Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Cartel, amusant bavardage

16 Novembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21045366_20130930183256669.jpg

 

Cartel // De Ridley Scott. Avec Michael Fassbender, Penélope Cruz et Cameron Diaz.


Descendu par la critique, j’aime être à contre courant car effectivement, j’ai beaucoup aimé Cartel. Ce n’est pas le Ridley Scott d’Alien mais je ne veux pas revoir le Ridley Scott d’Alien. Le réalisateur se renouvelle alors avec un scénario absolument fabuleux de Cormac McCarthy. Ce script est pour certains bavard mais justement, dans tout ce que le film et les personnages racontent, il y a plein de trucs qui font évoluer le récit de façon intelligente. Tout ce que le film dit sert à un moment ou à un autre à comprendre ce que l’on va pouvoir voir par la suite. Il faut donc s’accrocher. Je ne comprends pas vraiment pourquoi le film a été boudé. Après c’est sûr que l’histoire est un peu ampoulée mais j’ai eu ce que je suis venu chercher, cette quête du jaguar pour ses proies. Cameron Diaz est d’ailleurs brillante dans le rôle de ce jaguar qui a envie d’une chose : de pouvoir. Pour la première fois de ma vie j’ai même trouvé Michael Fassbender le monoexpressif intéressant dans un rôle. Cela ne m’était jamais arrivé (notamment dans cet horrible Shame). Ridley Scott a su maitrisé les expressions figées de l’acteur afin de donner à son personnage de The Counselor (qui donne son nom au film en VO) un arrière goût de personnage mystérieux, sans nom, sans trace.

La descente aux enfers d’un avocat pénal, attiré par l’excitation, le danger et l’argent facile du trafic de drogues à la frontière américano-mexicaine. Il découvre qu’une décision trop vite prise peut le faire plonger dans une spirale infernale, aux conséquences fatales.

Je sais que beaucoup de gens ne seront pas d’accord avec moi mais je crois que j’ai largement préféré la première partie du film à la seconde. Le côté bavard permet d’installer un climat et surtout de nous présenter tous les personnages. Chacun personnage que l’on nous introduit dans l’histoire sert à quelque chose à un moment donné dans le film. Il n’y a pas de déchets dans le scénario de Cormac McCarthy et je dois avouer que c’est assez rare pour être noté. Du coup, avec tout ce casting, plutôt prestigieux, nous avons un film qui commence de façon très légère avec beaucoup de dialogues. Et puis tout d’un coup, Cartel plonge dans quelque chose de nerveux et sanglant, proche de l’univers de Quentin Tarantino. On ne peut pas nier l’inspiration. Ridley Scott s’amuse et laisse parfois même ses acteurs en roue libre (c’est en tout cas ce que le film nous laisse à penser) et cela donne des trucs assez jouissifs. La plus grande réussite de Cartel est bien évidemment Cameron Diaz dont le personnage parvient à délivrer tout ce que l’on pouvait attendre de sa part.

Cartel m’a également fait penser à Savage d’Oliver Stone. C’est loin d’être un reproche étant donné que j’avais énormément aimé ce film. D’ailleurs, le personnage de Cameron Diaz se rapproche énormément de celui de Salma Hayek (qui avait eu le rôle de sa vie dans ce film à mes yeux). Dans le reste du casting, Penélope Cruz toute en retenue dans le rôle d’une femme innocente était plutôt touchante alors que pendant ce temps nous avons un Javier Bardem éclatant. Ce dernier s’éclate sous les traits de son personnage excentrique. Finalement, Cartel est une petite réussite même si certains diront le contraire. Je ne vais pas m’empêcher de dire que j’ai bien aimé, surtout qu’il n’y a rien de honteux. Ridley Scott a même été plutôt bon dans son propre exercice de mise en scène avec des plans léchés et une photographie magnifique (ce long plan sur le jaguar cavalant pour attraper un lièvre était magnifique par exemple).

Note : 8/10. En bref, une petite réussite à la fois scénaristique mais aussi de mise en scène. C’est fun et bavard mais en lisant entre les lignes le tout est beaucoup plus ample.

Commenter cet article