Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fringe. Saison 1. Episodes 1 et 2. (Rerun)

17 Juillet 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Fringe

fringe_torv_660.jpg


Fringe // Saison 1. Episode 1. Pilot.

 

TF1 rediffuse actuellement la saison 1 et c'est donc le moment pour moi de revenir sur l'une des meilleurs séries de ces dernières années et d'un pilote que j'avais découvert avant que la télévision américaine ne le diffuse, comme des millions de gens dans le monde entier.

Alors Fringe c'est quoi tout d'abord pour ceux qui ne savent pas... Quand un vol international arrive à l'aéroport de Boston et que les passagers et l'équipage sont retrouvés morts, l'agent du FBI Olivia Dunham se voit confier l'enquête. Lorsque son partenaire est grièvement blessé, elle trouve une aide inattendue auprès du Dr Walter Bishop, un scientifique brillant mais fou, et de son fils, Peter. Ils ne tardent pas à découvrir que le drame du vol 627 n'est qu'une infime partie d'une bien plus grande et choquante vérité...(Allociné). Voilà l'histoire de ce pilote.

On a droit à de toutes sortes de choses dans ce pilote, de la première scène plutôt dégoutante en passant par Olivia et sa "connection" avec les souvenirs et le cerveau de John Scott son chère amant interprêté par Mark Valley. Outre le fait que le pilote ai côuté 10 millions de dollars et qu'on voit qu'il y a des moyens qui ont été mis en oeuvre, c'est certainement l'une des plus belles révélations qu'il m'est été donné de voir. C'est parfois lent, c'est parfois mystérieux, c'est très rythmé à certains moments (la course poursuite en voiture de la fin du pilot entre Olivia et John ou encore le moment où ils vont tenter de courser un bad guy dans le froid. Petite anecdote d'ailleurs qui m'a été donné dans les bonus des DVD de la saison 1 : il faisait tellement froid qu'ils avaient du mal à tourner certaines scènes. De plus, ce pilote n'a pas été tourné à New York comme le reste de la saison 1 mais à Toronto à cause des côuts de production de New York.

Bref, un épisode de 1h20 pleins de rebondissements démarre. Le roi du mystère : J.J Abrams (qui a déjà créé Lost quand même) se lance dans cette nouvelle aventure. Puis nous nous retrouvons dans un motel avec Anna Torv, la très ravissante Agent Dunham du FBI. On a donc droit à des scènes de tendresse et de complicité entre Olivia et John. Le truc c'est que le pilote à un twist final : la partie où Olivia entend la conversation téléphonique de John sur une cassette et qu'elle se souvient des mêmes paroles sur le tarmac.

Cette série est certainement un succès pour son casting. Anna Torv méritait d'être connu et convaint plutôt bien le téléspectateur dans la peau d'Olivia Dunham. De plus, Joshua Jackson se révèle en Peter Bishop être un acteur qui a un talent énorme. Dès le pilote il inspire à la fois la confiance et la déconfiance (je sais que ça veut rien dire du tout mais j'aime bien ce "faux" mot). Pour finir, John Noble et son obsession pour la nourriture dans la peau de Walter Bishop, ou encore l'excellente Blair Brown qui l'on connait pour avoir jouer dans Au Delà du Réel (finalement elle reste dans le même genre) dans le rôle de Nina Sharp, la co-directrice de Massive Dynamics.

 

Note : 9/10. En bref, ce pilote est prennant dès le début. Une excellente nouvelle pour la série. A ne pas oublié que tous les détails sont importants dans cette série, jusqu'au fameux Observer (vu devant Massive Dynamics dans ce pilote).

 

fringe-saison-1-episode-02-2782282hilnh_1821.jpg

 

Fringe // Saison 1. Episode 2. The Same Old Story.

 

L'épisode 2 de cette première saison démarre sur les chapeaux de roues. Fringe c'est ça. On commence tout doucement l'épisode et tout d'un coup un truc dégueu arrive. Et puis paf, c'est le générique. Ensuite, on retrouve notre équipe ici Olivia et j'adore le côté société secrète de la réunion entre Broyles et Nina Sharp, et d'autres personnes dont on ne sait rien du tout. Le goût du mystère pour cette série est entretenu de bout en bout.

On a droit à de l'humour, rien que le moment où Peter découvre son père dans le placard de la chambre d'hôtel c'était génial. La scène est tellement drôle et sympathique à suivre. C'est d'ailleurs Walter le personnage central de l'épisode, on le met volontairement en avant pour nous annoncer que beaucoup de mystères de la saison et de la série seront en lien avec lui et ses expériences dans son laboratoires avec notamment William Bell.

L'enquête de l'épisode se concentre sur un tueur en série qui collecte des glandes dans le cerveau de ses victimes. On enquête sur la mort étranger d'une femme qui avait un enfant encore plus étrange en elle : l'enfant qui est né a été entièrement développé et âgé de 80 ans en l'espace de quelques minutes. Ils découvrent alors que le tueur est un homme d'âge articiellement réduit grâce aux enzymes extraits des glandes afin d'oter la maladie et donc de stopper le vieillissement. Cette histoire était passionnante de bout en bout. On vit au rythme de l'enquête avec ses musiques étranges en fond sonore (merci Mr Michael Giacchino), des trucs dégueu (plein de trucs dégueu). Fringe montre ce qu'elle est, ouvre un livre mais finalement, on ne peut pas tout lire d'un coup sinon ce serait de la triche. Fringe surprend avec cet épisode qui se retrouve être bien meilleur que le pilote lui même. Fringe est forte : elle arrive à nous faire croire à des trucs impossibles simplement en donnant des explication scientifiques et en donnant l'enquête à des personnages très humains comme la très charmante Anna Torv.

 

Note : 9.5/10. En bref, un épisode magnifique et prennant.

 

Retrouvez samedi prochain la critique des épisodes 3, 4 et 5 que TF1 diffusera le soir même.

Commenter cet article