Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Fast & Furious 5, une suite sympathique

11 Mai 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19690319.jpg

 

Fast & Furious 5 // De Justin Lin. Avec Vin Diesel, Jordana Brewster et Paul Walker.


Pas la peine de se poser des questions, on va ici voir un film d'action. Il a toute l'entreprise d'un film pour carburer au diesel sans se heurter aux pas des spectateurs. Le film en lui même est à la hauteur de la franchise (dont j'exclus les 2 et 3, qui pour moi n'ont pas le même casting et donc… la même dynamique). L'ensemble tient la route avec une scène d'action époustouflante en tant que conclusion du film, de l'histoire d'amour, des révélations, … Y'a du bon mais aussi du mauvais avec Reilles, l'acteur me rappelle ses apparitions dans des navets innommable. Mais sinon, tout va bien…

Depuis que Brian et Mia Toretto ont extirpé Dom des mains de la justice, ils ont dû franchir de nombreuses frontières pour échapper aux autorités. Retirés à Rio, ils sont contraints de monter un dernier coup pour se faire blanchir et recouvrer leur liberté. Ils se constituent une équipe d'élite, réunissant les pilotes les plus avertis, conscients que leur seule chance d'être acquittés pour bonne conduite nécessite une confrontation avec l'homme d'affaires véreux qui souhaite les voir morts. Mais il n'est pas le seul à leurs trousses. L'impitoyable agent fédéral Luke Hobbs n'a jamais loupé sa cible. Affecté à la traque des fugitifs, lui et son équipe de choc élaborent un implacable dispositif d'assaut destiné à les capturer. Passant le Brésil au crible, Hobbs réalise combien la frontière qui sépare les bons des méchants est ténue. Il doit alors s'en remettre à son instinct pour acculer ses proies et éviter qu'un autre ne les débusque avant lui.

Bien sûr que la franchise fonctionne. Alors que le début du film nous laisses penser qu'ils ont presque abandonner le concept des voitures, il n'en ai rien. Tout est là, jusqu'à la dernière goutte d'adrénaline. J'ai trouvé que l'histoire avait du mal à démarrer au début. A mon grand regret. J'aurais aimé être directement pris dans le tourbillon mais on débute doucement. Malgré quelques cascade, l'ouverture du numéro est moins impressionnante que celle du précédent sur les collines et avec le vol d'essence. Mais il reste quand même le train et le vol de voiture mais également d'autres petits éléments venus pimentés le film, comme la course poursuite à pied et armée.

Le casting est donc de retour. Paul Walker toujours avec Jordana Brewster. Le duo fonctionne très bien. On a droit à Vin Diesel. La question dans chaque nouvel opus c'est combien de kilos de muscle il a encore pris ? Il faisait un vrai concours cette fois avec l'apparition de Dwayne Johnson qui lui aussi a triplé de volume et ressemble encore moins à quelque chose. Elsa Pataky est la petite surprise venue d'Europe. Sa fraîcheur apporte à son personnage de fliquette un ton sympathique et un rafraichissement nécessaire. Les petits rôles secondaires sont… secondaires. Notons la présence du rappeur Ludacris dans le rôle d'un pro en informatique et électronique. Le comble.

Au final, Fast Five ne démérite pas. Le film offre au spectateur ce qu'il est venu cherché. J'ai un peu moins bien aimé que le volet précédent. Peut être que je l'attendais un peu moins au tournant, ou bien l'absence de Michelle Rodriguez s'est faite ressentir. Toujours est-il que le petit cliffangher de retour de Michelle justement (sûrement pour le 6, vu les scores du 5 au box office, c'est dans la poche) et l'apparition d'une Eva Mendes en agent des US Marshalls. Intéressant.

Note : 6.5/10. En bref, de l'action, des gros bras, un peu de sueur et de stupeur. Pas mal sans être "bon" à proprement parler. Disons que c'est un divertissement pur diesel.

Commenter cet article