Frasier (2023) (Saison 1, 10 épisodes) : objectif retrouver la magie de l'originale

Frasier (2023) (Saison 1, 10 épisodes) : objectif retrouver la magie de l'originale

La force de la série originale c’était Kelsey Grammer et dans cette suite, reboot avec un nouveau casting, c’est toujours lui qui tient la série sur ses épaules. Au début ce n’est pas forcément ce que j’attendais. On sent que la série cherche son rythme, cherche à trouver le bon équilibre avec les nouveaux personnages mais une fois que tout cela est bien installé, Frasier parvient enfin à construire une véritable alchimie entre les personnages et la magie est de retour. Le premier épisode permettrait de réintroduire l’univers et le héros. C’était très chargé, pas forcément ce que j’attendais mais d’un autre côté Frasier est une sitcom et elle doit trouver un moyen d’introduire tout son monde en peu de temps. Le premier épisode d’une sitcom n’est jamais le meilleur souvent car il n’y a pas assez de temps pour insérer l’humour que d’autres épisodes vont pouvoir insuffler. 

 

De nouveaux personnages sont introduits en plus de retrouver Frasier. Après toute cette longue introduction qui prend tout de même deux épisodes, la série peut commencer à libérer ce qu’elle voulait faire. Je pensais que ce nouveau Frasier avait perdu toute la créativité et folie de l’original mais c’était sans avoir vu les épisodes suivants. Plus les épisodes avancent et plus les blagues sont subtiles, les relations (notamment entre Olivia et Alan) se développent et deviennent bien plus intéressantes. Le casting est lui aussi plus détendu. On sent que le tournage au fil des semaines a permis aux acteurs de développer leur alchimie à l’écran. Chacun gagne un peu plus confiance en son personnage et ça se voit et se ressent à l’écran. C’est à partir de l’épisode 4 que l’alchimie et que la magie de la série originale soit de retour. C’est certes modernisé mais on retrouve ce charme immuable que j’attendais dès le début. 

 

Contrairement au reboot plus que médiocre de Sex and the City, l’équipe de Frasier (2023) a su moderniser la série originale et ses situations comiques sans pour autant dénaturer ce qui faisait le charme de la série originale. On sent que les scénaristes ont cherché pendant plusieurs épisodes, en testant des choses, mais une fois que la série a son rythme alors c’est un pur plaisir et un pur bonheur. Bien entendu, il y a des Easter eggs à la série originale mais au fond ce n’est pas du tout ce que j’ai préféré. Ça a son charme mais ce n’est pas du tout ce qui fait la force de cette comédie. C’est même ce que je trouve de plus dommageable à cette nouvelle version. Cela donne l’impression de visiter un musée de la série originale que les scénaristes tentent de faire revivre. Malgré toutes ses imperfections, ce retour de Frasier était séduisant. 

 

Je ne sais pas si Paramount+ aura envie de donner une suite mais ces dix épisodes étaient assez charmants pris globalement pour que l’on ait juste ce qu’il faut pour se souvenir de la série originale (et passer de bons moments avec les nouveaux épisodes). Kelsey Grammer n’a pas perdu de sa force et c’est peut-être bien ce qui permet à Frasier de tenir encore debout. Sans lui ce reboot n’aura pas eu de sens et n’aurait probablement pas été aussi intéressant. 

 

Note : 6/10. En bref, un retour qui met son temps à trouver son rythme mais une fois l’alchimie créée, la série fonctionne. 

Disponible sur Paramount+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article