Critiques Séries : His Dark Materials : À la croisée des mondes. Saison 3. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : His Dark Materials : À la croisée des mondes. Saison 3. Episodes 1 et 2.

His Dark Materials : À la croisée des mondes // Saison 3. Episodes 1 et 2. The Enchanted Sleeper / The Break.

 

C’est avec grand plaisir que je me replonge dans l’univers de His Dark Materials. Cette série est merveilleuse et même si cette saison 3 sera la dernière, je ne peux que remercier les producteurs de l’avoir produite. A la fin de la saison 2, His Dark Materials nous laissait avec un cliffhanger. On ne savait pas du tout où allait nous emmener Lyra et l’on peut enfin découvrir tout cela avec ces deux premiers épisodes. Si vous aviez un doute sur la qualité continue de la série, ces deux épisodes vont prouveront que His Dark Materials continue de briller. « The Enchanted Sleeper » débute avec un monologue. Cela fait deux ans que l’on a quitté le monde de Dust. Le livre dont est adapté cette dernière saison est parfait et incarne toute la quintessence même du récit originel. His Dark Materials parvient dans ces deux premiers épisodes à nous offrir quelque chose de merveilleux, inattendu et surtout mémorable. 

 

Disons que His Dark Materials nous offre quelque chose d’encourageant ici. Certains éléments sont modifiés mais c’est fait pour le bien du récit. Comme la cachette du sanctuaire de Mrs Coulter dans l’Himalaya est devenue une chapelle en pierre abandonnée sur la côte rocheuse d’une île allemande. Ama, la petite fille de Coulter trompe pour l’aider à garer Lyra sous sédatif n’est plus sud-asiatique mais blanche et… sourde. Je trouve que ces petits changements apportent quelque chose de neuf sans pour autant dénaturer le propos original. Coulter reste ce personnage fascinant donc His Dark Materials a besoin pour avancer et plus on plonge dans le récit avec elle, plus on a envie d’être happés par ce qu’elle veut nous raconter. Will de son côté est à la recherche de Lyra dans le monde entier et Asriel recrute pour sa guerre contre l’Autorité. 

 

Tout cela est excitant et sert de longue introduction à ce qui promet d’être une saison pleine de surprises. Le roman de Philip Pullman est brillant mais les scénaristes ont surtout réussi à capturer l’essence même du roman. Ce que le seul film adapté des livres n’a jamais réussi à faire ou être. Father Louis Gomez est incarné à la perfection par Jamie Ward. His Dark Materials a toujours su trouver les bons acteurs pour les bons personnages. Je n’ai rien à redire sur le casting depuis le départ car il est brillant. Le second épisode nous offre un peu plus d’action par rapport au premier mais c’est le premier qui m’a le plus plu. Sans trop savoir pourquoi, les errances de chacun et la façon dont le scénario replace les personnages au coeur même de l’échiquier m’a énormément plu. On a pas vu ces personnages depuis deux ans et pourtant j’ai l’impression que c’était hier la fin de la saison 2. Les personnages sont tous fantastiques et apportent un vrai plus au récit qui a le mérite de fonctionner. 

 

Il y a tellement de personnages que le récit est riche et n’a pas le temps de se poser. Sauf pour prendre un peu le poult de ses personnages. C’est ce genre ce moments qui parviennent à apporter une vraie dynamique émotionnelle et à nous attacher au récit. Quoi qu’il en soit, j’ai déjà hâte de voir la suite de la saison même si je suis déjà éprouvé par l’idée de devoir dire au revoir à tout ce beau monde à la fin de la saison.

 

Note : 8.5/10. En bref, un retour plus que réussi pour His Dark Materials. 

Disponible sur OCS US+24

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article