Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : M. Peabody et Sherman, les voyages dans le temps

23 Février 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

254085.jpg

 

M. Peabody et Sherman : les voyages dans le temps // De Rob Minkoff. Avec la voix VO de Ty Burell, Max Charles et Ariel Winter.


Après les hommes des cavernes (Les Croods) ou encore les escargots de course (Turbo), Dreamworks nous offre maintenant une adaptation des personnages de Rocky and Bullwinkle Show produit dans les années 60. L’idée de M. Peabody et Sherman est avant tout de nous faire voyager dans le temps. Cette odyssée légèrement loufoque a de quoi divertir les enfants. Le public un peu plus averti ne sera peut-être pas aussi passionné par les aller-retour dans le temps alors que l’histoire manque clairement de mordant. Le problème dans cette adaptation ce ne sont pas les personnages qui ont tous un truc intéressant et attachant mais bel et bien l’histoire qui parfois ne semble pas savoir où nous emmener et cherche donc des évènements importants de l’histoire afin de nous faire voyager. Dreamworks nous avait habitué à beaucoup mieux d’un point de vue scénaristique. S’il n’y a rien à redire sur l’animation en elle-même, j’aurais aimé être plus enchanté par le reste. Cela ne veut pas pour autant dire que je n’ai pas passé un agréable moment puisque cela rempli assez bien son rôle de divertissement mais j’avais certainement envie d’un peu plus.

M.Peabody est la personne la plus intelligente au monde. Il est à la fois lauréat du prix Nobel, champion olympique, grand chef cuisinier... et il se trouve aussi être un chien ! Bien qu’il soit un génie dans tous les domaines, M. Peabody est sur le point de relever son plus grand défi : être père. Pour aider Sherman, son petit garçon adoptif, à se préparer pour l’école, il décide de lui apprendre l’histoire et construit alors une machine à voyager dans le temps. Les choses commencent à mal tourner quand Sherman enfreint les règles et perd accidentellement dans le temps Penny, sa camarade de classe.

Cela manque peut-être de poésie. Cette aventure façon Benjamin Gates et Retour vers le Futur tente ainsi de nous offrir des pans de l’histoire du monde (la Guerre de Troyes, la Révolution Française, la peinture de la Mona Lisa par Da Vinci, etc.) mais Rob Minkoff qui avait réalisé le magnifique Le Roi Lion, s’est ici sûrement perdu dans le grandiose. On retrouve donc avec un film qui manque légèrement de poésie. J’aurais tellement aimé être touché par cette histoire et moi qui suis un grand sensible, je n’ai même pas versé une seule larme. Il y avait pourtant des moments où cela aurait pu se faire mais rien ne s’est passé. C’est bien qu’il y a un problème vous ne pensez pas ? Je suis aller voir M. Peabody et Sherman très confiant. Je m’attendais à voir une comédie d’animation réussie et même intelligente. Le résultat est médiocrement là. Disons que d’un côté je l’ai trouvé plutôt réussi, notamment en se moquant de certains visages connus comme Marie Antoinette transformée en gloutonne ou Leonardo da Vinci en homme légèrement perdu.

Et puis d’un autre côté je n’ai pas été aussi emballé que prévu. Disons que l’histoire nous fait tellement voyager dans tous les sens que du coup on sent que cela gâche plus ou moins le film. Peut-être que le plus gros problème est le fait que l’on ne parvient pas vraiment à s’attacher aux personnages. Ils sont gentils, mignons, mais voilà il manque l’étincelle qui aurait pu me faire plaisir. Du coup, M. Peabody et Sherman tombe presque dans l’académisme d’animation. Le fait que l’on tente de nous apprendre des leçons mais l’on peut tout de même saluer l’envie du studio de nous sortir des carcans de l’animation. C’est honorable tout de même et l’on ne peut pas leur en vouloir. Même si l’on aurait très bien pu en voir un peu plus. Mais prendre un peu plus de temps sur les voyages dans le temps (quitte à penser à faire de M. Peabody et Sherman une franchise sur plusieurs épisodes) et pas les faire sans grande originalité les uns après les autres… Mention bémol également à la 3D. Inutile.

Note : 5/10. En bref, c’est beau mais c’est mal foutu.

Commenter cet article