Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Ma Première Fois, mélodrame pour ados...

7 Juin 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19828422.jpg

 

Ma Première Fois // De Marie-Castille Mention-Schaar. Avec Esther Comar et Martin Cannavo.


Si la comédie romantique pour ado est étouffée en France par les téléfilms de seconde zone comme Victoire Bonnot ou par les comédies bancales comme LOL (c'est le cas de le dire, LOL), Ma Première Fois apparait alors comme un OVNI au beau milieu d'une France qui a bien du mal à parler adolescent (dernier exemple en date : Clash). Cette fois, pour son premier film, Marie-Castille Mention-Schaar (elle ne pouvait pas choisir un nom plus simple ?) choisie de parler du premier amour, des premiers ébats amoureux et d'une et et simple première fois. Truffé de jeunes acteurs suffisamment talentueux (vous en reconnaitrez certains déjà vu dans d'autres productions françaises), Ma Première Fois nous offre un récit sincère, mélodramatique et réussi. Je ne m'attendais pas du tout à ce que le propos de ce film soit aussi touchant, et notamment la fin, aussi belle qu'une poésie. L'amour peut parfois être moral, mais c'est aussi le moyen de le raconter avec un verbal bien français et donc assez beau.

Zachary a 20 ans. Sombre et indépendant, il collectionne les conquêtes amoureuses et les échecs scolaires. Sarah a 18 ans. Première de la classe, fragile, elle comble ses manques affectifs grâce à une maîtrise parfaite de sa vie. Rien ne devrait les rapprocher et pourtant, l’année du bac, durant six mois, ils vont vivre un amour contre lequel on ne peut rien, le vrai, le grand, celui qui marque une vie pour toujours.

Si l'histoire de Ma Première Fois n'est pas exempt de défauts, ce qui séduit au premier abord c'est le fait qu'il est ancré dans la société actuelle et qu'il ne fait pas office de racontars aux dialogues forcés, écrit par un petit vieux qui se souvient encore de mai 68 sauf que depuis, tout a changer. La jeune réalisatrice nous offre un film singulier, propre et soigné. Tout n'y est pas parfait, notamment dans l'exercice de style, mais j'ai trouvé le film particulièrement touchant. Bon, surtout la fin tellement touchante. Ma Première Fois surprend aussi parce qu'il tente d'apporter au genre, rouillé depuis tant d'années en France. Au fond, je n'attendais pas grand chose de ce film et finalement, j'ai été réjouit de voir qu'en France aussi on peut faire de bons films pour ados, parlant d'adolescents et pas forcément écrit par (et pour) des jeunes boutonneux. Vous vous souvenez de Les Beaux Gosses ? Oui, c'est très loin de ce film ci.

Que je vous prévienne, c'est un film très triste qu'il faut prendre avec délicatesse, et ne pas être en pleine déprime post-rupture. L'histoire d'amour qui est racontée est belle, voire même magnifique par certains aspects (je vais encore parler du dernier quart du film). Côté réalisation, ce n'est pas parfait, il y a déjà eu mieux mais la jeune réalisatrice sait assez bien s'y prendre avec le cinéma et nous offre un film lumineux (mais pourtant mélodramatique). C'est beau. Je pense que vous l'avez compris, sans être le petit film parfait, c'est une jolie petite histoire assez bien racontée pour passionner tout spectateur qui a besoin d'un petit film touchant. Très proche de ce qui se fait aux Etats-Unis dans le genre assez fin et taraudé. Et puis le cast, très jeune et presque tous inconnus (malgré la présence de Vincent Perez entre autres parmi les parents) est efficace.

Note : 6.5/10. En bref, une jolie petite histoire racontée avec modernité et simplicité.

Commenter cet article