Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Mr Popper et ses Pingouins, à vous pingouer les cheveux !

17 Septembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19768358.jpg

 

Mr Popper et ses Pingouins // De Mark Waters. Avec Jim Carrey, Carla Gugino et Ophelia Lovibond.


Jim Carrey se lance dans la comédie familiale de seconde zone, celle qu'on laisse souvent à des pointures du genre comme Martin Lawrence, Ice Cube ou Eddie Murphy. Sauf que pour le coup, c'est Jim Carrey qui s'y colle. Retrouvant l'univers des animaux depuis Ace Ventura l'acteur s'en sort dans une comédie aux grosses ficelles mais pas déplaisante, jouant parfaitement avec ses petites bêtes dans un appartement new-yorkais. C'est peut être le film le plus barré niveau fun de cette année, il impose une jolie petite morale à la fin, celle que les enfants aimeront, et toute la famille également. Le film est bel et bien destiné à ce public, si vous êtes hermétique à votre esprit d'enfant, laissez tomber, ce n'est pas pour vous. On n'a pas le Jim émouvant ni même le déjanté mais un acteur qui s'amuse tout simplement, qui fait de l'excès de zèle. L'acteur est quand même l'attrait de cette comédie, bien que les pingouins sont prêt à lui piquer la vedette au bougre.

Enfant, Tommy Popper attendait impatiemment les occasions de parler par radio à son père, un explorateur toujours parti aux quatre coins du monde. Des années plus tard, Popper est devenu un brillant promoteur immobilier à Manhattan. Sa réussite lui a coûté son couple : divorcé d’Amanda, il ne voit plus ses enfants qu’un week-end sur deux. M. Popper mène une vie solitaire et luxueuse dans son appartement ultramoderne de Park Avenue, et il est sur le point de devenir un des associés de la prestigieuse firme qui l’emploie. Mais lorsqu’un matin, il reçoit l’ultime cadeau de son père décédé – un pingouin vivant, sa vie bascule. En cherchant à se débarrasser de l’animal, M. Popper va juste réussir à en récupérer cinq autres. Alors que les adorables bestioles transforment peu à peu son appartement en banquise, M. Popper voit sa vie déraper. Tout va y passer : le contrat de ses rêves, ses relations, sa vie. Mais grâce à six petits pingouins, M. Popper va découvrir que le bonheur peut aussi faire boule de neige…

Alors que Jim Carrey est un acteur habitué aux galipettes (non, pas celles que l'on fait dans un lit, je vous rassure) du genre mimiques, grimaces, il laisse ici cette écharpe pour revêtir le patriarche modèle. On voit qu'il a voulu faire une sorte de lègue à ses enfants, comme la comédie qu'il aurait aimé voir si jamais il avait été gosse. La complicité du personnage se dessine avec les pingouins sans difficulté, je trouve même que c'est plutôt mignon et touchant à la fois, sans que le film ne veuille forcément l'être. Cette comédie familiale n'oublie pas les multiples protagonistes du genre : le méchant de service qui va être un gars d'un zoo qui veut faire des profits, les patrons de Popper pour qui il va pas réussir à faire leur travail, sa femme qui l'a quitté, ses deux enfants, … Mais derrière ce classicisme et les scènes prévisibles à la minute prêt, on passe un moment sympa sans réfléchir, et on arrive même à sourire, avoir les yeux pétillants. C'est beau quoi.

Voilà, on nous raconte une jolie petite histoire, de celle que l'on pourrait conter à nos enfants (attention, je suis encore jeune et je n'ai pas de gosse hein, si tant est qu'un jour j'en veuille, mais on en est pas là). Ce n'est pas un film qui va renouveler le genre, ni même apporter quelque chose de sublime et subjuguer son public. Ce dernier étant sûrement composé de parents et d'enfants qui s'amuseront très facilement des singeries de Jim Carrey qui va tenter avec difficultés par moment de trouver le milieu du terrain entre son humour potache que j'adore, et ce Jim plus calme et famille qu'il arrive à jouer sans difficulté. Ainsi, Mr Popper et ses Pingouins aurait pu être de l'acabit des comédies d'Eddie Murphy et Cie, plus bas que les pieds comme le laisse présager la bande annonce, mais finalement non, Jim arrive à porter ce film sur ses épaules d'acteur chevronné. Il est donc prêt pour la comédie familiale, j'espère qu'il reviendra malgré tout à son genre de prédilection, je ne me laisserai jamais de ses mimiques.

Note : 6/10. En bref, une honorable comédie familiale avec un Jim Carrey à la hauteur des attentes (et même plus). Brave, moralisatrice sans trop l'être et mignonne. Ce film ravira la famille tout entière.

Commenter cet article