Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : La Délicatesse, romance de gare...

19 Mai 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19824192.jpg

 

La Délicatesse // De David et Stéphane Foenkinos. Avec Audrey Tautou et François Damiens.


Comédie romantique douce amère, La Délicatesse est malheureusement un film un peu trop léger. Il y a de l'envergure sur certains points, et notamment un joli grain dans la réalisation, les couleurs qui sont magnifiques et la gestion de l'univers musical du film qui n'est pas loin de rappeler ce côté artisanal qu'avait eu Jeunet (je dis ça surtout grâce au rapport que La Délicatesse a avec les couleurs chaudes, comme Jeunet). Les frères Foenkinos nous ouvrent donc ici les portes de leur cinéma à eux, avec une Audrey Tautou tout en délicatesse et un François Damiens un peu plus brut de pomme. Malheureusement, derrière cette romance qui naît petit à petit tout au long du film, on plonge parfois dans le roman photo pas spécialement bien orchestré. Le scénario n'est pas toujours à la hauteur de l'adaptation de ce roman, best seller.

Nathalie a tout pour être heureuse. Elle est jeune, belle, et file le parfait amour. La mort accidentelle de son mari va couper son élan. Pendant des années, elle va s'investir dans son travail, se sentir en parenthèse de sa vie sensuelle. Mais subitement, sans qu'elle comprenne vraiment pourquoi, elle embrasse un de ses collègues. Markus, un homme très atypique. S'ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable qui va susciter interrogation et agressivité au sein de l'entreprise. Choisit-on vraiment par quel moyen on renaît à la vie ? Nathalie et Markus vont finir par fuir pour vivre leur histoire et leur émerveillement à l'abri de tout. Cette histoire de renaissance est aussi celle de l'étrangeté amoureuse.

L'histoire de La Délicatesse débute comme un film romantique antique. Une jolie romance de roman de gare, bien filée par un scénario qui a du chien. Notamment dans la relation entre l'héroïne et son mari. Mais petit à petit, une fois que celui ci meurt dans un terrible accident, j'ai trouvé la rupture assez mauvaise. Disons que le film ne capitalise jamais vraiment sur la mort du mari de Nathalie. Le deuil est bien trop mal interprété, et surtout mal adapté. Je n'ai pas lu le livre éponyme duquel est adapté ce film mais on sent qu'il y a un gros manque de fluidité entre la première partie, la rupture et la seconde partie du film. C'est sûrement ce qui m'a fait décrocher durant une bonne demie heure parce que le film se cherche et tente de renouer les deux aventures. L'histoire d'amour avec Markus est assez drôle mais un peu trop légère. Le film n'en fait pas assez. On a l'impression que l'on est constamment dans la retenue.

Mis à part une scène drôle, voire deux (la discussion MSN coupée avec la recherche sur internet que fait Markus, ou encore le rapport avec IKEA et le côté suédois), on a pas tant de moments pour rire. Le film ne fait pas pleurer, Audrey Tautou étant assez moyenne dans ce registre là globalement (même si certains films arrivent à être l'erreur qui confirme la règle). Audrey Tautou et son personnage un peu froid m'ont plu, le personnage de François Damiens un peu plus. Son côté meuble IKEA m'a dérangé. Sinon la réalisation bien que classique est agrémentée de quelques bons choix comme au niveau des couleurs, des tons et de la dynamique musical. Le tout n'est pas parfait mais La Délicatesse reste un film correct avec une romance banale. Vous ne trouverez pas mieux chez Marc Levy ou chez votre libraire SNCF…

Note : 4/10. En bref, romance banale et décevante enrobée d'une jolie image certes classique mais bien colorée.

Commenter cet article