Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Cookie, étouffant et périmé

9 Juin 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20368070.jpg

 

Cookie // De Léa Fazer. Avec Virginie Efira et Alice Taglioni.


Le cinéma français va mal. Mais ce n'est pas une grande nouvelle. Le problème c'est d'avoir voulu produire Cookie. Cela partait d'une idée intéressante sauf que Léa Fazer, dans son mélo pompeux et écoeurant n'a rien d'une Ken Loach alors la cause des sans papiers tombe dans les facilités les plus navrantes. C'est dommage, car j'aime bien Virginie Efira (que j'ai adoré récemment dans 20 ans d'écart) ou encore Alice Taglioni (je n'ai pas exemple, mais elle n'est pas détestable). Sauf que derrière ce film aux traits plus lisses que naturels, le tout s'embourbe rapidement dans un truc insipide et sans saveur. Le scénario manque de rebondissements, de bons sentiments et de valeurs. C'est terriblement fade et rapidement, le spectateur parvient à s'ennuyer. J'ai eu beaucoup de mal à aller au bout de Cookie, et pourtant le sujet pouvait réellement être plaisant. Mais le coup de glas a sonné quand Virginie Efira sort la blague : "Vous savez ce que fait un chinois qui tombe dans la Tour Eiffel ? Chiiiiiiiiiin et toc". Je n'ose même pas rire face à la bassesse d'une telle blague.

Un jour, la femme de ménage chinoise d’Adeline disparaît précipitamment en lui laissant sur les bras son fils de six ans. Que va t-elle faire de cet enfant qui ne parle pas un mot de français et dont elle ne connaît même pas le prénom ? Avec l’aide de Delphine, sa sœur, elle décide de retrouver par tous les moyens la maman de «Cookie», surnom donné au garçonnet. Tout en multipliant les démarches, elle commence à lui redonner le sourire et à s’attacher à lui...

Je ne connaissais pas les deux scénaristes associés à Léa Fazer pour écrire ce film, deux israéliens, que je ne peux donc juger que sur ce film. Et le problème c'est qu'ils ne savent pas vraiment comment aller du point A (l'arrivée de Cookie) au point B (la fin de l'histoire). Le film tombe rapidement dans les poncifs de l'adoption, des sans papiers, sans parvient à réellement faire de la cause que les personnages tentent de défendre quelque chose de passionnant. Outre le fait que l'on s'ennui donc terriblement, j'aurais bien aimé que ce film tente d'aller un peu plus loin avec le reste des personnages. Sauf que l'histoire d'amour entre Virginie Efira un flic n'aide pas du tout le film. Je dirais même qu'elle le fait sombrer. Vu la qualité de ce film, je me demande ce que les deux actrices voulaient faire. Se payer une charpente pour leur future maison à la campagne ou un petit voyage bien mérité en Chine ? Ce genre de film me fait réellement peur car je me dis qu'en France il y a des producteurs assez cinglés pour donner un chèque et faire tourner ce genre de choses.

Je savais cependant qu'il fallait que je fasse attention. En effet, Léa Fazer était déjà à l'origine de quelques bons navets comme Notre univers impitoyable (avec Alice Taglioni et paix à son âme Jocelyn Quivrin) ou Ensemble c'est trop. Deux films tellement légers que l'on oublie leur existence une fois qu'on les a vu (à moins bien entendu d'avoir payé sa place de cinéma, et là c'est tout de suite le drame). Mais Léa Fazer n'est pourtant pas méchante et puis elle a écrit un horrible épisode de la série de TF1, La Croisière. Je pense que parfois je devrais aussi éviter de m'infliger de tels navets. C'est bien mauvais pour ma santé. Surtout qu'au fond, Cookie ressemble à ce que TF1 peut faire de pire en termes de fiction. Je me souviens d'un épisode de Joséphine Ange Gardien avec une histoire de gamin thaïlandais. C'était immonde. Et c'est encore plus immonde dans Cookie. Cookie est donc une sorte d'alignement de clichés pompeux, dégoulinant de grimaces en tout genre de son héroïne (on sent que Alice Taglioni souffre d'avoir accepté un tel rôle par moment)… De quoi donner envie de rendre le déjeuner.

Note : 0/10. En bref, Cookie est une dramédie sociale indigeste qui préfère enchainer les clichés, les mièvreries et l'ennui plutôt que de réellement prendre le taureau par les cornes. Un Cookie périmé.

Commenter cet article