Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Fruitvale Station, rêve américain

31 Décembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21046385_20131003113216288.jpg

 

Fruitvale Station // De Ryan Coogler. Avec Michael B. Jordan et Melonie Diaz.


Ryan Coogler, pour son premier long métrage adapte sur grand écran une terrible histoire vraie se déroulant à San Francisco. Alors que le film a reçu le prix du meilleur film lors du dernier Festival américain du film de Sundance, j’étais assez impatient de le découvrir. Si ce film mérite son prix, ce n’est pas pour autant le film de l’année. Je m’attendais peut-être à beaucoup plus bouleversant, notamment car l’histoire de base que je ne savais pas inspirée d’une histoire vraie avant d’aller voir le film, est assez fascinante. Elle nous raconte l’histoire d’un garçon qui a tout fait pour s’en sortir et qui finalement se retrouve encore une fois dans un engrenage qu’il n’a pas voulu. C’est ce qui rend ce personnage à la fois attachant et intéressant. Ce que je regrette malgré tout c’est que des histoires d’hommes qui veulent s’en sortir après avoir été en prison, on en a déjà vu au cinéma. Mais ce qui fait la force de ce film c’est le fait qu’il soit imprévisible. Et il nous prépare à cette imprévisibilité au fur et à mesure et notamment avec la mort d’un animal (ce qui est rare au cinéma).

Le 1er janvier 2009 au matin, Oscar Grant, 22 ans, croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, San Francisco. Le film raconte les vingt quatre heures qui ont précédé cette rencontre.

L’autre force de Fruitvale Station c’est Ryan Coogler. Ce dernier film ses personnages de façon sobre, jamais à l’excès ce qui donne quelque chose de réellement efficace. Cela permet de se laisser plus rapidement plonger dans la vie de Oscar. Le film ne cherche jamais à renier son identité et surtout son côté indépendant. En tout cas, ce film est réellement réussi de ce point de vue là. Surtout que Ryan Coogler a un sens assez intéressant de la mise en scène. Il cherche constamment à nous prouver que même si l’on veut changer ce n’est pas facile à faire, surtout dans un quartier où la tentation de l’argent facile est là. Mais Oscar, malgré ses démons veut changer, notamment pour sa mère. Le flashback qui revient sur le moment où il était en prison et où sa mère était venu le voir pour la dernière fois, simplement car elle ne veut plus le voir comme ça et elle veut le voir changer.

Ou encore sa petite amie qui voudrait bien le voir évoluer vers quelque chose de plus stable, car elle ne veut pas élever leur fille toute seule. Mais Fruitvale Station n’est pas parfait. Son scénario, bien que truffé de bons moments de vie, manque parfois de peps. C’est dommage car il y avait largement de quoi faire. La bande originale du film est elle aussi très bien choisie, notamment pour le titre de 50 Cent qui est choisie et qui va de pair avec l’histoire du film finalement. Michael B. Jordan (Chronicle, Friday Night Lights) est très bon dans le rôle d’Oscar. Je ne pense pas qu’un autre acteur aurait pu être aussi bon. Celui qui m’avait plutôt plu dans Parenthood prouve encore une fois qu’il est un acteur très doué et qu’il est capable de faire des choses avec un personnage aussi touchant et pas si malléable que Oscar. Car mine de rien, cela ne doit pas être simple de s’approprier un personnage aussi poignant tout en faisant ressortir cet espoir qu’il y a dans ses yeux.

Note : 6.5/10. En bref, Fruitvale Station est un beau film. Avec ses défauts.

Date de sortie : 1er janvier 2014

Commenter cet article