Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Drive, un film rutilant...

4 Octobre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19803697.jpg

 

Drive // De Nicolas Winding Refn. Avec Ryan Gosling, Carey Mulligan et Bryan Cranston.


L'étendard disait que c'était un des films de l'année. Drive faisait donc parti des films que j'attendais avec impatience. Une impatience récompensée puisque je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps, Drive est vraiment une bombe atomique comme on en voit rarement au cinéma. Rappel d'une mise en scène unique faisait presque écho à Quentin Tarantino qui m'est cher ou encore Paul Haggis et son magnifique Collision. Drive n'est pas qu'un film c'est aussi un ensemble de scènes mêlées d'une musique transcendante qui arrive à transporter le spectateur dans un monde presque alternatif. voulant offrir une vision froide, glauque et réaliste de ce qu'il nous réponse, le réalisateur manie la caméra comme un joueur professionnel de fléchette. C'est beau, et sans égratignure, la mise en scène sublime un portrait presque fourbe d'un personnage dont la vie bascule du jour au lendemain. Au début, le pitch du film pourrait faire penser à une série B, de celles qui sont incarnées par Dwayne Johnson ou Vin Diesel, sauf que Drive c'est autre chose, c'est un véritable exercice de style, réussi qui plus est.

Un jeune homme solitaire, "The Driver", conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n’a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu’en conduisant - et au volant, il est le meilleur ! Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet. C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul. Lorsque le mari d’Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal… Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irene, il n’a dès lors pas d’autre alternative que de les traquer un à un…

Ces dernières semaines, le tout Hollywood n'a qu'un nom à la bouche : Ryan Gosling. Et c'est en partie grâce à ce film que l'acteur est revenu sur le devant de la scène. Je dois avouer que l'exercice était périlleux mais que l'acteur s'y frotte sans problème. Ressemblant à la fois au bon gars lambda mais aussi au rustre cinglé des routes, l'acteur et son personnage ne font qu'un, comme si on nous faisait l'autobiographie d'un homme qui ne sait plus sur quel roue rouler. Le film expose petit à petit le monde du personnage, sans trop aller dans les détails, il se sert donc de l'ambiance qu'il crée pour minimiser les dialogues. Je pense notamment à la scène d'ouverture, dans la pénombre, utilisant uniquement la musique et le moteur rutilant de sa belle voiture, en guise de fond sonore. L'idée est judicieuse, bien qu'au début déroutante. On s'attends pas forcément à ce genre de chose d'ambler mais au moins, le film est sincère avec son spectateur et ne tente pas de le prendre en grippe sans qu'il comprenne ce qui se passe.

La quintessence même de l'histoire se place très rapidement. On comprends les enjeux. Il faut dire que le postulat de départ est tout ce qu'il y a de plus classique mais c'est bel et bien le retournement de la situation qui donne le change. On vit une expérience avec ce film, c'est presque idéaliste comme oeuvre finalement. Au début, je pensais sincèrement ce film comme un navet, comme de ceux que l'on voit toutes les semaines au cinéma. Sauf que la surprise une fois le visionnage terminée est de taille : on se retrouve face à une oeuvre, comme si le travail d'orfèvre du réalisateur devait être conserver comme quelque chose de précieux. Touché par ce film, parfois même effrayant par quelques scènes (je pense à celle dans le motel quand ils se font attaqués), on en ressort pas vraiment indemne. C'est derrière le moteur encore chaud de la carrosserie de sa voiture qu'on découvre un film comme on en voit peu au cinéma, en étant ni trop démonstratif ni trop… trop. Une pire réussite.

Note : 10/10. En bref, une plongée dans un univers froid, glauque et réaliste où Ryan Gosling sublime sa prestation.

Commenter cet article