Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Apprenti Gigolo, romance gigolo

12 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

149022.jpg

 

Apprenti Gigolo // De John Turturro. Avec John Turturro, Woody Allen et Sofia Vergara.


Retrouver Woody Allen dans un film en tant qu’acteur c’est assez étrange. Disons que cela faisait un bout de temps que l’on n’avait pas vu le réalisateur faire l’acteur. Je crois que la dernière fois que je l’ai vu c’est certainement dans son propre Scoop. C’est un bon acteur et je dois avouer que je l’aime bien dans Apprenti Gigolo. Alors qu’il tente de jouer le rôle d’un mac alors qu’il n’y connait rien. Le film est gentil comme tout et ce n’est pas plus mal car le but est justement de nouer des liens entre certains personnages, comme peut le faire si bien Woody Allen avec ses propres films. Sauf que cette fois c’est le film de John Turturro. A la fois scénariste, réalisateur et acteur principal, il enchaîne toutes les casquettes et c’est une bonne chose même si Apprenti Gigolo n’est pas un film surprenant. Ce qui manque à ce film c’est la folie et la vitalité d’un Woody Allen même si globalement ce n’est pas totalement raté. Disons qu’il y a tout un tas de bons aspects, notamment dans la relation entre le fleuriste et le libraire. Le problème c’est plutôt toute ce qui entoure le personnage de Fioravante.

Deux amis, l'un libraire, l'autre fleuriste, ont des problèmes d'argent. Le premier devient le mac du second. Ils feront le bonheur de leurs clientes.

En effet, j’ai eu beaucoup de mal avec cette histoire d’amour qui se tisse entre lui et Vanessa Paradis. Cette dernière n’est pas mauvaise dans le rôle de la veuve juive mais disons qu’il manque quelque chose pour rendre le tout original et efficace. Fort heureusement que le casting féminin est rattrapé par Sofia Vergara, jouissive en cougar à la recherche d’un petit plan cul et Sharon Stone, femme d’alpiniste qui se sent terriblement seul. Le film n’évite pas non plus l’humour juif. Ce n’est pas une mauvaise idée, notamment au travers de ce procès secret qui est certainement l’un des meilleurs moments du film. Mais justement, Apprenti Gigolo veut parfois trop en faire de ce point de vue là. Le personnage de Liev Schreiber, en flic déprimé, est particulièrement décevant. J’ai beau ne pas détester l’acteur, je trouve qu’il manque cruellement un petit truc à sa prestation. On aurait pu attendre beaucoup plus de la part de John Turturro aussi. Ce dernier est plutôt bon pour ce qui est de l’écriture de son scénario mais d’un point de vue de son jeu d’acteur, il ne cherche pas à apporter quelque chose de nouveau.

A vouloir par ailleurs ressembler au New York de Woody Allen, on se demande presque pourquoi ce n’est pas ce dernier qui a mis en scène ce film. Cela aurait été sûrement beaucoup plus efficace même si l’on ne peut pas nier le fait que l’histoire de John Turturro est bourrée de références et d’hommages que cela soit dans la mise en scène ou encore de la musique choisie. Apprenti Gigolo n’est donc pas un mauvais film mais pas un bon film non plus. C’est gentil sans plus. Une fois que l’on a vu ce dont le film voulait parler, celui-ci ne fait pas grand chose. On sait très bien comment cela va plus ou moins se terminer et du coup, le potentiel est clairement présent et l’on s’amuse sans problème mais c’est aussi parfois un peu le point faible de ce film. Je n’ai pas été séduit comme j’aurais aimé l’être. Dans le genre film qui ressemble au cinéma de Woody Allen, je préfère largement Un Week-End à Paris sorti plus tôt cette année.

Note : 5/10. En bref, sans être mauvais ou bon, le film oscille entre le bon et le moins bon.

Commenter cet article