Critique Ciné : Traquée (2023, Disney+)

Critique Ciné : Traquée (2023, Disney+)

Traquée // De Brian Duffield. Avec Kaitlyn Dever, Zack Duhame et Geraldine Singer.

 

Traquée m’a fait le même effet que Prey, le film Predator sorti sur Disney+ il y a quelques mois. Les deux films partagent d’ailleurs une appétence pour le minimalisme des dialogues. Une seule scène de tout Traquée présente des dialogues. Le reste s’appuie sur des sons et les images. C’est fascinant de voir que pendant un peu plus d’une heure et demie, un film peut tenir sans dialogues. Et la seule phrase prononcée dans le film a son importance. Traquée c’est une histoire de home invasion et d’invasion alien. En combinant les deux, Brian Duffield propose quelque chose de neuf et différent (même si cela va dans le sens de ce que Jordan Peele a pu proposer à sa sauce avec Nope). Le réalisateur de l’excellent Spontaneous (2020) montre qu’il a un vrai talent de mise en scène. Traquée sait créer des jump scares étonnants au milieu d’un récit truffé d’idées pour nous tenir en haleine jusqu’au bout. 

 

Brynn Adams est une jeune femme créative et talentueuse rejetée par sa communauté. Solitaire et toujours optimiste, la jeune femme trouve son réconfort entre les murs de la maison où elle a grandi. Une nuit, elle est réveillée par d’étranges bruits provenant d'intrus manifestement non humains. Commence alors un éprouvant face-à-face entre Brynn et une foule de créatures extraterrestres qui, en plus de menacer son futur, l’amèneront à affronter son passé.

 

Brian Duffield, également scénariste de Traquée, n’en est pas à sa première réussite du genre. Il avait écrit le scénario du très bon Underwater avec Kristen Stewart qui se reposait là aussi sur une menace à laquelle le film nous confronte intelligemment. Le talent de Kaitlyn Dever (Booksmart, Unbelievable) est indéniable et soutient le film tout autant que ces aliens qui viennent la torturer pour prendre possession de son corps. Dans le fond de l’histoire, Traquée est influencé par de nombreux films de genre et notamment l’histoire de L’Invasion des Profanateurs de Sépultures dans laquelle les aliens remplacent peu à peu les humains, ou les Tommykockers de Stephen King. Traquée emprunte beaucoup à ses pairs mais parvient à en faire quelque chose de neuf, fascinant et terrifiant par moment. On a les dents serrées lorsque Brynn se retrouve en danger car le réalisateur est malin pour nous faire ressentir la peur de l’héroïne et les émotions des personnages. 

 

Traquée prend une thématique connue et déjà vue mais parvient à en faire un film fou. On ne s’ennuie pas une seule seconde et la fin symbolise parfaitement tout ce que le film tente de construire. Les aliens découvrent que Brynn n’a pas besoin d’être possédée pour vivre au milieu des humains possédés par le parasite car elle va enfin pouvoir vivre une vie loin du jugement des autres pour ce qu’elle a fait par le passé. Les humains n’ont jamais sauvé Brynn, ce sont les aliens qui l’ont fait. Une fin étonnante mais réussie qui colle parfaitement avec un brin de cynisme à ce que Traquée a construit de bout en bout. 

 

Note : 9/10. En bref, un film étonnant et surtout très réussi qui aurait mérité d’être vu au cinéma. 

Sorti le 22 septembre 2023 sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article