Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : From Paris With Love, de l'action français

5 Mars 2010 , Rédigé par Ca Deborde De Potins ! Publié dans #Critique Ciné

from-paris-with-love-16481-1125822657.jpg
From Paris With Love // De Pierre Morel. Avec John Travolta

Voilà un nouveau film français, une grosse production de notre cher ami Luc Besson, plus grand producteur de cinéma français à l'international. Voilà qu'il nous propose un film de Pierre Morel, oui, le Mr de Taken, film que le blog avait apprécié en 2008. Malheureusement, ce film enchaîne la déconne et la débandade mais pas le succès pour l'oeil, le mien plus précisement.
D'un côté de la balance j'ai un film baclé, écrit à la vas y que j'te mette de l'action dedans et rien dans le cerveau, un acteur sous traité et sans charme : Jonathan Rhys Meyers. Oui, ce n'est certainement pas du tout l'acteur de l'année. Jouant un rôle d'agent des Opérations Spéciales n'a pas vraiment les couilles et la hauteur de ce film. On le sent vivement coincé et il n'arrive pas à se lâché.
De l'autre côté de la balance, j'ai un John Travolta en roue libre, qui fait ce qu'il veut de son rôle et ne se prend pas du tout au sérieux, avec son nouveau look bad boy genre je fais tout pêté et c'est LA que le film pêche car c'est bien grâce à Travolta que ce film est une réussite, pour le reste il faudra repasser.
Pierre Morel s'est offert une jubilation filmographique et un Paris enchanteur, une nouvelle fois mais, de jour cette année (contrairement à Taken qui était pratiquement tout le temps le Paris de la nuit). Dommage, le résultat niveau action n'est pas trop décevant, on en a pour son argent, le gros problème du film provient de ce systèmatique besoin de faire un film décerébré comme si le spectateur était débile. Luc Besson, merci encore une fois pour nous pondre des scénar à 2 francs 50.
En bref, sans Travolta, ce serait un film casse gueule sans queu ni tête car comme je l'ai déjà dit, Rhys Myers ne tiendrait pas la route et face au talent de Travolta, il ne déchire même pas. On est loin de son rôle magistral dans Les Tudors. Ils auraient peut-être du le transformer, je sais pas moi, en prostitué à la place de Melissa Mars (ridicule au plus haut point). Même si certainements scènes sont jouissive et très gros bras comme toutes les scènes de bombes (notamment cette ceinture bombe que Wax (Travolta) lance par la fenêtre pour tuer des gangsta dans le 93 parisien. Quand je me rappelle d'avoir lu que le tournage avait eu de gros problème alors que les banlieusards (les scènes de banlieue ont été tourné à Villiers le Bel) avaient brûlés les voitures qui devaient servir au tournage du film et que Luc Besson avait gueulé...ouais... bla bla bla.
Encore pour parler de Travolta car bien sûr, c'est lui la tête d'affiche, le pilier central du film, quand on le revoit dans cette scène de restaurant chinois où il recherche de la blanche ou bien cette histoire de vase, ... Même si le cliché total du film d'action et bourin est là, on ne peut s'empêcher d'apprécier le résultat d'un film casse gueule réussit par la prestance de John. La scène qui m'aura le plus marqué est le moment où au dîner organisé chez Jonathan Rhys Meyers et sa girlfriend, Was tue sans relache l'amie de la jeune femme d'une balle dans la tête. C'est très rapide mais j'ai l'impression qu'on se retrouve dans une tuerie à la Mise à Prix (la tuerie de la fin du film).

Note : 6/10. En bref, l'action surprésente et un John Travolta plus qu'en forme sauve un film de la noyade. Une réussite d'une côté mais aussi une véritable catastrophe de l'autre. Un bon divertissement, c'est tout.

Commenter cet article