Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Le Monde Fantastique d'Oz, succulent conte de fée

14 Juillet 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20453482.jpg

 

Le Monde Fantastique d'Oz // De Sam Raimi. Avec James Franco, Mila Kunis et Rachel Weisz.


Sam Raimi est un réalisateur que j'apprécie. D'une part car il a réalisé l'un de mes films de super-héros préféré (Spiderman 2), mais aussi car c'est quelqu'un qui a de la ressource et qui trouve souvent le moyen de débarquer là où on ne l'attend pas. Reprendre le mythique Magicien d'Oz et en faire un film Disney n'était pas une tâche facile. D'autant plus que le spectateur que je suis avait des attentes. Et bien que Le Monde Fantastique d'Oz ne soit pas parfait, il était plutôt plaisant, amusant et divertissant. Sam Raimi nous offre ici un hommage réussi, plein de surprises, aussi bien visuellement que scénaristiquement. Aussi profond que l'univers du Magicien d'Oz, Le Monde Fantastique d'Oz libère instantanément quelque chose de beau et d'agréable à la fois. Ce n'était pourtant pas quelque chose de facile à faire dans le sens où l'ouverture du film, en 4/3 et en noir et blanc était un parti pris assez étonnant mais qui donne au film tout son cachet. Dès le début, on est donc fourni en surprises et moi j'aime en tant que spectateur être devenant quelque chose qui me fait rêver tout simplement.

Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences…

Les couleurs du monde fantastique d'Oz que nous allons découvrir après le noir et blanc en mettent plein la vue. Le film gagne alors tout d'un coup en gaité. Si cette surabondance de couleurs aurait pu faire tomber le film dans le kitch, il n'en est rien. Fidèle à son univers, Le Monde Fantastique d'Oz parvient à nous surprendre. Disney, à qui je ne fais pas nécessairement toujours confiance quand il s'agit de cinéma, parvient ici à délivrer ce que l'on peut attendre de sa part. Le film est aussi bien fait pour les enfants que pour les plus grands. Le tout ne perd jamais en tête qu'il faut faire rêver les spectateur. Du coup, le conte de fée que l'on tente de nous raconter parvient tout de suite à nous enjôler. En plus de ça, Sam Raimi ne cherche pas à trop en faire bien que visuellement on nous en mette plein les mirettes. Derrière ce barnum se cache aussi une petite histoire avec ses moments plus amusants et ses autres moments plus touchants.

J'ai retrouvé une sorte de Shrek derrière Le Monde Fantastique d'Oz. La petite poupée de porcelaine de Chine est justement ce qui m'a tout de suite rappelé Shrek dans le sens où l'on parvient à la soigner avec de la glu (comme l'on soigne Petit Biscuit avec de la pâtisserie). Et puis il y a également tout cet univers d'artifices plus ou moins funs qui viennent donner à Le Monde Fantastique d'Oz toute son originalité. Finalement, Le Monde Fantastique d'Oz est assez loin de ce que Disney a l'habitude de nous offrir, et cela est rafraichissant. On peut ensuite saluer le casting, et notamment Michelle Williams, envoutante comme toujours. Ou encore James Franco, un acteur multifacette toujours là où l'on ne m'attend pas (et encore moins dans ce genre de films mais pourquoi pas il est très convainquant). Mila Kunis ou Rachel Weisz apportent elles aussi leur pâte à ce film aussi savoureux qu'une belle part de gâteau sucré.

Note : 8.5/10. En bref, de toute beauté, Le Monde Fantastique d'Oz séduit instantanément. Truffé de belles surprises et de décors envoutant, le tout est finalement aussi savoureux qu'une belle part de gâteau sucré.

Commenter cet article