Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Fonzy, comédie savonnée

23 Octobre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21035711_20130903101944234.jpg

 

Fonzy // De Isabelle Doval. Avec José Garcia, Audrey Fleurot et Lucien Jean-Baptiste.


Avant de commencer à parler de Fonzy, j'aimerais dire que je suis un peu déçu du fait que José Garcia ne m'ait pas donné le numéro d'Antoine de Caunes lors de l'avant-première. J'étais chaud pour qu'il me donne la réponse, mais il réserve ça pour Le Grand Journal, dommage. Sinon, Fonzy est tout de même une déception. Je n'ai pas vu le film original dont est issu celui-ci, Starbuck, mais je dois avouer que j'ai eu du mal à comprendre pourquoi ce remake. Isabelle Doval a expliqué qu'elle avait été séduite par l'histoire et qu'elle avait tout de suite eu envie de se plonger dedans. C'est honorable mais l'on sent que le film raconte son propre point de vue de l'historie et pas quelque chose d'aussi universel qui semblait être le film original. Notamment toute la partie sur la culture espagnole, pas toujours très compréhensible pour les spectateurs français (alors qu'ils auraient pu rester attachés aux valeurs françaises et à notre culture). José Garcia est bon dans ce rôle doux amère de branleur mais j'aurais aimé le voir beaucoup plus drôle. Car José Garcia a toujours été drôle dans des rôles drôles. Même si l'enrobage n'est pas tip top.

Fonzy, le pseudonyme sous lequel Diego Costa a fourni il y a 20 ans du sperme à maintes reprises dans le cadre d'un protocole de recherche.
Aujourd'hui, à 42 ans, il est livreur dans la poissonnerie familiale et mène une vie d'adolescent irresponsable et gaffeur. Alors que sa compagne Elsa, lui apprend qu'elle est enceinte, son passé ressurgit.
Diego découvre qu'il est le géniteur de 533 enfants dont 142 souhaitent savoir qui est Fonzy…

L'histoire de Fonzy est intéressante mais le film choisi malheureusement de traiter ça avec beaucoup trop de légèreté en oubliant ainsi de faire vraiment rire le spectateur alors qu'au fond le sujet en lui même prêtait déjà au rire. Je ne dis pas que je n'ai pas ri, il y a bien eu quelques rictus mais parfois je n'ai pas vraiment compris le film et où il voulait aller. Malgré tout, mon regard s'est porté sur Audrey Fleurot (Intouchables) que je trouve toujours aussi ravissante et drôle. Cette actrice est excellente et elle nous prouve encore une fois dans Fonzy qu'elle peut être drôle. C'est tout ce que j'attendais de sa part. Mais voilà, peine a réellement surprendre. Reprenant les problèmes de la comédie française actuelle sans pour autant tomber dans le pathos. Il y a de jolis moments tout de même dans cette comédie douce amère. Notamment quand Diego va retrouver Nathan. Certainement le moment le plus touchant du film. Ou encore cette scène de jets de couleur plutôt bien mise en scène qui donne un certain cachet au moment qui est célébré à ce moment du film.

Fonzy est donc une déception française comme beaucoup d'autres. Cela aurait pu être pire comme cela aurait très bien pu être mieux. On sent que cette adaptation ne cherche pas vraiment à parler à tout le monde. Isabelle Doval aurait dû sortir de son cadre familial pour parler d'une telle histoire (même si l'on peut saluer le fait qu'elle ait fait plus de recherches). Par ailleurs, j'ai pu apprendre qu'un remake américain était en préparation produit par Steven Spielberg et avec Vince Vaughn (quelle horreur) dans le rôle titre. Je pense que le remake français n'est pas ce qu'ils feront de pire de Starbuck. Je suis du coup aussi assez curieux de découvrir l'original qui est peut-être bien mieux, surtout si cela est fait plus ou moins plan par plan (je ne peux pas juger de ce point là). Le cinéma français a pourtant tellement de bonnes choses à faire, il fallait qu'il se plonge dans un remake aussi médiocre. C'est bête.

Note : 4/10. En bref, sans pour autant être totalement dénué d'intérêt (je n'ai pas vu l'original), Fonzy est une vraie déception. Trop plat et fade. Et ce malgré la pétillante Audrey Fleurot dans l'emballage.

Commenter cet article