One Trillion Dollars (Saison 1, épisodes 1 et 2) : Succession à l’allemande 

One Trillion Dollars (Saison 1, épisodes 1 et 2) : Succession à l’allemande 

Sur le papier, One Trillion Dollars a tout d’un Succession européen entre l’Allemagne et l’Italie. Ce n’est pas totalement le cas car la fortune dont hérite John Pohlmann (la plus grosse fortune du monde entier) est liée à une prophétie qui doit le conduire à aider l’humanité à restaurer son avenir. Ces deux premiers épisodes peuvent parfois être un brin confus alors que de nombreuses révélations sont faites et qu’il est parfois difficile de voir dans quelle direction la série veut aller (ou qui sont les personnages en qui on peut avoir confiance). Mais tout est assez bien ficelé pour que l’on ne s’ennuie jamais et que chaque lien narratif tissé serve le récit global. Tout ce que ces deux épisodes tentent de mettre en place aura forcément des ramifications dans les futurs épisodes et permettent aussi de cerner la personnalité du héros. One Trillion Dollars prend le temps de créer son personnage irresponsable tout en le conduisant assez intelligemment vers ce qu’il est amené à faire de son existence. 

 

Coursier à vélo berlinois de 25 ans, complètement irresponsable, John Pohlmann hérite de mille milliards de dollars et devient du jour au lendemain John Fontanelli, l'homme le plus riche du monde. Cependant, la fortune est liée à une prophétie qui prédit que l'héritier utilisera l'argent pour restaurer l'avenir perdu de l'humanité. Poussé par une révélation, il entreprend de réaliser la prophétie. Au fur et à mesure qu'il s'engage dans ce combat, il se rend compte que des ennemis dangereux et puissants tentent de l'arrêter, menaçant de détruire non seulement John, mais aussi le monde tel que nous le connaissons.

 

Visuellement, One Trillion Dollars n’a rien à envier à d’autres productions. Paramount+ a clairement laissé libre court aux producteurs pour que la série ait la qualité nécessaire pour reproduire cet univers luxueux. La villa de John est somptueuse, et tout est fait pour nous en mettre plein la vue. Pour autant, One Trillion Dollars n’est pas que poudre aux yeux. La série veut construire son récit et bien qu’il soit un brin bancal de prime à bord, on parvient à se laisser avoir dès le second épisode. Le second épisode est bien plus fourni, offre aussi quelques révélations sur les héritiers potentiels (un a été entrainé pour suivre la prophétie alors que John ne l’a jamais été et est plongé la tête la première dedans). Je suis de nature curieux donc je suis assez excité à l’idée de voir comment la série compte se goupiller au fil des épisodes. 

 

La réalisation est assez énergique pour ne jamais nous laisser nous reposer de trop (ce qui est un avantage dans une série sensée être à mi chemin entre le thriller financier et quelque chose de plus rythmé proche du cinéma d’action). Certains moments auraient pu prendre plus de temps et semblent être survolés. C’est dommage car cela empêche de comprendre certains personnages (comme dans le premier épisode quand John est kidnappé). J’ai l’impression que One Trillion Dollars ne savait pas trop quoi faire de ce kidnapping et laisse alors filer le tout dès l’introduction du second épisode. Je suppose que cela aura un lien avec de futurs épisodes et vilains à venir mais la série reste pour le moment assez bien fichue pour donner l’envie de revenir et suivre la suite des aventures des personnages. C’est assez rare en ce moment d’avoir des séries de cet acabit alors je ne vais pas bouder mon plaisir. 

 

Note : 6.5/10. En bref, une introduction plutôt réussie sur les chapeaux de roue qui rend curieux de découvrir la suite. 

Disponible sur Paramount+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article