Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : 30° Couleur, chaleur refroidie...

25 Août 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19997951.jpg

 

30° Couleur // De Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue. Avec Lucien Jean-Baptiste et Edouard Montoute.


Si l'on s'en tient à l'affiche du film, on s'attend à un film coloré et drôle (c'est un peu la même chose que l'on attend du titre en lui même). Et puis finalement, 30° Couleur s'avère être un film bien moins drôle que ça. Son sujet se grippe rapidement dans un sérieux académique. Lucien Jean-Baptiste, à qui l'on doit La Première Etoile, nous offre ici un film sur ses origines mais le tout passe difficilement. Notamment parce que l'on ne croit pas du tout à l'amitié entre Edouard Montoute (son personnage est une horreur sur pattes) et Lucien lui même. Si le thème familial pouvait séduire, 30° Couleur finit en film paresseux n'ayant finalement pas grand chose à nous offrir, les meilleurs moments étant ceux du carnaval. On sent les couleurs des Antilles à ce moment là. Le film n'échappe pas non plus aux clichés, ce qui aurait pu être l'inverse. Et le mélange entre les quelques clichés de touristes et le sérieux du film ne fait pas vraiment bon ménage.

Patrick est un homme rigoureux et borné. Elève brillant aux Antilles, sa mère l'a envoyé à l'âge de dix ans pour faire ses études en "France". 30 ans plus tard, il est devenu un historien réputé et fier. Coupé de sa famille et de ses traditions, il s'est intégré au point d'en avoir oublié ses racines... Un noir devenu "blanc à l'intérieur"... Apprenant que sa mère est sur le point de mourir, il part en urgence pour la Martinique, avec sa fille unique, et y débarque en plein carnaval. Durant trois jours, accompagné de son ami d'enfance, l'irrésistible Zamba, il va être emporté dans un tourbillon de folie, d'émotion, d'humour et de situations rocambolesques.
Un voyage initiatique rythmé par l'ambiance et les couleurs du carnaval. Trois jours qui vont changer sa vie.

L'histoire de 30° Couleur aurait pu être intéressante et surtout agréable à suivre si seulement le film y avait mis plus de coeur. Car je me suis tout simplement ennuyé pendant une bonne partie du film. Ce que j'avais envie avec ce film c'est d'être emporté par les Antilles, de voyager tout simplement. Mais il ne se passe rien du tout. La plupart du temps, les personnages restent confinés pour nous déblatérer un discours bavard et pas assez bien soigné. On sent qu'il manque un truc au film assez rapidement. Lucien Jean Baptiste voulait faire une comédie familiale, et le film fini en dramédie boursouflée. Heureusement encore une fois que les belles images du carnaval de Fort de France viennent colorer le film et lui donner un certain intérêt épistolaire. Car au delà de la carte postale que l'on pourrait recevoir à son retour de vacances, 30° Couleur manque son sujet.

Et la faute n'est pas seulement à incomber au scénario. Il y a aussi Edouard Montoute. Cet acteur j'ai appris à le détester d'années en années. Je crois que tout à commencer quand il a fait des téléfilms pour la télévision. Là, c'était un vrai drame (déjà que dans Taxi il était assez insupportable). Du coup, en travesti, il était tout… sauf drôle. Pathétique est un bien meilleur qualificatif. Pendant ce temps, Lucien Jean Baptiste est sympa mais bien trop coincé. On connait les Antilles pour leur sens de l'accueil, et même quand Patrick comprend qu'il fait parti de cette famille, il n'arrive pas vraiment à se lâcher (son passage au carnaval restant constipé). Au final, 30° Couleur fait parti de ces comédies françaises que l'on préfère oublier dans un coin. Il y avait une envie intéressante au premier abord mais qui fini rapidement à la poubelle pour laisser place à quelque chose de bien trop platonique.

Note : 3/10. En bref, l'amour des Antilles vient à manquer. 30° Couleur aurait du s'appelle 30° Sans Couleur.

Commenter cet article