Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Barbecue, chaude braise

30 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

320689.jpg

 

Barbecue // De Eric Lavaine. Avec Lambert Wilson, Franck Dubosc et Florence Foresti.


Franck Dubosc quitte le camping pour rejoindre ses amis bobos amateur de Château Pétrus dans le sud de la France en vacances. C’est Eric Lavaine (Incognito, Bienvenue à Bord) qui met tout cela en scène avec le coup de crayon d’un petite téléfilm aussi charmant soit-il. On retrouve également au casting Lambert Wilson en pleine crise de la cinquantaine, Guillaume de Tonquédec en bobo coincé amoureux des anecdotes narcissiques et Florence Foresti en fan de l’Olympique Lyonnais (de la part d’une lyonnaise, on ne pouvait pas en attendre mieux). Ma première surprise face à Barbecue fût de découvrir que le film a été en partie tourné à Lyon. Je ne m’y attendais pas du tout mais pour un lyonnais comme moi c’est toujours sympa de faire le chauvin et de dire : Je suis déjà allé ici ou là. Et puis cela change énormément des parisiens. On a donc les bobos lyonnais dans Barbecue et c’était une bonne idée. Sur le papier uniquement car bien que l’alchimie soit palpable et que l’on passe un assez agréable moment, le tout manque cruellement d’originalité. On a l’impression d’avoir déjà vu ces comédies françaises de potes qui bouffent ensemble et se crient dessus. Il n’y a rien de bien original dans les dialogues non plus si ce n’est que c’est toujours drôle de voir Florence Foresti faire du Florence Foresti.

Pour ses 50 ans, Antoine a reçu un cadeau original : un infarctus. A partir de maintenant, il va devoir "faire attention". Or, Antoine a passé sa vie entière à faire attention : attention à sa santé, à ce qu'il mangeait, attention à sa famille, à accepter les travers de ses amis, et à avaler de trop nombreuses couleuvres… Désormais, il va adopter un nouveau régime. Mais en voulant changer sa vie, on change forcément celle des autres…

Du coup, l’histoire de Barbecue n’a rien de bien originale. Elle est avant tout là pour réunir un casting plutôt bon autour de tranches de vies amicales. J’ai beaucoup aimé Lambert Wilson dans ce rôle d’homme blasé par sa propre vie qu’il a passé à se priver de choses bien simplement car il voulait vivre plus longtemps. Ou encore Guillaume de Tonquédec, un mari particulièrement pompeux qui ne pense qu’à raconter sa propre vie dont tout le monde se contre-fou. Comme quoi. Franck Dubosc de son côté est bien plus sobre ici ce qui change énormément de ses comédies à la mord moi le noeud qu’il peut faire chez Fabien Onteniente (Camping, Disco, etc.). Eric Lavaine n’a pourtant pas un sens original de la mise en scène et l’on se retrouve donc logiquement avec un film qui ne parvient pas toujours à séduire le public. C’est en tout cas ce que j’ai pu ressentir ici. Cela manque cruellement de malice. Les situations sont assez prévisibles et les émotions ne viennent jamais. Eric Lavaine voulait surement ses Petits Mouchoirs à lui sauf que c’est un film beaucoup plus mineur. Certes plus léger sur le côté bobo mais mineur malgré tout.

Par moment, Barbecue donne l’impression de faire dans l’enchainement pas très fluide de sketchs (la visite de l’abbaye, le coup des courses, les jalousies des uns et des autres, …). A la fin du film on connait tout le monde mais pas sous toutes les coutures. J’ai donc senti derrière Barbecue qu’il y avait une envie de créer une franchise. Ce n’est pas une mauvaise idée. De toute façon cela ne pourra qu’être bien plus sympathique que Le Coeur des Hommes par exemple (qui est tout de même le bas fond de la comédie dramatique de potes à la française). Au moins ici le côté assez bobo des personnages n’est pas trop mal fichu et donne même envie d’en voir un peu plus. Il va cependant falloir renouveler l’histoire et éviter de tomber dans la redite (car il y a déjà énormément de choses qui sont dans la vaine du Eric Lavaine précédent). D’ailleurs, les films précédents du réalisateur sont un peu dans le même registre. Sans être hilarant ou mauvais, c’est du cinéma divertissant qui ravira sans aucun doute la ménagère de moins de 50 ans lors d’une diffusion télévisée.

Note : 4.5/10. En bref, une comédie pépère qui, sans trop faire d’effort réussie à nous faire passer un agréable moment.

Commenter cet article