Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : De l'eau pour les éléphants, un drama d'antan

25 Mai 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19699779.jpg

 

De l'eau pour les Eléphants // De Francis Lawrence. Avec Reese Witherspoon, Robert Pattinson et Christopher Waltz.


Je voulais détester ce film. Vous savez pourquoi, les films niais à l'eau de rose avec un monoexpressif appelé Robert Pattinson, j'en ai ras le bol. Ras la casquette oui. Alors ce film était certes très mièvre sur les bords, jusqu'à en faire déglutir le décolleté (pas très fourni) de Reese Witherspoon mais au final, c'est plutôt correct comme film. Y'a du gros cliché du monde du cirque mais c'était inévitable forcément, le développement de l'histoire est sympa, ça se laisse regarder. Il y a cependant quelques moments de relâchement où le film perd presque l'équilibre.

1931, période de Grande Dépression aux Etats-Unis. A la suite d'une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène. Elle est l'épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Derrière la beauté et la magie des spectacles, Jacob découvre un univers impitoyable et miséreux. Lorsqu’une éléphante rejoint le cirque, Marlène et Jacob se rapprochent l’un de l’autre et préparent un nouveau spectacle qui permet un temps de renouer avec le succès. Mais leurs sentiments deviennent de plus en plus perceptibles et sous les yeux d'August, cette histoire d'amour les met irrémédiablement en danger.

En allant voir ce film j'ai cru retrouver une ambiance passée et justement, un peu de La Strada mais avec de la couleur et surtout, des dialogues bien plus fourni et du drame. Alors c'est classe. Franchement, l'image est nette, peut être même flamboyante. Le film est là pour nous en mettre plein la vue. C'est un peu trop pétillant à certains moments. Abuser des artifices n'est pas le meilleur moyen de me mettre dans sa poche mais peu importe, les scènes de cirque sont plutôt sympathique. J'ai des souvenirs d'enfance qui remontent à la surface du coup.

Côté intrigue c'est très prévisible. On sait que le méchant sera puni (la scène de la fin et de la mort de Waltz était émouvante surtout pour Reese qui reste quand même un personnage cul-cul la praline comme on en fait peu dans ce bas monde au cinéma depuis quelques temps). On sait que la belle finira avec le bellâtre. C'est dommage car ce côté joyeux prétentieux du film aurait pu mieux passé sans toute cette marmite de fioritures amoureuses. Ca n'a rien de palpitant au fond mais bon, les coeurs sensibles seront au rendez vous.

Et le casting. Cela me fait mal de le dire mais Rob Pattinson livrait ici une bonne prestation. Il n'en fait pas des caisses comme dans Twilight où il est juste ridicule. Là il était juste. Reese Witherspoon que j'adore n'était pas au beau fixe à cause de la lourdeur de son personnage. Caricature de la femme mal-aimée qui attente son prince charmant. Au final, un film très classique mais beau à voir. C'est presque rêveur à un moment, ça laisse pas de frissons mais c'est sympa. J'ai honte surtout que j'étais vraiment parti pour détester ce film.

Note : 6/10. En bref, une fresque romancée façonnée à l'ancienne. Prévisible et invraisemblable, l'histoire reste quand même intéressante pour le milieu du cirque (moins pour l'histoire d'amour). Et puis c'est mignon et beau.

Commenter cet article