Critique Ciné : Oppenheimer (2023)

Critique Ciné : Oppenheimer (2023)

Oppenheimer // De Christopher Nolan. Avec Cillian Murphy, Emily Blunt et Matt Damon.

 

Je me suis enfin farci Oppenheimer. Farci car c’est tout de même trois heures de film qui auraient mérité d’être élagués d’une demi-heure. C’est un très joli biopic, il y a une matière assez danse à traiter mais il m’a manqué un petit truc en plus afin que la bombe explose réellement. Par rapport à ce que Christopher Nolan peut faire habituellement, Oppenheimer change. On retrouve un peu plus de ce qu’il avait pu montrer dans Dunkerque. Dès l’ouverture du film, Nolan convoque le mythe de Prometheus qui a volé le feu des Dieux afin de le donner à l’humanité. Créant ainsi des conséquences terribles. Oppenheimer est l’adaptation de American Prometheus de Kai Bird et Martin J. Sherwin, Pulitzer de littérature. L’histoire est magnifique à raconter et Cillian Murphy brille vraiment sous les traits du Dr Oppenheimer. On sent l’acteur pleinement investi jusqu’au bout et cela permet de rapidement se plonger dans l’histoire qui nous est contée. 

 

En 1942, convaincus que l’Allemagne nazie est en train de développer une arme nucléaire, les États-Unis initient, dans le plus grand secret, le "Projet Manhattan" destiné à mettre au point la première bombe atomique de l’histoire. Pour piloter ce dispositif, le gouvernement engage J. Robert Oppenheimer, brillant physicien, qui sera bientôt surnommé "le père de la bombe atomique". C’est dans le laboratoire ultra-secret de Los Alamos, au cœur du désert du Nouveau-Mexique, que le scientifique et son équipe mettent au point une arme révolutionnaire dont les conséquences, vertigineuses, continuent de peser sur le monde actuel…

 

Mais Oppenheimer n’est pas forcément le réalisateur le plus académique qui soit. Il donne alors à son biopic une allure certaine, mélangeant couleur et noir et blanc, présent et flashbacks constants afin de jouer avec la temporalité de son récit et ainsi lui donner un rythme. Il nous offre une expérience et plutôt que de suivre l’histoire de façon linéaire (ce qui aurait probablement été ennuyeux), cela donne un coup de fouet dès que Oppenheimer semble parfois sombrer. Afin de parfaire le tout, le film se veut une expérience sensationnelle. La bande originale a de quoi faire vibrer les murs de votre salon mais s’avère parfois un brin trop entêtante. Disons qu’il aurait été plus sage de l’utiliser à bon escient. On ne peut nier le fait que Oppenheimer reste un grand et beau film mais c’est aussi un film auquel il m’a manqué quelque chose. Je ne saurais décrire quoi mais dans cette démonstration de grand spectacle (la bombe en elle-même qui explose lors de son premier test est une séquence de cinéma somptueuse) c’est l’émotion qui pèche. 

 

Parfois Oppenheimer tente justement d’ajouter des pans de l’intrigue qui doivent nous toucher plus que d’autres mais j’ai l’impression que le décorum assourdissant nous fait passer à côté de tout ça. On perd ainsi l’intimisme de certaines parties du récit alors que Christopher Nolan, en grand chef d’orchestre cherche à utiliser tous les instruments qu’il a entre les mains. Mais Oppenheimer aime toujours nous ramener à lui par ce qui me rappelle le cinéma de l’Âge d’Or hollywoodien avec un goût prononcé pour la reconstitution grandiose et fidèle de l’époque. Oppenheimer aurait également pu apporter un peu plus de souffle à la première partie qui accélère l’histoire des deux femmes de la vie d’Oppenheimer sans réellement prendre le temps de se poser. Christopher Nolan a clairement été pioché chez les grands (JFK, Lawrence d’Arabie) pour faire ce film et plutôt que de complexifier inutilement son récit, il parvient à faire quelque chose de sain et buvable. 

 

Note : 8.5/10. En bref, Oppenheimer est un biopic somptueux, bien dialogué, bien incarné (Cillian Murphy est brillant) mais il manque tout de même à ce film un peu d’émotions pour nous attacher au personnage clé et peut-être trente minutes de moins (même si la densité du récit vaut bien les trois heures). 

Sorti le 19 juillet 2023 au cinéma - Disponible en VOD 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article