Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Contagion, paranoïa d'un virus d'anticipation

12 Novembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19802301.jpg

 

Contagion // De Steven Soderbergh. Avec Marion Cotillard, Matt Damon, Laurence Fishburne et Jude Law.


Film d'anticipation, anti-hypocondriaque, bactériologiquement contagieux. Derrière ce grand film réaliste, parfois même sur-réaliste - car nous plongeant dans un univers qui ne s'est jamais encore produit à notre époque -, on a une histoire d'une crédibilité à vous glacer le sang, et surtout à vous faire peur d'aller vous tenir sur la barre du métro ou encore de vous toucher le visage plus de 2000 fois dans la journée. En plus d'être un film, c'est presque un guide du comment vivre alors qu'un virus est dehors et attaque notre population. Filmé de façon très sobre, tel un reportage sur un monde qui vacille, qui perd pied arrive à nous prendre aux tripes. Car Contagion c'est aussi un film qui est là pour sensibiliser les gens, sur le fait qu'il faut faire attention car un virus c'est très contagieux. Le côté anxiogène du film, notamment rythmé par un musique de fond unique tout au long du film, et une réalisation très alerte, et à vif. On est donc comme plonger dans un spectacle dont on est témoin. Soderbergh, après s'être pendant un bon bout de temps égaré au cinéma, retrouve ici ses armes pour le meilleur.

Une pandémie dévastatrice explose à l’échelle du globe… Au Centre de Prévention et de Contrôle des Maladies, des équipes se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du mystérieux virus, qui ne cesse de muter. Le Sous-Directeur Cheever, confronté à un vent de panique collective, est obligé d’exposer la vie d’une jeune et courageuse doctoresse. Tandis que les grands groupes pharmaceutiques se livrent une bataille acharnée pour la mise au point d’un vaccin, le Dr. Leonora Orantes, de l’OMS, s’efforce de remonter aux sources du fléau. Les cas mortels se multiplient, jusqu’à mettre en péril les fondements de la société, et un blogueur militant suscite une panique aussi dangereuse que le virus en déclarant qu’on "cache la vérité" à la population…

Soderbergh à qui l'on doit notamment les suites indigestes Ocean's Twelve ou encore la purge Thirteen, mais aussi le biopic sans intérêt et insipide Che, arrive ici à surprend son public. Tel un film concept, Contagion se veut le film de la vérité. Il n'hésite pas à tuer un enfant. Certes c'est un virus mais la cruauté est là. On ne recule devant rien pour montrer à quel point cette menace est réelle. Cela passera aussi par un père qui se retrouve seul avec sa fille, un agent du CDC impuissant face à ce qui se passe dehors et qui va tenter de sauver les siens, un journaliste qui tente de ridiculiser le gouvernement et son vaccin, ou une bactériologiste du CDC incarnée par l'excellente Kate Winslet que l'on va voir mourir petit à petit et finir dans une fosse commune. Personne est donc épargnée, même Gwyneth Paltrow à qui l'on devra le premier mort du film. Derrière ce portrait ultra-réaliste il y a donc un casting, parfait, d'une Marion Cotillard touchante en épidémiologiste ou encore Matt Damon qui avec des kilos en plus est toujours plus sympa en tant qu'acteur que quand il n'a plus que la peau sur les os.

Astucieusement le scénario du film accentue la paranoïa. Il va notamment parler du fait que Les Dents de la Mer avait lors de sa sortie fait fuir les gens des plages. Le tout en faisant un parallèle avec les images sur les paquets de cigarettes qui n'ont aucun effet. Et justement, Soderbergh avait plaisanter sur son film en affirmant que Contagion c'était un peu Les Dents de la Mer niveau syndrome post-visionnage. Au final, alors qu'il y a seulement quelques années on était envahi par le H1N1, mutation de la grippe saisonnière, ou encore le H5N1 en passant par le Srars alors MEV-1 passe pour le virus qui pourrait prendre la relève de la grippe espagnole en début du siècle dernier. Contagion est un bon pot pourri de ce que les virus peuvent faire de dévastateur, de divers points de vue ce cinéma est réussi. Soderbergh film comme si il filmait la réalité.

Note : 8/10. En bref, plongée réaliste dans un sujet d'anticipation plutôt réussi.

Commenter cet article

krizo 22/01/2012 00:29


J'avais lu votre critique à l'époque, qui m'avait plutôt donné envie de voir le film. Maintenant que c'est fait, je dois avouer avoir ressenti les choses complètement différemment. Je n'ai vu
dans le scénar qu'une accumulation d'idées, je dirais même de clichés tellement vus et revus que c'est mortellement ennuyeux : la recherche du patient zéro, du mode de transmission, les réactions
"humaines" et sociétales dans un monde globalisé, le coup du "je m'inocule à moi-même le vaccin que j'ai trouvé moi-même", le bloggeur sceptique dont on hésite à faire un illuminé ou un escroc
... mais quel manque d'originalité ! Oui bon par contre, c'est sans doute réaliste. Et encore, je ressent plus de tension en regardant le 20 h de TF1 que devant ce film. Image clinique dont j'ai
eu bien du mal à supporter la colorisation, impression de regarder parfois un téléfilm des années 90, absence de rythme, aucune émotion, aucune intrigue, je ne sais même pas s'il y avait de la
musique, et une fin sans intérêt. Peut-être qu'à force de regarder des séries qui ont à la fois un bon scénar et une image sublime, je deviens moins tolérante avec ce genre de films. Bref, un
parti pris qui a sans doute ses adeptes, mais aucun intérêt de mon point de vue.

Watcher 13/11/2011 12:09



Moui, j'ai vraiment pas été embarquée moi...


J'ai trouvé les différentes intrigues bizarrement imbriquées, déséquilibrées (genre Cotillard), et je voyais souvent plus l'intention derrière qu'une véritable narration bien construite.


Pas du tout ressenti de tension ou d'angoisse, et pourtant, j'ai apprécié le réalisme et l'idée de se tenir surtout du côté de la recherche des institutions médicales. Le côté "thriller" m'a paru
inadapté aussi, d'ailleurs la fin tombe un peu comme un cheveu sur la soupe...


En gros, j'ai eu l'impression d'un mix de genres sans harmonie, et du coup, ni le film réaliste/catastrophe, ni le thriller n'ont pris. Mais c'est sûr que les bonnes idées sont là, le casting et
la musique aussi.



delromainzika 12/11/2011 22:56



:)


 


Justement, le côté bavard du film accentue le sentiment de réalisme. Alors certes on parle de pas mal de choses qu'on ne comprends même pas. Quand ils parlents des souches en termes médicaux j'ai
cru que mon cerveau déraillait mais finalement, on prend bien plus au sérieux et de façon apocalyptique un sujet auquel on croit. Après il y a beaucoup de dialogues c'est vrai. Je suis pas sûr
que ce soit une mauvaise chose. Le seul truc qui m'a géné c'est le personnage de Jude Law, dont les dialogues étaient pas vraiment sensés par moment. D'ailleurs les gros plans sur ses dents m'ont
fait me concentrer sur sa dent façon Nanny McPhee, horrible. Faut qu'il aille se faire opérer c'est pas possible ^^


 


Je trouve pas que le suspense et l'angoisse nous quitte vite. En fait le film utilise de façon astucieuse la même musique tout au long ce qui permet de replonger le téléspectateur à chaque fois
dans l'univers des premières scènes du film. Ensuite on a pas mal d'éléments qui contiennent le suspense et l'angoisse. Notamment l'ex petite amie de Jude Law, le personnage de Marion Cotillard
qui découvre qu'elle a échangé sa vie contre des placebos, la fin aussi avec la révélation de la contamination et ce rapport avec la société dans laquelle travaillait Gwyneth - même si j'aurais
préféré un gros twist bien américain avec dans les photos un personnage que l'on a vu durant le film à côté de Gwyneth -, on a aussi les pilleurs chez la femme du personnage de Laurence
Fishburne, sans compter les coups de feu chez les voisins de Matt Damon ...  :)


 


Et pour la séquence apocalyptique, disons qu'elle était déjà vu. C'est vrai que là c'est dommage mais bon, en même temps, comment faire ça de façon différente. Contagion était avant tout un film
sur un virus avant d'être un film d'anticipation et donc de la mort de la population. Donc difficile de faire mieux que Les fils de l'homme ou encore La Route. Après, c'est un truc qui pèche dans
le film, c'est vrai.  :)



Hugo Morgan Sparroooooow 12/11/2011 20:52



Je suis un tout petit peu plus divisé : certe,


- bonne réalisation


- bon scénario


- beau casting, MAIS


- assez bavard, trop parfois au risque de presque rentrer dans le documentaire


- le suspens et l'angoisse nous quittent trop vite, donc le film va trop vite


- la séquence "apocalyptique" est assez prévisible, sans surprise et donc décevante...


 


Mais bon, ça va hein ! :)