Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : L'inconnu du Lac, l'amour fou

2 Décembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21004688_20130510141914457.jpg

 

L’Inconnu du Lac // De Alain Guiraudie. Avec Pierre Deladonchamps et Christophe Paou.


Adoré par la critique, L’inconnu du Lac est tout de même un film assez étrange. Pas seulement car il emprunte le chemin des plages naturistes homosexuelles mais également car plus le film avance et plus il devient captivant. Il y a presque un arrière goût d’Agatha Christie dans la manière de raconter les choses. On ne sait pas ce qu’il se passe, on a plusieurs suspects et puis l’on cherche nous aussi à comprendre le pourquoi du comment. Alors certes, L’inconnu du Lac n’est pas aussi réussi à mon humble avis que beaucoup veulent bien le dire mais c’est avant tout une très bonne surprise. Ne serait-ce que d’un point de vue de la mise en scène d’Alain Guiraudie qui ne cherche pas à rendre dégoutantes ou perverses les diverses relations sexuelles qu’il met à l’écran mais simplement à leur donner le naturel qu’elles méritent. Ce n’est pas non plus un film réaliste. Je ne connais pas les plages de ce genre et au fond je n’ai pas envie de les connaître, mais il y a quelque chose tellement fantastique derrière tout ça. Je pense qu’Alain Guiraudie a su découper son film à merveille et lui donner toute l’énergie dont il avait besoin pour se faire.

L'été. Un lieu de drague pour hommes, caché au bord d'un lac. Franck tombe amoureux de Michel. Un homme beau, puissant et mortellement dangereux. Franck le sait, mais il veut vivre cette passion.

Au début, le film débute calmement, on apprend à connaître certains personnages et certaines relations. Il y a quelque chose d’étrange chez chacun de ces personnages comme s’ils cachaient tous de lourds secrets. Et puis dans tout cela il y a Frank, certainement le personnage à l’apparence la plus normale qui a tout simplement envie de profiter de ses vacances pour prendre du bon temps. Les relations évoluent et deviennent par moment assez confuse. C’est dans toute cette confusion que L’inconnu du Lac puise alors toute son énergie. Alain Guiraudie n’avait pas nécessairement besoin de montrer des scènes pornographiques pour que son film soit plus intense mais cela renforce en tout cas la sensation de réalisme (même si tout cela est très fantasque). On a parfois l’impression de regarder un conte, plutôt tendance frères Grimm. C’est tellement léger et sombre à la fois. Le fait que le film semble enchainer certaines séquences (notamment la transition qui permet de passer d’une journée à une autre) où l’on comprend plus ou moins ce que l’on doit attendre ou voir montre tout le génie du réalisateur.

Dans tout cela il y a Pierre Deladonchamps (Engrenages), centre névralgique de cette histoire malgré lui qui a simplement envie de vivre cette passion d’été avec un homme qui lui fait perdre tout contrôle de lui-même. Ce dernier c’est Christophe Paou (Maigret) qui s’en sort très bien dans le jeu de l’étrangeté. Finalement, dans L’inconnu du Lac tout est plus ou moins loin de ce que l’on aurait pu imaginer au premier abord. C’est tellement bien fait que même si ce n’est pas parfait, il y a toujours un truc à apprécier. L’inconnu du Lac fait donc partie de ces très bonnes surprises de l’année et c’est français alors que demander de plus bien évidemment. Ce film prouve également que l’on peut faire un film sur les relations homosexuelles autour d’un thriller. Le film ne dénature en rien les relations (il parle même du fait que les hétéros sont pareils, mais juste sur une autre plage) et démontre juste l’appétit de l’Homme (avec un grand H) pour les corps. Parfois même jusqu’à la mort.

Note : 8/10. En bref, très belle surprise que ce surprenant film mélangeant les genres avec aisance et simplicité.

Commenter cet article

delromainzika 02/12/2013 18:32


@Tim : C'était pour pousser la comparaison :) Il y a un truc aussi assez Hitchcockien dans ce film

Tim 02/12/2013 17:43


Content de voir que tu l'as enfin vu.


Légére interrogation sur une phrase du premier paragraphe quand tu fais l'analogie avec Agatha Christie en parlant d'avoir plusieurs suspect: T'as réellement douté du coupable ou c'est juste pour
pousser la comparaison?