The Glory (Saison 1, 8 épisodes) : vengeance à la coréenne

The Glory (Saison 1, 8 épisodes) : vengeance à la coréenne

Les drames coréens sur Netflix tournent assez souvent autour de thématiques similaires avec un brin d’action et sur fond de vengeance systématique. C’est en gros le pitch de départ de The Glory alors que notre héroïne a une haine profonde envers celles et ceux qui l’ont torturé quand elle était au lycée. The Glory préfère cependant la psychologie plutôt que l’action en elle-même. C’est un parti pris intéressant qui change de ce que l’on peut voir habituellement. La base même de The Glory est assez simple ce qui permet d’accrocher à la série assez facilement. Avec l’injustice présentée dans le premier épisode où l’on suit les aventures de l’héroïne sous la torture de ses camarades, on peut tout de suite s’attacher à la vengeance qui va animer la version trentenaire du personnage par la suite. La première partie de la saison est assez intéressante alors que l’on voit les personnages chuter petit à petit, mais The Glory a parfois pris un peu trop de temps à installer son système de vengeance. 

 

Une femme cherche à se venger d'un groupe d'anciens camarades d'école qui l'a brutalisé enfant.

 

Avec un casting assez solide et une intrigue plutôt bien ficelée, The Glory fonctionne assez pour offrir ce que l’on attend d’elle. Je me suis laissé happé par les huit épisodes d’un coup d’un seul, sans trop de temps morts. Avec des codes classiques mais en même temps originaux grâce à la dynamique de lieu (la Corée), The Glory parvient à sortir un peu des sentiers battus. Certains moments manquent cruellement de rythme mais je pense que The Glory a aussi été pensée pour être une sorte de slow-burn où la série prend le temps d’installer ses personnages et son histoire pour mieux nous prendre au piège avec elle. On en vient à avoir envie de voir tous ceux qui l’on torturé chuter les uns après les autres comme des dominos. The Glory n’est pas la série que j’attendais pour autant : un brin d’horreur où la victime, adulte, décide de tuer ses bourreaux les uns après les autres. Mais The Glory est un drame coréen assez basique dans sa construction avec la fille, pauvre, gentille comme tout et les riches, vilains. Le premier épisode peut-être un peu choquant mais je ne vois pas en quoi ça l’est réellement. 

 

Je m’attendais à quelque chose d’autre peut-être au vu du résumé de la série mais The Glory se laisse assez bien suivre sans trop de difficulté. Surtout en période de disette de séries en tout genre. L’actrice principale est vraiment intéressante tant dans ce qu’elle apporte que ce qu’elle nous propose en termes d’émotions. J’ai cru comprendre qu’une seconde partie arriverait l’année prochaine, je suis donc assez curieux de découvrir ce que The Glory a encore en stock. Les cliffhangers de chaque épisode sont assez bien fichus pour nous offrir ce que l’on a envie d’attendre de la série et le dernier donne envie de revenir. 

 

Note : 6/10. En bref, pas la série de l’année mais un drame coréen assez classique et plutôt correct dans son ensemble qui se suit sans déplaisir. 

Disponible sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article