Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Deadly Pledge, purge sans suspense

19 Août 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

1313323420_the-haunting-of-sorority-row-deadly-pledge-frenc.jpg

 

Deadly Pledge (ou Dark Intentions ou The Haunting of Sorority Row) // De Bert Kish. Avec Leighton Meester et Kailin See.


J'aime bien Leighton Meester, plus pour son rôle dans Gossip Girl que ses choix cinématographique depuis. En effet, ce téléfilm produit pour Lifetime est la preuve totale de ses limites. C'est assez mauvais dans son genre, voire catastrophique à certains points. Je ne comprends pas comment on peut nous noyer chaque après midi en France avec des téléfilms bas de gamme de ce genre. Bien que celui ci soit d'horreur, je n'ai pas eu peur une seule seconde, j'ai plus ri qu'autre chose (notamment lorsque Kristin Evans meurt au début, cette scène était très mal réalisée). Bien sûr, ce que l'on attends de ces téléfilms n'est jamais des oeuvres d'art mais quand même, j'espère qu'il y a un minimum.

Samantha Willows fait ses premiers pas au collège et cherche à intégrer la prestigieuse sororité Sigma Phi Kappa.

L'histoire de départ est tout de même signée par un scénariste de Ghost Whisperer, qui a été consultant sur Terriers. Autant dire que ce n'était pas voué à l'échec et puis c'est là que l'on découvre que le scénario est signé par un scénariste au rabais et là au commence à comprendre le pourquoi du comment. L'histoire débute avec intérêt, la mise en place des éléments reste classique et utilise les poncifs du film pour ado de façon plutôt judicieuse mais on passe beaucoup trop de temps à instaurer un faux suspense qui ne fonctionne pas. C'est bien sûr le cas de tout ce qu'il y autour du petit ami Scott qui sert à rien (mis à part être content de se battre contre un spectre à la fin du téléfilm) ou encore de la compagne de chambrée qui s'avère être la fameuse réincarnation de Jordan, dans un composition prévisible du début à la fin.

Mais au final, malgré le fait que je me sois ennuyé surtout dans la seconde partie du téléfilm, là où le surnaturel est trop léger et manque vraiment de moyens (pas assez de peurs, trop de superficiel et empêche le développement de l'intrigue de cette anorexique qui se fait vomir par exemple, ou encore le coup du gâteau à la noisette qui aurait pu être intéressant mangé par Sam). Le mystère n'est pas très bien gardé et la fin est digne d'un truc surréaliste sans explication plausible. Alors que Ghost Whisperer va nous faire comprendre certaines choses, là c'est tout le contraire. C'est bien ridicule et ça manque vraiment d'intérêt. Ainsi, ce téléfilm ne vaut vraiment pas le coup à moins d'être accro aux trucs de seconde zone où tout est prêt dès le début et où l'on se pose pour faire une bonne sieste.

Note objective : 1/10. En bref, totalement à côté de la plaque le film n'est pas réjouissant pour un sou et ce malgré quelques efforts au départ. Rien ne prend, tout tombe à plat. L'ensemble ravira cependant les fans des téléfilms de suspense de l'après midi. Pour les fans de Leighton repassez, c'est vraiment pas un truc qui vaut le coup.

Commenter cet article