Critique Ciné : Pacifiction, tourment sur les îles (2022)

Critique Ciné : Pacifiction, tourment sur les îles (2022)

Pacifiction, tourment sur les îles // De Albert Serra. Avec Benoît Magimel, Pahoa Mahagafanau et Marc Susini.

 

Pacifiction a une idée derrière la tête, parler de politique locale en Polynésie française avec un certain cynisme sur fond de colonialisme. Si les décors de Tahiti sont forcément magnifiques, le film ne raconte pas toujours grand chose et se contente alors de contempler le paysage pendant presque trois heures. Pacifiction avait énormément de potentiel mais celui-ci n’est pas toujours bien exploité. Notamment car le scénario ne sait jamais sur quel pied danser. On se retrouve donc avec un thriller politique qui n’incarne que très peu de choses si ce n’est un personnage, De Roller. Benoît Magimel est excellent dans Pacifiction et dans ce rôle de politique mais la paresse du film qui gravite autour de l’acteur ne permet pas toujours de voir où celui-ci veut en venir. Surtout avec presque trois heures pour nous raconter les pérégrinations d’un politicien calculateur qui n’a que faire des locaux et préfère servir ses propres intérêts. 

 

Sur l’île de Tahiti, en Polynésie française, le Haut-Commissaire de la République De Roller, représentant de l’État Français, est un homme de calcul aux manières parfaites. Dans les réceptions officielles comme les établissements interlopes, il prend constamment le pouls d’une population locale d’où la colère peut émerger à tout moment. D’autant plus qu’une rumeur se fait insistante : on aurait aperçu un sous-marin dont la présence fantomatique annoncerait une reprise des essais nucléaires français.

 

J’ai tout de même apprécié certaines choses dans Pacifiction et notamment Benoît Magimel. Ce dernier est la véritable source du film, inépuisable et surtout impressionnant. L’acteur parvient à embarquer le spectateur avec son personnage haut en couleur. Albert Serra délivre tout de même un film politique assez fort par moment, ne serait-ce que dans la confrontation entre De Roller et les locaux. Il est de partout, s’affaire afin de rencontrer tout le monde et tenter ainsi de satisfaire ses intérêts mais aussi ceux de la population locale. Il faut donc être sensible à la magie de la mise en scène d’Albert Serra pour réellement s’imprégner de tout ce qu’il nous raconte. Le côté carte postale fonctionne à des moments et beaucoup moins à d’autres. Mais j’apprécie tout de même la façon dont il montre Tahiti, ce que l’on n’aurait jamais vu dans une comédie balourde dont on est abreuvés au cinéma chaque année. Avec peu de choses à se mettre sous la dent par moment, Pacifiction a forcément eu énormément de mal à m’accrocher complètement. 

 

Note : 5/10. En bref, assez dubitatif sur la consistance du récit, Pacifiction vaut surtout pour ses décors et un Benoît Magimel plus qu’impliqué. Mais c’est par moment étiré pour peu de choses, dommage. 

Sorti le 9 novembre 2022 au cinéma - Disponible le 7 mars 2023 en DVD et Blu-ray

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article