les membres de la famille, tous très caricaturaux ont du mal à faire mouche (sauf la plus jeune, Trudy et la matriarche incarnée par une Beverly d’Angelo en forme). Dans sa façon de faire, Violent Night n’est pas parfait mais il n’en reste pas moins un film efficace. David Harbour en bon vieux Santa est assez cool et amusant pour que l’on passe un bon moment en sa compagnie. 

 

Note : 7/10. En bref, Violent Night s’amuse de tout dans une ambiance assez gore. C’est plein de bonnes trouvailles dont une scène hommage à Maman j’ai raté l’avion sacrément bien fichue. 

Sorti le 30 novembre 2022 au cinéma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article