Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Arthur Newman, avez-vous déjà voulu changer de vie ?

4 Septembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20518130.jpg

 

Arthur Newman // De Dante Ariola. Avec Colin Firth, Emily Blunt et Anne Heche.


Qui n'a pas déjà pensé à changer de vie ? Alors que Wallace s'ennui de la sienne et ne la supporte plus, il va décider de changer complètement de vie en mettant en scène sa mort. Tout cela va bien évidemment rapidement lui offrir l'opportunité de vivre une seconde vie mais aussi de découvrir que changer n'avait pas que du bon. Si l'on peut saluer le fait que le sujet de Arthur Newman était une bonne base de départ, l'exécution faite par la scénariste Becky Johnston (Sept ans au Tibet et prochainement Salt 2) est particulièrement ronronnante. Le fait est que le film ne parvient jamais à donner le coup de fouet dont l'histoire de ce personnage avait besoin. Une fois passé la présentation et le changement, le film s'enraye et plonge alors dans une routine particulièrement pompeuse. Je n'attendais rien de ce film, j'en conviens mais je m'attendais tout de même à ce qu'il soit bien plus énergique. Surtout que Colin Firth est plutôt convaincant mais le souci c'est que son personnage n'a pas suffisamment de matière à travailler.

Wallace Avery ne supporte plus sa vie. Divorcé et insatisfait en amour, il a même laissé la distance s’installer entre lui et son fils. Il opte alors pour une solution radicale : il met en scène sa propre mort, s’achète une nouvelle identité – Arthur Newman – et met le cap sur son paradis personnel – Terre Haute dans l’Indiana – où il espère pouvoir devenir golfeur professionnel. Car pour avoir droit à une deuxième chance, Wallace estime qu’il lui faut se glisser dans la peau de quelqu’un d’autre. Mais ses plans sont remis en question quand il croise la route de Michaela Fitzgerald qu’il découvre sans connaissance au bord de la piscine d’un motel. Tandis qu’elle met deux heures à comprendre qui se cache derrière «Arthur Newman», il faut bien plus de temps à Wallace pour percer à jour la véritable identité de la jeune femme… Peu à peu, ces deux êtres qui tentent désespérément de changer d’identité s’accepteront tels qu’ils sont et s’éprendront l’un de l’autre…

Du coup, avec un scénario assez plat, le tout tombe rapidement comme un flan dans une assiette. Mis en scène par le novice Dante Ariola (qui réalise ici son premier métrage), Arthur Newman manque vraiment d'envergure. Le réalisateur ne parvient pas à mettre en valeur un sujet de base pourtant assez intriguant. Mais rapidement, on ne parvient pas à avaler les balivernes du héros et l'on s'ennui terriblement. Ce n'est pas Emily Blunt qui va me faire changer d'avis. J'aime beaucoup cette actrice, notamment pour sa simplicité, mais elle est ici particulièrement vide d'intérêt. Son personnage manque clairement d'intérêt. A moins que le but dès le départ était de la mettre dans des situations sexuelles avec le héros du film. Ensuite, Arthur Newman est bien trop poli. Le film aurait clairement pu montrer le fait que ce qu'il a fait est totalement illégal. Cela aurait certainement pu donner un nouveau souffle au film, et aussi faire ressortir un côté plus piquant. Car rapidement, cette aventure n'en est plus une. Le film stagne au milieu de sa propre vase.

Dante Ariola, qui aurait pu démontrer qu'il a une personnalité de réalisateur, démontre ici surtout qu'il est bien trop ennuyeux. Peut-être est-ce la faute au scénario qui ne donne bien évidemment pas tant de matière que ça à travailler. Mais je pense aussi que son but aurait pu être de donner un peu plus de cachet à ce qui semble être une vaste blague. Colin Firth, que j'aime bien, surnage au milieu de tout ça, tentant par moment de sauver le film de la noyade. Mais voilà, il ne se passe rien et cela en devient consternant. Même le face à face tant attendu avec les forces de l'ordre manque de saveur et n'aide pas tellement le film à se sortir les doigts. On va donc repasser une prochaine fois en espérant que les prochains films des acteurs de ce film ne soient pas aussi pantouflards. Je ne vous ai pas parlé de Anne Heche mais la pauvre ne sert pas à grand chose et le peu qu'elle sert ne la met vraiment pas en valeur. Après l'avoir trouvé insupportable dans sa dernière série, elle est aussi transparente que du Plexiglass dans son dernier film. Dommage pour elle.

Note : 3/10. En bref, un sujet intéressant mais traité de façon niaise et plate. Le tout dans un environnement sans aucune saveur avec des acteurs qui surnagent. Dommage.

Commenter cet article