Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Monuments Men, l'histoire Nespresso

15 Mars 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

470425.jpg

 

Monuments Men // De George Clooney. Avec George Clooney, Matt Damon et Jean Dujardin.


Inspiré d’une histoire vraie, Monuments Men tente de nous montrer comment les américains ont eu l’idée de sauver les plus grandes oeuvres d’art avant que les nazis ne les brûlent. C’était sur le papier une idée assez louable qui aurait très bien pu donner un film bien serré. Sauf que voilà, c’est aussi serré qu’un jus de chaussette Nespresso. George Clooney signe certainement l’une de ses films les plus décevants ici et ce même si d’un point de vue historique, Monuments Men tente de nous en mettre plein la vue (des tonnes d’oeuvre d’art, des dizaines de lieux différents, etc.). C’est un film très contemporain mais avec une morale si boursouflée qu’une fois le film terminé on n’a qu’une seule envie : soupirer. Mais les soupirs s’enchainent tout au long du film alors que celui-ci s’étirer en longtemps de façon dramatique. Je me demande comment l’on peut faire un film aussi mou de la chique avec un sujet aussi intéressant. George Clooney a voulu également s’inspiré de ce qui avait fait son succès : Ocean’s Eleven (de Steven Soderbergh) sauf que là aussi le film accumule les clichés sans jamais parvenir à en sortir.

La plus grande chasse au trésor du XXe siècle est une histoire vraie. MONUMENTS MEN est inspiré de ce qui s’est réellement passé.
En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats – des directeurs et des conservateurs de musées, des artistes, des architectes, et des historiens d’art – se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d’art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Mais ces trésors sont cachés en plein territoire ennemi, et leurs chances de réussir sont infimes. Pour tenter d’empêcher la destruction de mille ans d’art et de culture, ces Monuments Men vont se lancer dans une incroyable course contre la montre, en risquant leur vie pour protéger et défendre les plus précieux trésors artistiques de l’humanité…

Il y avait un bon running gag tout de même dans Monuments Men et qui vaut certainement le coup d’oeil : Matt Damon qui parle français. Le film se moque de lui continuellement, peut-être même jusqu’à l’overdose car au fond c’est le seul vrai moment comique de Monuments Men. George Clooney s’est donc attaqué à une partie de l’histoire qui n’est jamais traitée dans les films de Seconde Guerre Mondiale ce qui est au fond une bonne chose (surtout que ce genre de films à tendance à fourmiller chaque année au cinéma) mais il nous en fait un ristretto imbuvable car trop de morale, trop d’académisme, trop de tout sont là pour énerver rapidement le spectateur. J’avais envie d’aimer Monuments Men et tout n’est pas à jeter (notamment car c’est assez bien reconstitué et que l’on en prend plein la vue) mais c’est presque tout. George Clooney en rajoute une couche en rendant ses personnages plus cloches les uns que les autres. Entre les niaiseries des uns et le manque d’intérêt de certains autres, il ne reste finalement qu’un très joli casting. Car effectivement, celui-ci est très réussi.

Mais un casting ne fait pas tout et encore moins un film de deux heures pleines. Du coup, le remplissage fait extrêmement mal au spectateur. L’écriture est complètement foirée, au profit de scènes particulièrement médiocres et de personnages absents. Le but semble être de faire une sorte de patchwork d’aventure où chacun se retrouve dans une ville à tenter de retrouver des oeuvres d’art. Cela peut être assez sympathique au premier abord mais le problème c’est que cela dure encore et encore et l’on finit donc par drôlement s’ennuyer. Comment George Clooney a t-il pu passer complètement à côté du sujet qui lui était donné ? Mystère. Surtout quand ce réalisateur a signé par exemple le très bon Good Night Good Luck. Avec un budget conséquent, George Clooney s’offre un film de pote aussi mou qu’un escargot. Le voilà en train de devenir le Clint Eastwood du cinéma alors que ce dernier s’était lui aussi ramolli ces derniers temps avec des films patapouf. Le pire c’est tout de même que l’on attend que Monuments Men sorte les griffes mais cela n’arrive jamais.

Note : 3/10. En bref, un raté monumental pourtant avec une idée colossale.

Commenter cet article