Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Cristeros, petit combat

31 Mai 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

302064.jpg

 

Cristeros // De Dean Wright. Avec Andy Garcia, Eva Longoria et Oscar Isaac.


Dans sa grande épopée mexicaine, Dean Wright, tente de nous raconter plusieurs choses à la fois l’histoire d’un soulèvement populaire qui a secoué le Mexique en 1926 pour la liberté de culte des catholiques mais également la grande romance appuyée. J’ai trouvé ce film beaucoup trop long pour ce qu’il avait à raconter. Disons que la base n’était pas mauvaise et cela aurait même très bien pu donner un film magnifique. Dean Wright, responsable des effets spéciaux de la saga Le Seigneur des Anneaux, brossent ici des personnages dans des grands paysages. Le but est de nous montrer le Mexique de cette époque que l’on a rarement l’occasion de voir il faut bien l’avouer (et encore plus au cinéma). Mais encore une fois si les décors et les costumes sont beaux, l’histoire patine car elle évolue de façon un peu trop mécanique, sans réellement chercher à nous surprendre. Malgré tout, quelques scènes de combat (notamment celle au milieu du film au milieu de ces rocheuses) sont assez efficaces en leur genre. Le film ne donne cependant pas l’impression d’être sérieux, plutôt proche du western spaghetti tout en lorgnant également du côté du film historique très académique qui veut apprendre dune leçon au spectateur.

En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois du président Callès, qui interdisent toutes pratiques religieuses dans l’ensemble du pays. Des hommes et des femmes de tous horizons, les Cristeros, vont alors risquer leur vie pour défendre leur liberté et lutter contre les persécutions menées par le gouvernement. Une des pages les plus sombres de l’Histoire du Mexique.

Michael Love (Last Man in Paradise) nous offre donc un scénario bourré de défauts. On sent que le film ne cherche pas vraiment à nous raconter la vie des personnages mais plutôt une histoire avec tous les poncifs du genre. Il y a notamment un moment dans le film (dans sa seconde partie) bourré de fondus de scènes en scènes où l’on n’a pas l’impression de voir quelque chose de réellement scintillant. On a l’impression que le film cherche à passer de moments en moments alors qu’il y avait dans ces moments de quoi faire des scènes épiques et grandioses avec quelques simples astuces de mise en scène. Peut-être est-ce justement à cause du côté très mélodramatique du film que celui-ci ne parvient pas à être totalement séduisant. Il y a des atouts mais ils ne sont pas suffisamment mis en avant. Dean Wright tombe alors dans les pièges du scénario malgré quelques belles trouvailles qui nous donnent parfois l’impression de voir un vieux films des années 70 se déroulant dans un décor de western. A mon humble avis c’était son but, d’adopter une sorte de visuel intemporel et désuet à la fois. Je pense que c’est l’un des rares atouts de ce film, en plus de ses décors somptueux et de ses costumes.

Car l’on peut également parler du casting avec un Andy Garcia (Open Road) qui cabotine pas mal. Il faut dire que ce dernier n’a pas fait de bon film depuis pas mal d’années maintenant et qu’il ne semble pas prêt à en faire de nouveau un bon. Il y a aussi Eva Longoria (Desperate Housewives) qui incarne plus ou moins le rôle féminin le plus important du film. J’aime bien cette femme mais en tant qu’actrice il faut bien avouer qu’elle n’est pas très bonne. Oscar Isaac (Drive) est donc peut-être le seul acteur réellement bon dans ce film. Sans être exceptionnel non plus il offre au film un peu plus de nuance (sans oublier de tomber dans le registre du film mélodramatique un peu pompeux sur les bords). Je dois avouer que j’ai donc légèrement souffert devant ces 2h20 de film. C’est bien de faire des films longs quand il s’agit de beaux films, de belles épopées western-iennes. Je suis même friand de ce genre (j’étais un très grand adepte des films de Sergio Leone quand j’étais beaucoup plus jeune par exemple) mais ce n’est pas suffisant. Je dirais donc que Cristeros est vraiment dommage car il accumule pas mal d’impairs qui auraient pu être évités.

Note : 4/10. En bref, un film un peu trop mélo-académique tombe dans pas mal de pièges. Reste alors des décors somptueux, quelques trouvailles de mise en scène ou encore Oscar Isaac.

Commenter cet article