Mr Monk’s Last Case: A Monk Movie (2023, Peacock)

Mr Monk’s Last Case: A Monk Movie (2023, Peacock)

Mr Monk’s Last Case: A Monk Movie // De Randy Zisk. Avec Tony Shalhoub, Melora Hardin et Ted Levine.

 

Monk, notre détective souffrant de TOC le plus mémorable revient. Andy Breckman a alors écrit une nouvelle aventure pour le personnage et c’est avec grand plaisir que l’on retrouve le détective. 14 ans après la fin de la série (!), parvient à montrer que les personnages ont vieillis mais trouve une excuse valable pour que tout le monde soit de retour. Je dois avouer que je ne savais pas à quoi m’attendre avec ce retour mais il se fait avec une véritable intelligence, sans rogner sur les idées pour utiliser notre réalité. Ce téléfilm de 90 minutes inclut notamment les conséquences de la COVID-19 (qui a transformé un peu le monde entier en Monk) en ajoutant un brin d’humour. Lorsque tout le monde est finalement comme lui, tout le monde a de quoi détecter Monk (d’une certaine façon humoristique). 

 

Monk, le brillant détective de San Francisco souffrant de TOC, revient pour résoudre une dernière affaire impliquant sa belle-fille bien-aimée Molly, une journaliste qui prépare son mariage.

 

Adrian Monk n’est pas un grand fan de sa retraite, a des conversations avec sa dernière femme et a du mal à rester entier. Andy Breckman a une raison intelligente pour que notre héros revienne et ainsi le sortir de sa retraite avec le retour de son ancienne équipe : Stottlemeyer, Disher ou encore Nathalie. Alors que cela aurait pu être forcé, tout est tellement naturel dans Mr Monk’s Last Case que l’on a l’impression que la série ne s’est jamais vraiment arrêtée (qu’elle a fait une petite pause de 14 ans). Afin d’ajouter des éléments modernes, nous avons James Purefoy dans le rôle d’un milliardaire qui aime les fusées (toute comparaison avec une personnalité connue est purement fortuite… ou pas). L’acteur est parfait pour incarner le vilain de ce téléfilm. Il a un charme à lui qui me plait et qui sied parfaitement à l’univers de Monk. Après avoir résolu 140 affaires, voilà que Monk se retrouve donc avec un nouveau whodunnit. Et bien que la mécanique soit la même que celle de la série, cela fait plaisir à voir.

 

Au fond, Monk a toujours repris la mécanique usuelle des séries policières mais avec quelque chose de léger et amusant qui rendait finalement la série attachante. Mr Monk’s Last Case n’a pas perdu de ce charme, preuve qu’il est immuable. Tony Shalhoub est parfait dans le rôle une fois de plus, donnant parfois l’impression de ne jamais l’avoir réellement quitté. Après l’avoir incarné pendant huit saisons, difficile en même temps de sortir de ce personnage si emblématique. Ce n’est pas toujours facile de faire revivre des personnages et séries emblématiques mais dans le cas de Mr Monk’s Last Case c’est réussi. Il y a à la fois l’humour de Monk, l’enquête qui fonctionne mais aussi de l’émotion qui permet de rappeler la sensibilité des personnages (et du héros). Mr Monk’s Last Case permet de retrouver le Monk que l’on a pu aimer il y a 14 ans et c’est finalement pile poil ce que le créateur a fait. Merci. 

 

Note : 8/10. En bref, un retour réussi pour Monk qui en plus de montrer le temps qui a passé depuis la fin de la série parvient à délivrer une histoire fonctionnelle, drôle et touchante. 

Prochainement sur TMC

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article