Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Jobs, biopic poli

15 Septembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21024430 20130805132418528

 

Jobs // De Joshua Michael Stern. Avec Ashton Kutcher, Dermot Mulroney et Josh Gad.


Faire un biopic sur Steve Jobs est certainement l'une des choses les plus complexe. Cet homme a fait tellement de choses dans sa vie et Jobs montre justement ses faiblesses dans sa manière de raconter l'histoire. Il y a tout un tas de détails intéressants qui sont complètement oubliés. Je ne vais pas vous faire la liste des choses que Jobs oublie mais le scénario de Matt Whiteley manque de tout un tas d'ingrédients qui auraient pu rendre ce biopic étonnant. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pas pris le temps d'aller le voir au cinéma, car en plus des mauvais retours, le biopic de Steve Jobs que j'attends est celui qu'a écrit Aaron Sorkin (The Social Network). Matt Whiteley n'a pas réussi à apprivoiser le style du génie de l'écriture et même si parfois Jobs a des moments de génie incroyables, le tout retombe rapidement dans un film plat et paresseux, notamment à cause de la mise en scène de Joshua Michael Stern (Swing Vote) aussi lisse qu'un téléfilm Lifetime. C'est un calvaire car je suis certain que Steve Jobs encore en vie n'aurait jamais accepté de voir un film aussi mauvais que celui-ci sortir sur lui.

Partout sur la Terre, Steve Jobs est célébré comme un créateur de génie dont les inventions ont révolutionné notre façon de vivre et de percevoir notre monde. Il est aussi connu comme l’un des chefs d’entreprise les plus charismatiques et les plus inspirants qui soient.
Mais qui connaît l’homme derrière l’icône ? Qui sait quel parcours humain se cache derrière la destinée de ce visionnaire d’exception ? De l’abandon de ses études universitaires au formidable succès de sa société, voici l’incroyable ascension de Steve Jobs, co-créateur d’Apple Inc., l'un des entrepreneurs les plus créatifs et respectés du XXIe siècle.

Jobs a cependant quelques éclats de génie qui m'ont fait pleurer à chaudes larmes. Tous les gens qui me connaissent savent pertinemment que je suis un grand fan de la philosophie d'Apple et de ce qu'a créé Steve Jobs. Je ne dis pas que leurs produits sont parfaits mais juste qu'ils ont su les vendre avec brio. A vrai dire c'est Apple qui m'a donné en partie envie de faire la communication et Apple représente quelque chose de différent à mes yeux. Il y a une connotation sentimentale derrière leurs produits, derrière le design, derrière la manière dont ils sont marketés. C'est tout simplement brillant. La scène d'introduction où Ashton Kutcher présente l'iPod était grandiose. J'ai tout de suite été ému car Apple est une société qui m'émeut tout simplement. C'est assez bête vous allez me dire mais c'est au fond ce qu'a toujours tenté de vendre Steve Jobs, la culture de leur entreprise, celle de l'excellence et du magnifique, du grandiose et de la liberté. Certains discours sont assez beaux (notamment lorsque l'on nous montre la construction du Macintosh ou encore quand Steve rencontre son design dans la dernière partie du film, etc.).

Il y a des moments où Ashton Kutcher brille sous les traits de Steve Jobs et d'autres où il passe pour un acteur aussi lisse qu'une chemise repassée. Jobs est donc un film paresseux qui ne s'intéresse pas à ce qui a fait la vie de cet homme une vie extraordinaire. Le tout est légèrement trop mielleux, préférant tomber dans le pathos afin de faire pleurer dans les chaumières sauf que les moments pathos ne m'ont pas fait pleurer, ce sont ces moments où l'on parle réellement de la société, où il y a ce génie qui ressort et que l'on parvient à ressentir, le génie de Steve Jobs tout simplement. Cet homme qui a su sauver une société qu'il avait créé et de laquelle on a pu l'éjecter sans merci. La réalisation de Joshua Michael Stern est beaucoup trop lisse et ne parvient pas rendre honneur au personnage qu'est Steve Jobs. C'est bête car au fond avec un réalisateur bien meilleur on aurait pu avoir un grand et beau film. Et quand je me dis que Aaron Sorkin va reprendre le chiffre fétiche de Steve Jobs pour son film, j'ai déjà hâte d'oublier Jobs.

Note : 3/10. En bref, dommage que derrière quelques scènes donnant des frissons soient noyée dans un film polissé et particulièrement bourratif.

Commenter cet article