Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Men in Black 3, les mêmes (ou presque) et on recommence

29 Mai 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20072335.jpg

 

MIB 3 - Men in Black 3 // De Barry Sonnenfeld. Avec Will Smith, Josh Brolin et Tommy Lee Jones.


Ayant bien aimé les deux premiers volets de la saga Men in Black il y a de ça quelques années maintenant, ce retour, je l'attendais. Globalement le film est plutôt bon dans son ensemble malgré quelques éléments qui auraient pu être largement meilleurs. Ce que l'on ne peut pas reprocher à Men in Black 3 c'est d'avoir de l'énergie à revendre. En effet, on peut souvent reprocher aux suites de ne plus savoir quoi raconter et pourtant, ce troisième volet de la saga a su réinventer la trilogie. En nous plongeant dans les années 60 vues par le scénariste de l'excellent Tonnerre sous les Tropiques (comédie sous acide) ou encore du fun-tastique Idiocracy. Men in Black 3 joui donc de pas mal de bonnes choses. Sans compter les répliques qui fusent encore et encore (étrangement je me suis senti un peu seul à rire presque tout au long du film. L'ayant vu en VO, l'humour ne doit pas être le même en VF). Bref, sans compter la présence d'un Will Smith qui ne vieilli pas, moi je dis bingo.

En quinze ans de carrière chez les Men in Black, l’agent J a vu beaucoup de phénomènes inexplicables… Mais rien, pas même le plus étrange des aliens, ne le laisse aussi perplexe que son partenaire, le sarcastique K.
Lorsque la vie de K et le destin de la Terre sont menacés, l’agent J décide de remonter le temps pour remettre les choses en ordre. Il va alors découvrir qu’il existe certains secrets de l’univers que K ne lui a jamais révélés. Il est cette fois obligé de faire équipe avec l’agent K, plus jeune, pour sauver la vie de son partenaire, l’agence, et l’avenir même de l’humanité…

L'histoire de Men in Black 3 aurait pu être un raté mais le fun est présent à tous les coins de rues (l'enchainement des scènes au début du film est excellent, notamment dans un jeu de dialogues captivants lancés par Will Smith et Tommy Lee Jones, le duo historique de Men in Black). Le tout est évidemment aidé par une histoire intéressante. La musique de Danny Elfman aide également le film à nous plonger de nouveau, quelques années après le second volet, dans cet univers fantastique, loufoque et d'un autre monde. Même si Josh Brolin n'est pas aussi bon que Tommy Lee Jones dans la peau de K (c'est sûrement mon seul grand regret vis à vis de ce troisième volet), je pense que l'on ne peut pas critiquer sa prestation finale du film, tout en émotion et en retenue. Utilisant les mêmes ingrédients que les précédents volets de la saga, Men in Black 3 choisit peut être un peu trop le terrain de la facilité même si les années 60 n'était pas un sujet de base facile (il fallait coller avec l'année, mais aussi avec l'histoire que l'on veut raconter à côté).

Les nostalgiques et fans des deux premiers volets retrouveront ici ce qu'ils attendaient : une comédie de science fiction avec un Will Smith toujours très en forme, un Tommy Lee Jones ronchon et efficace, mais également quelques bonnes petites surprises cachées ici et là. Ce que l'on peut cependant regretter c'est la non prise de risque dans le déroulement de l'histoire. Au centre du film on se rend rapidement compte que l'on avance bien trop facilement. C'est dommage parce que je pense qu'avec un peu plus de complexité, on aurait pu avoir un scénario encore plus béton. Le méchant, Boris the Animal aurait pu être plus charismatique et surtout plus présent. En effet, Men in Black 3 s'attaque bien trop au duo (sûrement pour nous remettre dans le bain de la saga que l'on a pas vu depuis plusieurs années au cinéma), et du coup, il passe presque inaperçu. Certains reconnaitrons quelques stars ayant acceptées de faire des caméo comme Nicole Scherzinger, Lady Gaga, Bill Hader (dans le rôle d'Andy Warhol), Tim Burton, Justin Bieber, et j'en passe même si ce ne sont pas toutes des apparitions prestigieuses, j'en conviens.

" The President drank my chocolate milk without asking me"

Note : 6/10. En bref, sans être transcendant ce troisième volet des aventures des Men in Black n'est pas mauvais. La sympathie que dégage Will Smith permet de facilement oublier le fait que Josh Brolin n'est pas Tommy Lee Jones.

Commenter cet article