Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Blanche Neige, parodie plutôt réussie...

23 Mai 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20050064.jpg

 

Blanche Neige // De Tarsem Singh. Avec Julia Roberts et Lily Collins.


Ce n'est pas spécialement l'adaptation du conte de Blanche Neige que je conseillerais à tout le monde mais elle n'est pas non plus trop catastrophique. J'ai eu des échos assez mauvais au sujet du film (même quelqu'un qui est parti après quinze minutes de film tellement celui ci fût mauvais pour lui). Je ne prétends pas non plus que le Blanche Neige de Tarsem Singh est un chef d'oeuvre, ni même une jolie relecture du conte. C'est juste une petite histoire sympathique, mal écrite, mais avec la bonne volonté d'une Julia Roberts qui s'amuse et nous fait partager son enthousiasme. Je n'avais pas vu l'actrice aussi joyeuse depuis Eat, Pray, Love. On voit qu'elle ne choisit pas ses films en fonction de leur potentiel à Oscar (même si pour Eat, Pray, Love, elle aurait mérité des récompenses), mais plutôt par rapport à où elle peut s'amuser. Le réalisateur de l'infâme Les Immortels revient ici avec ce qui est à mes yeux son meilleur film (ce n'était pas difficile non plus).

Lorsque son père, le Roi, meurt, Blanche Neige est en danger. Sa belle-mère, cruelle et avide de pouvoir, l’évince pour s’emparer du trône. Quand la jeune femme attire malgré tout l’attention d’un Prince aussi puissant que séduisant, l’horrible marâtre ne lui laisse aucune chance et la bannit. Blanche Neige se réfugie alors dans la forêt… Recueillie par une bande de nains hors-la-loi au grand cœur, Blanche Neige va trouver la force de sauver son royaume des griffes de la méchante Reine. Avec l’aide de ses nouveaux amis, elle est décidée à passer à l’action pour reconquérir sa place et le cœur du Prince…

L'histoire est le point faible de Blanche Neige. En effet, le scénario est assez mal écrit et l'histoire n'est pas assez remplie de bonnes choses. Le tout pourra plaire aux petits comme au plus grands. L'erreur a été de tenter de nous amuser avec le conte qui est ici bien trop gentil. Evil Queen est en principe un personnage méchant. Julia Roberts n'arrive pas à être diabolique. C'est dommage mais elle se rattrape dans une performance assez fun-tastique, amusante et déclinant de nombreuses bonnes répliques tout au long du film. Le réalisateur s'amuse alors avec son film, tout en utilisant quelques mauvais effets spéciaux ici et là, mais je n'y ai pas fait vraiment attention. J'ai préféré me concentrer sur le spectacle correct que l'on nous livrait ailleurs. Les scènes s'enchainent sans aucune véritable cohérence et pourtant on n'arrête pas de s'amuser. Le tout aurait pu être plus drôle si Blanche Neige avait été au bout de son arrière goût de parodie.

Ce qui permet encore plus de s'amuser ce sont toutes ces petites répliques amusantes qui viennent agrémenter le récit. Ainsi, on passe notre temps à dîner avec les personnages à la bonne franquette. Lily Collins, notre Blanche Neige et donc héroïne du film reste en deçà de ce que l'on peut attendre d'une actrice qui fait face à Julia Roberts mais son côté minaude lui offre quelques bonnes petites scènes sympathiques à offrir au téléspectateur. Son gentil minois innocent doublé d'un regard mesquin, j'ai beaucoup aimé. S'en suit aussi une scène musicale de fin absolument fantastique. Je ne suis pas fan des Bollywood, loin de là, mais ici c'était extrêmement bien exécuté. Je n'ai rien à redire si ce n'est que l'on ne peut que redemander à Tarsem de tenter l'adaptation d'un autre conte connu, en évitant les pièges de Blanche Neige et en peaufinant l'histoire. Cette adaptation sirupeuse et parodique permet de tempérer avec la future adaptation noire qui sort le mois prochain au cinéma.

Note : 6.5/10. En bref, une relecture pas toujours juste mais truffée de bonnes choses. Une vraie sucrerie qui étouffera les rebutés du genre mais qui ravira sûrement le plus grand nombre. Julia Roberts amuse et surprend dans un rôle qui lui va comme un gant.

Commenter cet article