Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Free Fall, l'amour fou

28 Mars 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

242742.jpg

 

Free Fall // De Stephan Lacant. Avec Hanno Koffler et Max Riemelt.


Le cinéma LGBT n’est pas le cinéma le plus riche en pépites qu’il puisse exister mais ces dernières années a vu fleurir quelques pépites comme Weekend, La Vie d’Adèle ou encore L’Inconnu du Lac. Free Fall entre dans la catégorie des films réussis, loin des comédies romantiques mal jouées et ridicules. En écumant l’histoire de deux policiers en devenir, Free Fall ne tombe pas dans les pièges de la romance facile. Car le film va beaucoup plus loin et puisse sa réflexion jusqu’à démontrer que l’on est tous condamnés à finir seuls. Ce terrible constat est accouplé avec tout un tas de sujets comme l’insécurité d’une sexualité (la peur de la tromperie, les tentations, la drogue, etc.) traité sous l’angle d’une véritable histoire d’amour. Le film aborde rapidement des allures de polar assez sombre sans pour autant avoir une intrigue policière en plein milieu. C’est l’ambiance qui est assez noire alors que la vie de Marc va peu à peu basculer et devenir un véritable enfer de solitude. Mais ce film est beau et sincère car Stephan Lacant ne cherche pas à travestir la réalité dans le regard de ses deux comédiens. On retrouve aussi un peu de Le Secret de Brokeback Mountain dans cette romance qui ne peut finalement jamais aboutir à quelque chose de concret.

Marc est un jeune policier CRS. Il mène une vie épanouie avec sa femme qui attend un enfant de lui. Il rencontre Kay, un nouveau collègue qui vient de rejoindre son unité. La complicité des deux hommes vient rapidement à dépasser le cadre de leur travail...

Le scénario arpente dans la vie de ces deux personnages avec beaucoup de dextérité. Au début c’est presque un jeu de séduction et puis cela va petit à petit devenir une vraie histoire d’amour jusqu’à ce que le film démontre quelles sont les conséquences d’un amour « interdit ». En effet, Marc est aux yeux de la société un hétérosexuel bien rangé qui va avoir un enfant et qui a une femme qui l’aime. Au fond il a tout pour lui mais il n’est pas heureux dans sa vie. Il y a certains moments où l’on voit Marc se transformer. Notamment quand il n’arrive plus à coucher avec sa femme après avoir goûté aux fesses de Kay ou encore le sourire qu’il arbore après avoir passé du temps avec son amant secret. Le but est de montrer les conséquences aussi de la révélation. Il y a une scène particulièrement troublante dans une douche. Je ne vous en dit pas plus mais ce qui est dit dans cette douche est bourré de vérité et de sincérité. Car Free Fall cherche vraiment à être sincère avec son spectateur. Celui-ci est alors plongé dans un univers assez haletant, rythmé de rebondissements dans la relation des deux personnages.

Ce sont eux qui donnent le rythme du film et rien d’autre. Je vois rarement de films allemands mais je dois avouer qu’ils viennent ici de délivrer quelque chose de fabuleux. Le tout est bien développé, écrit soigneusement et la mise en scène de Stephan Lacant cherche justement à conserver cette sincérité assez poignante. Sans trop tomber dans les clichés de l’homosexualité (c’était pourtant facile et certaines perches sont bien tendues), le film évite justement d’y pénétrer et se laisse alors emporter dans une aventure qui n’a rien d’hors du commun mais qui justement, tente de faire évoluer les mentalités. Je pense que le but ici est de démontrer qu’au fond, peu importe notre sexualité, la solitude est ce à quoi nous somme condamnés. D’autant plus quand la société nous rejette et ne veut pas de l’homme (ou la femme) que l’on est. Il y a des scènes assez jolies et respirant le vrai (le premier baiser, la première fois, la jalousie). De plus, il peut parler à plusieurs générations ce qui est une très bonne chose.

Note : 8.5/10. En bref, fabuleux.

Commenter cet article

Sixparks 28/03/2014 13:09


Par rapport à la solitude, je ne l'ai pas vu de la même façon. C'est surtout la vie très avancé de Marc qui posait problème à leur amour et c'est compréhensible le rejet que pouvait avoir son
entourage et sa famille, quand tu es marié et avec bientôt un enfant, personne ne doute de ton hétérosexualité.


Après c'est sur on meurt seul mais avec du courage et de la persévérance (et de l'amour bien sur) car la vie à 2 n'est jamais facile, on peut trouver quelqu'un qui nous accompagne le long de
notre vie et construire une famille (sa me rappelle que le film Fiston en avait brièvement parlé).


 


Je l'ai préféré à BrokeBack Mountain car comme tu l'as dit sa parle à toute les générations, alors que Brokeback faisait histoire quand même bien romancé, perdu dans la montagne, je ne m'étais
pas senti concerné par l'histoire, juste un film comme un autre.