Machos Alfa (Saison 1, 10 épisodes) : thérapie entre potes

Machos Alfa (Saison 1, 10 épisodes) : thérapie entre potes

Quand les espagnols le veulent ils sont capables de créer des petites comédies amusantes. Cette fois-ci c’est sur une bande de potes qui à quarante ans tentent de s’améliorer. Ils veulent sortir de leur rôle de macho afin d’aller mieux, tout simplement. Ce rôle leur a été imposé par la pression du travail, leur propre femme et la société en générale. Machos Alfa tente alors de déconstruire le mythe du macho au détour de scènes amusantes. Sans être brillante, Machos Alfa a un bon rythme et permet d’enchaîner les épisodes avec aisance. On se laisse porter par cette bande attachante aux aventures pas spécialement rocambolesques mais divertissantes. Machos Alfa a ses moments, notamment quelques situations particulièrement cocasses (le voyage à Ibiza est assez drôle en soi, même si ce n’est pas ce que j’ai vu de plus original) et les personnages savent trouver le bon timing. 

 

Un peu perdus dans un nouveau monde où les femmes s'affirment, les quatre amis Pedro, Luis, Raul et Santi essaient tant bien que mal de trouver leurs marques.

 

En me lançant dans cette aventure, je dois avouer que j’avais quelques réticences. Les dernières comédies espagnoles que j’ai pu voir n’étaient pas spécialement brillantes. Elles pouvaient même être rapidement pompeuses. Machos Alfa prend le pari de faire autre chose et de nous amuser autrement. Parler d’hommes machos qui veulent sortir de leur rôle c’est une façon charmante de changer un peu les sempiternelles histoires que l’on voit constamment. La facilité avec laquelle on s’attache aux personnages est l’une des grandes réussites de Machos Alfa. Durant des périodes assez moroses, Machos Alfa fait un bien fou. Ce n’est pas parfait mais c’est suffisamment drôle et efficace pour que les dix épisodes s’enchaînent à la vitesse de l’éclair. On ne perd jamais de temps et tout ce que l’on voit à l’écran est utilisé à bon escient pour faire évoluer les personnages et le récit en lui-même.

 

Car Machos Alfa n’a pas un point de départ comme excuse pour démarrer une série. Il y a une vraie épopée, une aventure entre mecs qui veulent changer de rôle. Les clichés sont alors utilisés à bon escient, dans le but de nous faire rire mais aussi de les déconstruire. Le mythe du macho était un angle d’attaque amusant car Machos Alfa traite du problème de la femme qui émascule l’homme. Et ce dernier, pour combler cela devient un macho. L’idée d’une thérapie pour les hommes qui veulent sortir de ce rôle là est cocasse. Machos Alfa n’oublie pas non plus de parler de liberté sexuelle dans les couples (ce que l’on voit notamment avec l’un des couples de la série qui font des plans à trois). Machos Alfa n’oublie pas de parler de la superficialité des réseaux sociaux (au travers de la femme d’un des hommes qui aime faire des « room tour » ce qui a le dont d’agacer son mari). Il y a tout un tas de situations réalistes et tournées parfois à la parodie mais pour le bien être de cette comédie. 

 

Note : 6.5/10. En bref, une comédie amusante et rafraichissante qui déconstruit le mythe du macho à sa sauce. C’est drôle et attachant. Vivement la saison 2 !

Disponible sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article