Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : L’île des Miam-Nimaux, Tempête de Boulettes Géantes 2

5 Février 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

524174.jpg

 

L’île des Miam-Nimaux : Tempête de Boulettes Géantes 2 // De Cody Cameron (et Kris Pearn). Avec la voix VO de Bill Hader, Anna Faris et James Caan.


Après un premier volet assez salivant, cette suite de Tempête de Boulettes Géantes savamment baptisée L’île des Miam-Nimaux, est un recueil de personnages délicieux et mignons comme tout. Je m’attendais à trouver cette suite réussie et je n’ai pas été déçu. Le résultat est merveilleux, aussi bien d’un point de vue visuel que d’un point des dialogues jusqu’aux noms donnés aux « miam-nimaux » des croque-méduses, des fraisies, des tacodiles, des cheesaraignées, etc. C’est tout mignon et une fois le film terminé, on n’a qu’une envie : en voir encore plus. Car mine de rien, la faim reste. Les yeux en prennent tellement pendant près d’une heure et demie qu’il est dommage de ne pas en profiter encore plus de ce voyage. Ce qui est cependant dommage dans cette suite c’est que l’humour a laissé place à quelque chose de plus pantouflard. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose mais l’émerveillement n’est plus quelque chose d’adulte dans ce cas ci.

Après le succès du premier film, L'île des miam-nimaux : Tempête de boulettes géantes 2 nous entraîne dans les nouvelles aventures de Flint Lockwood. Inventeur d’une machine capable de transformer l’eau en nourriture, Flint avait été obligé de la détruire parce que son invention avait déchaîné des pluies torrentielles de cheeseburgers et des tempêtes de spaghettis, menaçant toute la planète…
Pourtant, la machine n’a pas disparu, et elle crée maintenant des croisements entre animaux et aliments, les « miam-nimaux » ! Flint et ses amis s’embarquent dans une périlleuse mission pour affronter des tacodiles affamés, des Cheddaraignées, des Serpent à galettes, des Hippopatates…

Le scénario n’est donc pas hyper novateur, surtout quand on connait déjà les personnages du premier film mais derrière ça se cache tout de même quelque chose de mignon comme tout qui nous permet de passer un agréable moment. Peut-être car justement le film montre la capacité de celui-ci à faire des choses ingénieuses avec un univers aussi riche. Si Tempête de Boulettes Géantes 2 est un film riche en calories c’est aussi un film riche de personnages et en beaux paysages. Cody Cameron et Kris Pearn donnent à leur film des allures de rêve éveillé. Là où le premier tentait d’être réaliste (on était dans un univers classique où il se passait une tempête de bouffe). Maintenant, nous sommes sur une île avec des décors si originaux, si différents, que l’on ne retrouve pas totalement l’ambiance du premier film. Ce n’est pas un reproche que je fais au film, notamment car l’émerveillement est ici beaucoup plus présent grâce à la découverte constante de nouvelles choses sur cette île.

Quatre ans après l’excellent Tempête de Boulettes Géantes, Cody Cameron et Kris Pearn, à qui l’on doit le très mauvais Les Rebelles de la Forêt 3 réussissent à renouveler l’univers créé dans le premier volet sans pour autant lui nuire. Je ne pense pas que l’on puisse tant que ça comparer le premier Tempête de Boulettes Géantes à celui-ci. Ecrit par Jonathan M. Goldstein et John Francis Daley, à qui l’on doit The Incredible Burt Wonderstone, Tempête de Boulettes Géantes 2 manque peut-être d’humour. Il était de toute façon très difficile de faire aussi bien mais même si ce nouvel opus est moins bon, moins drôle, il n’en reste pas moins une bonne idée avec plein de petites trouvailles ici et là. Surtout que cela reste terriblement mignon finalement et que c’est à mon humble avis ce qu’il faut avant tout retenir.

Note : 6/10. En bref, décevant si comparé au premier volet, cette « suite » de Tempête de Boulettes Géantes reste malgré tout savoureuse et pleine de petites trouvailles mignonnes comme tout. Qui aurait pu croire qu’une fraise vivante puisse être mignonne ?

Commenter cet article