Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Hors les Murs, amour agité...

13 Janvier 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20305647

 

Hors les Murs // De David Lambert. Avec Guillaume Gouix, Matila Maliarakis et Mélissa Désormeaux-Poulin.


Après avoir découvert Weekend l'an dernier, je découvre aujourd'hui Hors les Murs à une date choisie par le hasard, celle de la fameuse manifestation contre le Mariage pour Tous en France. Ironique tout de même. Le cinéma LGBT français n'existe presque pas. Il délivre chaque année un petit film mais le dernier en date qui reste encore en ma mémoire reste Complices. Il faut dire que je n'ai pas non plus vu tous les films que la France produit dans ce genre là, mais suffisamment je suppose pour voir que ce n'est pas un genre d'appel. Et pourtant, David Lambert, qui réalise ici son premier long métrage de fiction met en scène une histoire d'amour un peu bringuebalante et rocambolesque avec finesse et allégresse. Le côté posé de la réalisation, et ce sentiment de vouloir capturer les émotions dans une ambiance intimiste m'a beaucoup rappelé (en moins bien) Weekend. Sauf que Hors les Murs joue sur le côté artisanal de la chose pendant que Weekend montrait déjà des moyens beaucoup plus importants.

Paulo, un jeune pianiste, rencontre Ilir, un bassiste d’origine albanaise. Aussitôt, c’est le coup de foudre. Du jour au lendemain, Paulo quitte sa fiancée pour s’installer chez Ilir. Le jour où ils se promettent de s’aimer pour la vie, Ilir quitte la ville et ne revient plus.

Derrière ce petit film se cache donc une histoire et le scénario est certainement l'une des plus grandes faiblesses de Hors les Murs. Si la relation entre les deux héros parvient à être toute mignonne, on ne peut pas y croire une seule seconde. La faute à encore une fois à des relancs de stéréotypes dénaturant le côté authentique de l'histoire. La sagesse du scénariste reste de ne pas avoir voulu trop en faire et de ne se concentrer que sur une poignée de personnages. Jouant également sur la psychologie des personnages, Hors les Murs séduit un peu plus. Derrière les interprétations d'un Guillaume Gouix brut de pomme sans facétie et d'un Matila Mallarakis peu nuancé et parfois énervant, nous avons un joli petit duo qui parvient à se former. Le côté conventionnel du déroulement du film ennui parfois un peu mais l'ensemble séduit encore une fois par sa simplicité et surtout par une volonté de rester le plus authentique possible vis à vis de l'amour entre deux hommes.

Au départ le film reste assez suggestif, et peine à convaincre. Il faut que l'ensemble évolue petit à petit pour que Hors les Murs explose enfin et délivre enfin son environnement passionnel. Le contraste est intéressant puisque David Lambert met en scène un scénario avec quelques clichés ambiants de manière talentueuse et en tentant justement d'éviter les chichis. Finalement, l'ensemble reste plutôt correct et offre quelques moments de légèreté suffisamment remarquable afin de ne pas trop ennuyer le spectateur. Hors les Murs n'est pas parfait, et c'est peut être ce qui lui permet d'être un peu plus spontané et loin du côté strict des films d'amour homosexuels. C'est un genre de film qui casse bien souvent les codes (si l'on s'éloigne des comédies potaches du genre qui sont bourrées d'âneries et ne parviennent même pas à faire rire les spectateurs).

Note : 6/10. En bref, Hors les Murs est un film simpliste filmé avec authenticité et ce malgré un scénario codifié et pataud. L'ensemble reste malgré attachant grâce au côté intimiste et mignon de l'environnement des deux héros.

Commenter cet article