Treason (Mini-series, 5 épisodes) : En traître

Treason (Mini-series, 5 épisodes) : En traître

Treason (ou En traitre en VF) a suffisamment de tensions et d’intrigues différentes pour se dérouler gentiment mais sûrement durant ses cinq épisodes. C’est ce genre de choses que j’apprécie dans une série, quand celle-ci a des choses à nous raconter. L’interprétation de Charlie Cox en agent du MI6 a beau avoir ses défauts, cela reste captivant et surtout efficace. C’est dans ce genre de situations qu’une mini-série comme Treason peut fonctionner. A côté de ça, le reste des personnages est aussi très fort de Oona Chaplin à Olga Kurylenko en passant par Tracy Ifeachor. Le casting de Treason est tellement solide qu’il parvient à soutenir aussi les moments les moins bien écrits de ces cinq épisodes sans difficulté. Treason n’est pas ce qui se fait de plus original non plus étant donné qu’une bonne partie du récit donne l’impression que l’on a déjà vu cela par le passé en mieux ailleurs. Matt Charman (Le pont des espions) ne cherche pas vraiment le réalisme de son histoire. Mais au delà de ça, malgré une gestion du rythme qui s’avère parfois douteuse difficile de ne pas apprécier l’intégralité de cette mini-série. 

 

Adam Lawrence, formé et entraîné par le MI6, voit son passé le rattraper sous la forme de Kara, une espionne russe. Il est obligé de remettre en question tout et tout le monde dans sa vie. Une relation triangulaire se forme bientôt entre Kara, Adam et sa femme, Maddy...

 

Les faiblesses d’écriture de Treason ont les doit aux moments où l’espionnage n’est pas vraiment ce qui a été le plus documenté. Ce n’est pas croyable et les comportements n’ont pas vraiment de logique mais le rythme soutenu permet souvent d’oublier tous ces petits défauts ici et là. L’idée reste donc assez bonne même si je n’ai pas réussi à complètement croire en cette histoire. Le manque d’attention aux détails rend le tout parfois un brin prévisible à mon grand damne. Les premiers épisodes sont les plus efficaces malgré les trous d’air narratifs (surtout sur les rôles des agents su MI6). Peut-être que Treason aurait pu se faire avec moins de services secrets en même temps : le MI6, la CIA et les services secrets russes. Cela fait beaucoup de services secrets pour une petite série. L’histoire en elle-même n’est pas spécialement original ou mémorable mais c’est donc par manque de crédibilité que certaines scènes et le jeu de certains acteurs tente de sortir du lot. 

 

Il y a assez de suspense et de rebondissements pour tenir la promesse de cinq épisodes assez palpitants. Tous les amateurs du genre trouveront forcément de quoi passer un bon moment tout en voyant à quel point certains éléments ne sont pas crédibles pour un sou. Le casting est quant à lui assez solide pour tenir les promesses départ et oublier certains défauts de l’histoire. Je ne connais pas le métier et même si j’ai déjà vu des fictions d’espionnage bien mieux écrites, j’ai toujours été fasciné par ce genre si particulier. Treason n’est pas ce que j’ai vu de meilleur et j’aurais probablement déjà oublié cette mini-série dans quelques semaines mais en période de vache maigre sur le petit écran, c’est toujours un grand plaisir de voir des fictions inédites. Encore plus quand celles-ci n’ont pas été écrites pour durer des années entières.

 

Note : 5/10. En bref, correct et assez distrayant. Le casting fait le gros du boulot quand le scénario ne tient qu’à un fil.

Disponible sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article