Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Carcéral, dans l'enfer de la taule...

1 Août 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika

affiche-Carceral-Dans-l-enfer-de-la-taule-Screwed-2011-1.jpg

 

Carcéral : dans l'enfer de la taule // De Reg Traviss. Avec James d'Arcy, Noei Charke et Frank Harper.


Petit film inspiré d'une histoire vraie, les britanniques nous offrent donc Carcéral. Globalement, c'est assez correct et regardable mais même si la substance est là, l'exécution du film manque de consistance. Malheureusement. En effet, j'aurais bien aimé que l'univers rude de la prison, soit un peu plus ressenti et que le caractère des divers personnages ressorte un peu plus. Le film met un peu trop de temps à se mettre en place ce qui fait perdre du temps au film pour développer son histoire. Le film tente malgré tout de nous proposer une lecture de l'univers carcéral. Sa violence reste assez bien retranscrite même si l'on n'évite pas la platitude de la réalisation de Reg Traviss. Avec un peu plus d'ambition et avec un réalisateur qui connait ce genre d'univers, on aurait sûrement eu un film plus percutant. J'aurais par exemple laissé cette réalisation au réalisateur de Dog Pound qui avait su capturer la dureté de ce milieu. Du coup, Sam Norwood, notre héros, avance de façon mécanique dans un film qui a bien du mal à aller loin.

Inspiré de l'histoire de l'ancien gardien de prison Ronnie Thompson qui a passé sept ans de sa vie à travailler dans les pires pénitenciers d'Angleterre.

L'histoire reste cependant assez bonne dans son ensemble. En effet, on a les ingrédients nécessaire pour que le film décolle dans la seconde partie. Des morts, des attaques mystères, un gardien qui n'en peut plus et qui va se droguer pour s'évader de son monde cloitrer, qui a du mal à être heureux avec sa femme (et à la rendre heureuse par la même occasion). Du coup, on peut aisément deviner la film de Carcéral, amenée comme un film d'horreur classique (avec les survivants d'une histoire et les morts derrière). Finalement, le film développe de bonnes choses mais laisse sur le carreau d'autres ingrédients. Notamment les prisonniers, que j'aurais aimé voir plus souvent mis en avant. Il y avait quelque chose à dire à leur sujet. Même si c'est fait en partie grâce au parallèle qui est fait avec le héros, globalement, cela manque d'exécution. Je suis certain que le roman de Ronnie Thompson était bien plus réaliste et froid que le film de Traviss.

Malgré tout, ce n'est pas non plus irregardable on spécialement mauvais. Il y a aussi de très bonnes choses, et il y a des moments assez dure (comme quelques scènes d'attaques, et puis la scène finale de l'émeute). Mais voilà, j'aurais adoré que l'on aille plus loin et que l'on ose un peu plus de choses. Le film méritait amplement un travail plus en profondeur. L'atmosphère arrive à se faire ressentir assez bien durant la seconde partie du film. Finalement, le plus gros reproche que je pourrais avoir à faire à ce film c'est à Reg Traviss. Ce n'est pas un réalisateur à la hauteur du sujet qui lui a été donné. Le script en lui même étant de bonne facture (même s'il est long à la détente au début du film). Et puis c'est une adaptation d'un livre, ce qui aurait du être bien plus simple pour l'équipe du film. L'isolation du personnage principal reste le truc le plus soigné de Carcéral.

Note : 5.5/10. En bref, correct et assez sympathique mais un réalisateur qui n'a pas su capturer l'univers carcéral en son intégralité. Ce n'est pas assez prenant aux tripes, l'immersion est cependant intéressante.

Commenter cet article