Chicago Med (Saison 8, épisode 12), Chicago Fire (Saison 11, épisode 12), Chicago PD (Saison 10, épisode 12)

Chicago Med (Saison 8, épisode 12), Chicago Fire (Saison 11, épisode 12), Chicago PD (Saison 10, épisode 12)

Chicago Med // Saison 8. Episode 12. We All Know What They Say About Assumptions.

 

Chicago Med semble avoir trouvé un bon rythme avec ses intrigues. Si tout n’est pas forcément original ou nouveau par rapport à d’autres séries du même genre, cela reste palpitant. Dans cet épisode, Dayton vire Archer car ce dernier a cassé la AI du bloc opératoire. Archer déteste Dayton et sa technologie. Cette saison prend un sujet intéressant, celui de la comparaison entre l’homme et la machine et la façon dont l’être humain peut avoir peur d’être remplacé. Archer refuse de voir l’intérêt que cette machine peut avoir afin de les aider à sauver des patients. Dans un sens, je comprends les deux points de vue que cela soit Archer ou Dayton mais les deux ne s’y prennent pas de la bonne façon. Tout cela permet de créer un drame efficace. Ce n’est pas la première fois que Archer aurait pu finir viré mais il aura fallu cet épisode pour le voir. Même si cela ne dure pas très longtemps et qu’il ne respecte pas toujours les volontés des patients, cela donne un peu de piquant à l’épisode. 

 

Je ne suis pas spécialement fan d’Archer ce qui n’aide pas non plus. Sa façon de voir la technologie n’est pas vraiment intéressante. Je dirais même qu’il est ridicule. Il ne veut pas utiliser la machine même si celle-ci pourrait lui permettre de faire plusieurs opérations en même temps. Marcel se retrouve lui aussi face à cette machine et étant donné que c’est le personnage que j’aime le moins dans Chicago Med, j’aurais préféré que tout lui retombe dessus. L’épisode a donc de bonnes idées et parvient à utiliser intelligemment son récit. L’idée de discuter de technologie dans une série médicale n’est pas nouveau mais Chicago Med est la première à discuter de ces robots à intelligence artificielle qui peuvent réaliser des opérations médicales que l’être humain pourrait certes faire mais en mettant un peu plus en danger la vie des patients. 

 

Chicago Med interroge donc la place du médecin là dedans et de son avenir dans le bloc opératoire. Rien ne peut réellement remplacer un être humain mais la machine peut être d’une grande aide. Le reste de l’épisode nous offre des cas médicaux plutôt efficaces. Le fait que cet épisode raconte énormément de choses permet de ne jamais s’ennuyer et donc de passer un agréable moment. Ce n’est pas la première fois que la saison fonctionne aussi bien mais cet épisode fait clairement parti de mes préférés. Les personnages prennent de la place et montrent qu’ils sont là pour sauver des vies (et qu’ils aiment ce qu’ils font). 

 

Note : 7/10. En bref, un épisode efficace qui ne laisse jamais le rythme retomber comme un soufflé. Sans parler du questionnement autour de la place de la machine à intelligence artificielle dans le monde médical qui pose les bonnes questions et apporte des réponses intelligences.  

Chicago Med (Saison 8, épisode 12), Chicago Fire (Saison 11, épisode 12), Chicago PD (Saison 10, épisode 12)

Chicago Fire // Saison 11. Episode 12. How Does It End?

 

Dans le cliffhanger de l’épisode précédent, Herman apprenait que Cindy avait un cancer des poumons. Ce qu’il a trouvé injuste car contrairement à lui elle ne respire pas depuis des années des fumées toxiques lors d’incendies. Il a du mal à faire avec ce diagnostic et Herman méritait bien une grande intrigue comme celle-ci. Les scénaristes aiment nous offrir des bons sentiments et ce n’est pas nouveau mais il y a une maîtrise. C’est l’aspect le plus intéressant de cet épisode qui permet pour une fois de faire évoluer Herman. Ce dernier est présent depuis les débuts de Chicago Fire et il n’a pas toujours l’occasion de montrer qu’il est important dans le récit. J’apprécie donc de voir que les scénaristes sont capables de faire d’autres choses. La première affaire de cette semaine c’est un survivaliste qui se retrouve enfermé dans son bunker. J’ai toujours trouvé ces gens beaucoup trop extrêmes même si je ne peux pas leurs en vouloir de chercher à se préparer si un évènement terrible arrivait. 

 

Tout cela conduit à une histoire parmi nos personnages qui est un peu trop artificielle. Une fois de plus, Chicago Fire délivre son intrigue légère où Violet donne à Brett et Gallo des conseils de rencards. Je n’ai rien contre la légèreté dans Chicago Fire mais c’est typiquement le genre d’intrigues que je n’arrive pas à apprécier car ce n’est pas comme si la série n’avait pas déjà fait ça par le passé. Cela fait maintenant onze ans que Chicago Fire existe et forcément des intrigues sont amenées à se répéter mais celles de ce genre là ne sont pas spécialement celles que j’aime voir. Sans Herman je ne suis pas sûr que cet épisode aurait tenu ses promesses. Chicago Fire a tendance à délivrer de bonnes choses et en même temps des trucs que l’on a déjà vu des dizaines de fois auparavant sans originalité. 

 

Comme Severide qui se retrouve constamment dans le même rôle. Il est là depuis le début et pourtant j’ai l’impression que les scénaristes n’ont jamais vraiment fait évoluer le personnage. Il est coincé dans les mêmes intrigues, les mêmes types de relations. J’aimerais bien que les scénaristes de Chicago Fire bousculent un peu plus le récit de cette série car elle a bien besoin de se dépoussiérer. Quand je vois qu’après huit ans Chicago Med est capable de s’améliorer et que Chicago PD est à son sommet dix ans après ses débuts alors je suis sûr que Chicago Fire a du potentiel. Mais cela ne semble pas être la priorité des scénaristes. Peut-être faudrait-il changer de showrunner ?

 

Note : 4.5/10. En bref, un récit bien trop maigre autour de personnages répétitifs. Reste Herman, le pilier qui ici tient l’épisode debout. 

Chicago Med (Saison 8, épisode 12), Chicago Fire (Saison 11, épisode 12), Chicago PD (Saison 10, épisode 12)

Chicago PD // Saison 10. Episode 12. I Can Let You Go.

 

Depuis l’affaire Sean O’Neale, Hailey n’a clairement pas fait son deuil et on ne peut pas dire que Sean soit là pour l’aider non plus. L’homme dont Hailey semble le plus proche dans sa vie est Sean. Ce tueur en série l’appelle au milieu de la nuit mais Sean nous conduit à une toute nouvelle affaire. Un mystère autour de Richard Beck pourrait bien conduire Chicago PD vers une nouvelle intrigue. Cette saison 10 a bien commencé et les derniers épisodes étaient plutôt bons (notamment en se concentrant sur Atwater et Torres). Pour autant, cet épisode n’est pas ce que j’ai préféré de la part de la série. Et puis si elle ne veut pas répondre aux appels de Sean, pourquoi elle ne met tout simplement pas son iPhone en mode « Lune ». Sincèrement… c’est ridicule. Beck et Sean vont jouer un rôle important dans la suite de la saison mais si cet épisode est l’introduction d’une nouvelle histoire, alors je suis un peu déçu du résultat. 

 

Je comprends que les scénaristes aiment bien mettre les personnages de Chicago PD dans l’embarras et choisir des intrigues qui les mettent plus bas que terre. Surtout Hailey qui est la cliente parfaite du genre mais je m’attendais tout de même à quelque chose de légèrement différent aussi. L’épisode en lui-même n’est pas mauvais ou raté mais il n’apporte rien de neuf dans la saison si ce n’est ce sentiment que les scénaristes avaient une si bonne idée au début qu’ils n’arrivent pas à s’en détacher afin de créer quelque chose de neuf. Avec Jay en Bolivie, Hailey est seule. Dans un sens, la solitude de Hailey permet aussi de développer le personnage autrement et de lui donner un angle d’attaque plutôt fort. Tout n’est pas parfait. Le fait que Halstead ait décidé de poursuivre son opération en Bolivie permet de rappeler que ce personnage existe mais aussi de l’éloigner encore un bout de temps de Chicago PD. Je ne sais pas si l’acteur reviendra un jour mais il n’est plus nécessaire à la série.

 

Chicago PD a introduit son meilleur personnage depuis ses débuts à la fin de la saison dernière : Torres. C’est sur ce dernier que la saison devrait se concentrer. On ne peut pas dire que cet épisode lui donne quoi que ce soit. Tout est concentré sur Hailey. Si j’ai toujours apprécié le fait que Chicago PD se concentre sur un personnage par épisode afin de le pousser dans ses retranchements, j’avais tout de même préféré le début de la saison qui parvenait à créer une vraie équipe comme à l’époque. Les scénaristes sont peut-être incapables de faire tout cela de façon intelligente. Je ne sais pas trop mais on ne peut pas dire que cela soit ici très original. Cet épisode semble répéter l’épisode où Hailey voulait à tout prix arrêter Sean. Dommage.

 

Note : 4.5/10. En bref, pas l’épisode le plus original ou palpitant de Chicago PD. Bien qu’il introduise clairement un nouveau danger pour la seconde partie de la saison, je trouve ça encore trop mou pour le moment. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article