Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Dredd, remake superfétatoire...

22 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20365395.jpg

 

Dredd // De Pete Travis. Avec Karl Urban et Olivia Thirlby.


Dans un Hollywood en panne complète d'inspiration, et après le remake complètement foiré de Total Recall, on nous offre quelque chose d'encore pus nocif : un remake de Judge Dredd, le film de 1995 avec Sylvester Stallone. Ce film est déjà un assez gros navet mais les scénaristes du film original se sont dire que faire renaitre ce personnage de Dredd était une très bonne idée. Bonne idée sur le papier oui, notamment car avec les effets visuels d'aujourd'hui nous aurions pu avoir quelques chose de réellement surprenant (ça l'est, en partie seulement), mais au fond, demander à Karl Urban (Doom) de venir incarner ce héros était aussi une très mauvaise idée. Pourquoi ne pas simplement trouver un moyen de faire revenir Sylvester Stallone dans le rôle titre, comme une suite (car les prequel c'est quand même mieux que les remakes, même plusieurs années plus tard et surtout avec Stallone). Vous l'aurez compris, Dredd est un très mauvais film, mais le problème c'est qu'il tentait de trouver un équilibre juste entre son univers sombre et le reste.

Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu’un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d’autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s’y confronter.

En s'adoubant d'un casting de seconde zone, il était très difficile d'avoir quelque chose de réellement intéressant du point de vue des acteurs. Karl Urban cabotine pas mal et n'a pas cette aura vocale qu'a Sylvester Stallone. Il manque donc de s'imposer dans le film. Il est entouré d'Olivia Thirlby (The Darkest Hour 3D) qui peine à convaincre. Même si son personnage veut qu'elle soit assez niaise, au fond j'aurais largement préféré qu'elle le soit bien moins. Alors Anderson (son personnage) tente d'être suffisante et surtout sûr d'elle même. L'idée a déjà été tournée dans tous les sens dans des milliers de film. Le problème de Dredd c'est de ne pas réussir à en faire quelque chose de correct. Car oui, le scénario de Dredd est catastrophique. Si l'univers sombre est quelque chose d'intéressant sur le papier, l'exécution dans le film était assez vilainement faite. Je ne comprends pas vraiment la volonté qu'il y avait derrière la tête des anciens scénaristes du film original (qui aurait pourtant dû faire quelque chose d'égal mais pas pire).

J'ai bien aimé la présence de Lena Headey (Sarah Connor dans la série Terminator : The Sarah Connor Chronicles). Cette actrice n'a jamais eu la reconnaissance qu'elle mérite (surtout que depuis elle s'illustre à merveille dans le rôle de Cersei dans Game of Thrones). Son personnage n'est pas suffisamment présent, et encore une fois la faute incombe aux scénaristes. Enfin, Pete Travis, le réalisateur, qui tente des effets visuels en ralenti complètement dégueulasse. Je ne comprends pas ce qu'il a voulu faire, celui qui avait pourtant réussi à nous dévoiler les divers Angles d'Attaque dans le film du même nom. Ces passages colorés sont particulièrement moches et il faut dire que les décors beaucoup trop colorés par moment n'aident pas nécessairement à se faire une bonne idée de ce film. Au final, Dredd est bien plus proche d'un Max Payne (pour comparer des films sombre) que d'un bon film d'action de science fiction. Dommage, j'aurais tellement aimé que cela soit un bon film.

Note : 2/10. En bref, un remake inutile et tout pourri.

Commenter cet article

delromainzika 22/12/2012 21:40


@Vince R' : Je comprends ton avis. Après moi je ne suis pas du tout rentrer dans le film. Je ne sais pas, le mélange de choses que j'ai trouvé mauvais (et je pense surtout que cela vient de la
réalisation en fait) m'a empêcher de l'apprécier. Et certes on ne voit pas la tête de l'acteur mais je trouve que derrière son masque il n'a aucun charisme. Stallone a cette voix (qui même avec
le masque - sans nécessairement voir son visage- aurait eu un impact bien plus surprenant et imposant). Urban est lisse, et sa voix (car c'est ce sur quoi on peut le juger) ne colle pas au
personnage de mon point de vue. Pas un assez bon acteru tout simplement. :)

Vince R' 22/12/2012 21:26


Je pense que tu n'as pas tout a fait saisi le concept du film... Le minimalisme du scénario, est quelques chose de recherché et d'assumé (et il faut bien l'avoué, c'est aussi quelque chose de
nécéssaire car le budget du film ne dépasse pas les 40 millions de Dollars).


Et franchement je trouve qu'Alex Garland a choisi l'approche parfaite pour illustrer le personnage du comics de Wagner. Ca aurait été extrêmement simple pour lui d'écrire un énième affrontement
entre les juges Dredd et Death, ou de donner une dimension épique au tout avec une humanité en péril dont seul Dredd peut être le sauveur, mais il a choisi d'illustrer une seule journée de la vie
de Dredd. En faite ce que j'ai vraiment apprécier dans la démarche de Garland lorsqu'il a écrit ce scénario, c'est qu'il n'a pas choisi la facilité en adaptant le comics, il l'a prolongé. Il a
développé quelque chose qui a toujours été éllipsé dans le comics : le quotidien. 


 


Je me perds un peu dans ce que je veux dire, mais foncièrement (et c'est très rare) je vois une utilité a cette adaptation, car elle apporte quelque chose de nouveau qui prolonge le comics, au
lieu de maldroitement l'adapté. Après je suis d'accord, c'est encore très perfectible, mais dans la démarche (il prévoit d'en faire une franchise) je trouve interressant de ne pas avoir voulu
trop donner scénaristiquement avec des enjeux beaucoup trop ambitieux pour le support utilisé.


Et puis, comparé à l'hérésie Stallonienne où l'on voit le visage de Dredd, il n'y a pas photo !! (le concept du comics est quand même qu'il représente une justice anonyme et à laquelle personne
n'échappe...)