Riches (Saison 1, 6 épisodes) : dynastie cosmétique

Riches (Saison 1, 6 épisodes) : dynastie cosmétique

Les histoires de dynasties familiales, ce n’est pas nouveau. C’est même un genre prolifique qui donne lieu à tout un tas de séries chaque année. Le soap est un genre tellement riche (sans mauvais jeu de mots avec le nom de la série), que l’on pourrait raconter des dizaines de fois la même histoire. Si de prime à bord Riches a de quoi répéter ce que l’on a déjà pu voir précédemment (Succession, Dynastie, Dallas, etc.) et notamment ces dernières années alors que le genre s’enrichie de nombreux titres, Riches est une vision rafraichissante du genre. Notamment car parmi tous les soaps afro-américains, on n’est pas vraiment servis par leurs qualités. Je dirais même que ce sont souvent des séries de seconde zone pour des plateformes qui ont les moyens d’une production estudiantine. Mais ce soap afro-britannique est la bonne surprise de cette fin d’année. Les dynasties familiales qui se déchirent pour prendre le contrôle de l’entreprise familiale, c’est toujours quelque chose d’intéressant à voir sur le petit écran et Riches a réussi en parti son pari. 

 

Quand Stephen Richards, le patriache d'une famille riche et puissante, est victime d'une urgence médicale, des alliances se forment entre ses proches pour prendre le contrôle de l'entreprise familiale.

 

Riches nous plonge dans l’histoire d’une famille qui a créé une entreprise de cosmétiques destinée aux populations de couleurs mais il y a un twist culturel là dedans alors que cette famille d’origine nigérienne, a une culture différente qui offre des perspectives bien plus sympathique que d’autres séries ces dernières années. Tout commence avec la mort du patriarche Stephen Richards, à la tête de cet empire cosmétique qui est parti de rien et qui est aujourd’hui au sommet avec des millions de dollars dans les poches. Sauf que d’un point de vue purement familial, on ne peut pas dire que cela soit la joie tous les jours. Il s’est remarié peu de temps après la création de la société et ses deux premiers enfants, Nina et Simon, ont grandi sans lui. Sa seconde famille, Claudia, l’influenceuse Alesha, Gus et Wanda sont des enfants pourris gâtés prêts à empocher le pactole avec la mort de leur père. Sauf que tout change lorsque *twist* Stephen a décidé de laisser toute la société à ses deux premiers enfants, Nina et Simon. 

 

Avec un point de départ aussi classique que celui-ci, Riches parvient à développer quelque chose d’assez neuf malgré tout. Notamment car les deux côtés de la famille sont différents et veulent garder le contrôle d’un côté et le prendre de l’autre. La rivalité familiale que Riches tente de développer fonctionne, grandement aidée par un bon casting. Car le secret d’un bon soap reste aussi son casting et par chance Riches en a un très bon. Si vous êtes déjà clients de séries comme Industry ou encore Succession, alors Riches n’a pas forcément de grands secrets pour vous. Disons qu’il est simple de pénétrer cet univers sans trop de difficultés et comprendre ainsi la place de chacun des personnages. Riches est une série intelligente qui évite la caricature afin de développer quelque chose d’intelligent. Les personnages sont nuancés et vont petit à petit se révéler au fil des épisodes. 

 

Même si la saison est assez courte (six épisodes !), elle prend le temps de donner à tous les personnages la place de grandir au milieu des autres et de l’univers professionnelle qu’ils convoitent tous. Les rivalités familiales prennent le dessus sur le bien de la société, ce qui permet de créer encore plus de dramaturgie et d’éléments qui donnent envie de se plonger encore plus dans les aventures des Richards. Nina et Claudia sont au coeur de cette bataille pour la succession de leur père. Les deux sont des opposés et pour Claudia c’est surtout prendre le plus d’argent possible au passage quand Nina elle veut réellement gérer la société et en faire quelque chose, faire ce dont son père rêvait pour elle. Abby Ajavi, qui a écrit pour How to Get Away with Murder et Inventing Anna, insuffle forcément à Riches des éléments de ses précédents travaux. 

 

Dans un sens, Riches aurait très bien pu être une série produite par Shondaland. Ce n’est pas aussi superficiel que les séries Shonda Rhimes mais c’est justement ce qui en fait une force. La série n’est jamais caricaturale et s’avère même tellement intelligente avec ses personnages que le plaisir est celui de tous les instants. Le fait que Riches ne tombe pas dans le piège de la comédie légère permet donc de créer des moments dramatiques forts et intéressants. Parmi toutes les séries de dynasties familiales qui se déchirent, Riches se rapproche énormément de Dynasty elle-même plus qu’Empire qui était pour cette dernière par moment une caricature d’elles-même. Les différents twists et retournements de situation permettent à ces six épisodes d’être un véritable plaisir à suivre. Il y a même un très bon cliffhanger en fin de saison qui met en place une potentielle saison 2 que j’aimerais bien voir. Si Amazon lit ses lignes, renouvelez Riches ! 

 

Note : 7/10. En bref, un soap dynastique réussi. 

Disponible sur Amazon Prime Video

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article