Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : American Nightmare, cauchemar sur le pallier

8 Août 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21010443_20130605124213063.jpg

 

American Nightmare // De James DeMonaco. Avec Ethan Hawke, Lena Headey et Max Burkholder.


Sorti en pleine controverse américaine sur le port d'armes, American Nightmare a fait beaucoup parler aux Etats-Unis. Mais cela a également été un succès surprise. Produit par ceux à que l'on doit Paranormal Activity et Sinister (comme on tente de nous le vendre sur l'affiche), c'est avant tout un film de James DeMonaco. Ce dernier avait déjà été à l'origine du script de Assaut sur le central 13 (2005) remake de Assaut de John Carpenter. Si je vous parle de ce film c'est parce que American Nightmare s'inspire de la thématique (enfermés dans un commissariat pour échapper à l'ennemi qui veut entrer à cause d'une personne qu'ils détiennent vs. une famille cloitrée chez elle derrière son système de sécurité pour échapper à la Purge et dont le système veut être violer lorsque des Purgeurs veulent se faire vengeance). Au fond, American Nightmare n'est pas brillant, mais c'est un film assez fun qui exploite son thème à la manière d'un thriller qui n'induit aucune réflexion sur la société américaine mis à part quelques moments de lucidité de la part des personnages.

Dans une Amérique rongée par une criminalité débridée et des prisons surpeuplées, le gouvernement a donné son accord pour qu’une fois par an, pendant 12 heures, toutes activités criminelles, meurtres inclus, soient légalisées. La police ne peut intervenir. Les hôpitaux suspendent leurs services. Une nuit durant, les citoyens sont à même de définir leurs propres règles et de faire leur propre loi, sans avoir à craindre de sanctions. Au cours d’une telle nuit hantée par la violence et le crime, une famille va devoir faire un choix – bourreau ou victime ? – face à un inconnu venu frapper à sa porte.

En effet, je trouve dommage de ne pas avoir voulu parler plus des enjeux politiques de cette affaire (résumés à quelques références, une annonce télévisuelle et une phrase d'introduction du film). Le tout aurait pu donc prendre plus d'ampleur mais pour cela, American Nightmare aurait dû durer une bonne heure de plus. Le but était donc ici clairement définit : du fun, du fun et encore du fun. Le film s'installe de façon assez classique, sans prise de tête. Dommage, car j'aurais bien aimé avoir quelques bonnes surprises dès le début du film. Certaines scènes, prévisibles au possible, ne donnent pas nécessairement l'impression que le sujet a réellement été bien exploité. Je me souviens de deux films de home invasion absolument géniaux : The Strangers (2008) et Ils (2006). Et je dois avouer que American Nightmare ne leurs arrive pas à la cheville. Et pourtant, ce n'est pas faute d'essayer car au fond j'ai réussi à frissonner par moment mais le fait que James DeMonaco utilise volontairement des procédés techniques modernes de l'horreur plutôt que quelque chose de sobre (notamment la caméra du gamin) m'a beaucoup déçu.

J'aurais aimé quelque chose de plus brut, de plus classique. Et donc de plus proche d'un Funny Games (1997). American Nightmare s'inspire donc un peu de partout où il peut et nous offre par la même occasion quelques moments de sursaut efficaces. Le meilleur moment arrive au début alors que l'on ne s'attend pas vraiment à ce qu'il y ait un retournement de situation aussi rapide (bien que l'on puisse soupçonner l'issue de cette histoire). Rapidement, American Nightmare s'installe et puis tout d'un coup le soufflé reste complètement plat. Durant une bonne partie du film alors que celui ci tente de jouer sur l'horreur dans la maison, on se retrouve face à quelque chose de pas très rythmé. Dommage, j'avais bien envie de voir du fun tout au long du film. Ce gros coup de mou est finalement ce qui déçoit le plus alors qu'au fond le reste est plutôt correct. On peut également saluer Ethan Hawke (qui était également dans Assaut sur le Central 13 et encore dans le rôle du gentil) et Lena Headey (Terminator Les Chroniques de Sarah Connor) qui jouent un couple de Monsieur et Madame Toulemonde assez agréable.

Note : 4.5/10. En bref, dommage que le film subisse un gros coup de mou alors qu'il tente d'enclencher la seconde partie du film. L'introduction, rapide et efficace, sert plutôt bien American Nightmare pendant que sa conclusion fun et barrée délivre un divertissement assez efficace mais beaucoup trop court.

Commenter cet article